War

Indian comique
2019
Le Major Kabir Dhaliwal, dont la mission était d'éliminer le terroriste Irakien Farid Haqqanitue, tue VK Naidu, un agent vétéran du RAW, à New Delhi. L'agence, dirigée par la ministre de la Défense Sherna Patel et le colonel Sunil Luthra, convoque le capitaine Khalid Rahmani, qui était le protégé de Kabir, pour le capturer.
source synopsis et images : Yash Raj Films Reverie Entertainment
Fiche créée le 20 décembre 2023 et mise à jour le 11 janvier 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

Quand le meilleur des meilleurs agents indiens pète une pile et se met à décaniller des huiles, quoi de mieux que de lancer à ses trousses son meilleur élève, celui qui le connaît le mieux et qui a au moins une aussi belle gueule que lui pour le coincer. War c’est l’affrontement au sommet entre le major Kabir Dhaliwal (Hrithik Roshan), jadis rempart de l’Inde contre la vermine islamiste, et le capitaine Khalid Rahman (Tiger Shroff), fils de traître autant motivé par la réhabilitation de son nom de famille que par la quête de réponses... Eh oui que t’est-il arrivé major Dhaliwal, toi qui était le meilleur d’entre nous ?
Rassurez-vous, pour la création de War, Siddharth Anand ne s’est pas tant penché sur les œuvres complètes de William Shakespeare ou de Pierre Corneille que sur l’intégralité des filmographies de Roland Emmerich, Michael Bay, John Woo, tout Mission impossible et tout Jason Bourne... ainsi qu’un paquet de spots de campagnes et autres séries dédiées à la gloire du premier ministre Narendra Modī (lequel a d’ailleurs son ersatz qui remet une médaille à la mère du capitaine Rahman). Il s’est même enfilé tout ça sans prendre de pauses, ni pour dormir, ni pour aller pisser, et s’est mis, encore tout tremblant, à tout régurgiter, à peine le générique du dernier film de sa programmation terminé, penché sur son clavier tel un Luc Besson du début des années 2000. Exagéré ? Au vu du résultat final, c’est pas si sûr.
War, c’est un de ces bons divertissements couillus, bas du front et patriotiques qui fleurissent ces dernières années en Chine, en Russie et en Inde. Si, avant tout, le spectacle y est roi, Siddharth Anand faisant sauter Tiger Shroff partout l’arme à la main et l’amenant à glisser sur le dos sur des distances anormalement longues et des surfaces extrêmement rugueuses pour flinguer avec style, on n’en oublie pas pour autant les bonnes vieilles valeurs et la beauté simple du drapeau national caressé par le vent. Trafiquants de drogue, sachez que, comme John Hatcher en son temps, le capitaine Khalid Rahman veille au grain et dispense une justice expéditive dès lors que la jeunesse est menacée par le fléau de la toxicomanie. Amis musulmans, sachez que les mafieux ne sont qu’un encas, vous êtes les prochains.
Le premier intérêt de War se trouve donc dans cet héritage du cinéma US over the top des années 1980-1990 (même si de beaux titres sortent encore régulièrement de ce côté de la planète), c’est rythmé, ça pète de partout, les tonneaux et les tables en bois sont pare-balles, c’est con, c’est con, mais c’est jamais chiant, c’est jamais lassant, c’est jamais blasé. Techniquement le scénariste/réalisateur Siddharth Anand s’est muni de tout l’arsenal à disposition : narration au flashback pour étoffer ses personnages petit à petit, méchant beaucoup trop retors pour la crédibilité du scénario, coups de théâtre bien bien gratinés, recours au plan séquence pour certaines bastonades, travelings circulaires typiquement bayesques, bande son typiquement Zimmer-like (sauf dans quelques séquences émotion ou ça peut virer à la musique de film d’entreprise)... Siddharth Anand maîtrise ses outils et surtout ne fait jamais de refus d’obstacle quand il s’agit de trop en faire.
Pour ce qui est du nationalisme, Siddharth Anand appuie fort. Inutile de faire un dessin : « Le pays passe en premier, en second et en dernier ». Même subtilité en ce qui concerne le conflit interne qui anime le major Dhaliwal : les lettres en néon de l’enseigne Hôtel Lotus située en arrière-plan à la fin de sa première grosse scène grésillent pour faire apparaître le mot Hell (à savoir enfer pour les non anglophones).
Pour ce qui est de la caractérisation des personnages justement, Siddharth Anand appuie tout aussi fort. Le grand méchant du film, que les occidentaux, ces pauvres fous, ne voient que comme un homme d’affaire (en même temps...), Rizwan Ilyasi (joué par Sanjeev Vatsa puis par Mashhoor Amrohi), n’est pas seulement un dangereux islamiste, c’est aussi un homme extrêmement intelligent et, à ce titre, il fait des analogies entre ses plans et le jeu d’échecs. Et, sous réserve qu’il n’y ait pas de libertés prises avec la traduction et l’utilisation par commodité du mot échecs pour désigner un autre jeu, c’est n’importe quoi.
Quant aux héros, qui ont l’Inde dans le cathéter, si leur relation transpire la grandeur, de ces grandeurs quasi-mythologiques, la testostérone et l’amitié virile, à l’écran, Siddharth Anand appuie tant et si bien que l’admiration du disciple pour son maître vire au désir réfréné et que l’ensemble du film flirte gentiment avec l’érotisme homosexuel. Non pas que l’homosexualité ait en soi quelque chose de drôle, mais le gouffre évident entre les intentions et le résultat final, avec ses sous-entendus lourds de sens et totalement involontaires, oui. Il suffit de voir ce magnifique champs contre-champs Khalid Rahman/Kabir Dhaliwal, la mine de poisson frit du premier répondant à l’avancée au ralenti du second, que les pales de l’hélico dont il a débarqué ébouriffent avec élégance.
Autre grosse valeur ajoutée, d’ailleurs, Tiger Shroff ! Si le charismatique Hrithik Roshan est plutôt chouette en Charles Martel indien, Tiger Shroff c’est autre chose. Quand il n’affiche pas un regard pénétré de la plus pure école Sophie Marceau, il arbore l’expression de Zoolander avec le plus grand des sérieux... Et ce même quand il a à taper le code secret 80085 (c’est à dire boobs ou nichons en anglais) pour entrer dans la base gouvernementale à laquelle il est affecté.
Voilà War est tout à la fois stylé, décomplexé, maladroit, puant et surprenant... et il fait un bien fou.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi les 100 que comptent cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces 100 ingrédients, seuls 50 figurent dans la recette de ce film (sur les 79repérés par l'équipe d'Incredulos Vultus) ; ce qui veut dire que 50 ingrédients de cette liste ne se trouvent pas dans ce film.

