Y’a un os dans la moulinette

Des acteurs qui donnent tout sur un scenario qui n’a absolument rien à offrir
Deux acteurs attendent leur cachet pour pouvoir enfin payer leur loyer. Ils font la connaissance d'un riche industriel à la recherche de deux détectives privés. Ils s’aperçoivent que le rôle qu'il veut leur faire jouer n'est pas du cinéma comme ils en ont l'habitude lors de pièces policières. Mais c'est trop tard...
source synopsis et images : Paris-Cannes Productions
Fiche créée le 22 avril 2024 et mise à jour le 22 avril 2024

Deux comédiens au chômage sont engagés par erreur en tant que détectives privés par un riche industriel. Parce qu’il faut bien manger, ils décident quand ils découvrent le malentendu, de ne pas le dissiper, et de protéger tant bien que mal la petite famille. Parce qu’il faut bien manger, on retrouve dans les rôles principaux Michel Galabru, Paul Préboist, Daniel Prévost, Darry Cowl, Marion Game et Henri Guybet.
Étant donné qu’il n’y a pas de scénario au-delà de l’idée de départ, le résultat est à la hauteur de ce que promet ce type de casting quand il est livré à lui-même : Y’a un os dans la moulinette c’est n’importe quoi, c’est curieusement aussi mou qu’hyperactif, c’est théâtral en diable, c’est drôle sans le vouloir et horrible quand ça cherche à l’être. L’arsenal humoristique déployé, qui va d’une reprise pouet pouet de l’Internationale au bon vieux type qui examine le contenu de son verre parce qu’il a assisté à quelque chose d’incongru, n’est pas étranger à ce naufrage cinématographique.
Pour faciles que puissent être les ressorts comiques dont le film abuse, leur utilisation n’en est pas moins sacrément mal maîtrisée, si bien qu’il y a plus de gags qui tombent à plat à la minute dans Y’a un os dans la moulinette que de concepts opérationnels dans un discours présidentiel... Exemple notoire avec la scène dans laquelle Émile (Michel Galabru) escorte Flora (Marion Game) au supermarché : chaque gag est avorté avant même de commencer. Mais au moins, il se passe un peu quelque chose (déjà Galabru y propose sur un ton désabusé une des meilleures descriptions jamais faite des lentilles : « ça ressemble à du caviar mais ça n’a pas le goût de poisson »). Ce n’est pas toujours le cas dans le film.
En bref, Y’a un os dans la moulinette est assez pénible maaaais il faut reconnaître que, grâce à des acteurs qui donnent tout sur un scenario qui n’a absolument rien à offrir, il a malgré tout un côté vaguement sympa. Et puis franchement, c’est impossible de ne pas aimer des comédiens comme Paul Préboist ou Michel Galabru même quand on leur fait faire n’importe quoi...

À regarder uniquement entre amies
sur l'échelle de Slater



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 29 ingrédients de ce film

Bonus

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Interprétation

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?