Personnage > Agissement

    — À voix haute | Lit ou fait la lecture

    Souvent pour donner des éléments au spectateur... Parfois pour réveiller accidentellement une entité maléfique.

    — Bagarre | Atteint, blesse ou tue une alliée lorsque l’adversaire esquive
    — Bagarre | Enlève sa veste

    Elle sort du pressing tu comprends...

    — Bagarre | S’acharne de manière injustifiée sur un cadavre
    — Bagarre | Sauve un frère d’arme
    — Bagarre | Valdingue à travers une vitre, une palissade, une porte...
    — Bagarre | Coup dans les couilles (ouch !)

    L’arme des faibles qui fait toujours mouche.

    — Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

    — Course-poursuite | Défonce volontairement un portail avec son véhicule

    ou une clôture, une grille, une grange, etc.

    — Drame | Ferme les paupières d’une morte
    — Évacue sa frustration sur le ring/en mettant la misère à un sac de frappe

    Le pendant sportif du whisky sec au comptoir de bar.

    — Méchante grand format qui reste stoïque après avoir reçu un coup de poing
    — Montre un truc du doigt

    Souvent un repère géographique lors d’un périple à pied, ou une fugitifve, etc.

    — N’importe quoi | Projeté exagérément loin sous l’effet d’un coup de feu... voire d’un simple choc

    Touchée par un coup de feu, le personnage voltige 4 m en arrière.

    — Passe à travers une vitre | pour surprendre ou faire une entrée en scène stylée
    — Rendez-vous | Synchronisons nos montres
    — Saute d’un véhicule encore en marche
    — Se regarde dans un miroir | Maquillage, nœud de cravate, etc.

    Et par extension, tous les usages quotidiens rendus possibles par un miroir.

    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Stylé | Répète une phrase 2 fois

    Voire 3 fois !

    — Super pouvoir | Ce qui lui a été dit lui revient/reste en tête mot pour mot

    Se traduit techniquement par la reprise des éléments de dialogue correspondants avec un léger effet de réverbération moche...


Personnage > Caractéristique

    — Blues | Sa femme, sa fille sa mère ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — Enfant ou ado tête à claques
    — Super pouvoir | A un œil de lynx

    Il repère le moindre détail anormal ; imbattable à « Où est Charlie ? »

    — Super pouvoir | Éloquence magistrale

    Discours (généralement improvisé) récompensé par un tonnerre d’applaudissements.

    — Traîtresse (coup de théâtre)

    & autres taupes : meilleur pote, responsable dévouée à la solde des méchantes (depuis le début ou pas)

    — Vie personnelle | Famille ou boulot : priorise son boulot plutôt que sa famille

Personnage > Citation

    — Ordonne | « Couvre-moi »
    — Ordonne | « Vas-y : roule, roule, roule ! »
    — Prévient | « Fais pas le con ! »
    — Questionne | « C’est ça que tu cherches ? » / « Tu as perdu quelque chose ? »

    Un personnage surpris se réveille précipitamment en cherchant son arme/clé, etc. Jusqu’à se rendre compte que le méchant le regarde : « C’est ça que tu cherches ? »

    — S’exclame | « Tu es/vous êtes virée ! »

Personnage > Héros ou héroïne

    — Au chevet d’une proche

    J’en connais qui vont passer un mauvais quart d’heure.

    — Fibre héroïque | Garde son sang-froid en toutes circonstances
    — Loose | Se fait mitrailler sa baraque, sa chambre d’hôtel

    C’est pas comme ça qu’on fait la chasse aux passoires thermiques.

    — Retourne les paroles du ou de la méchante/d’un ou d’une rivale contre lui/elle
    — Stylé | Tape sur l’épaule d’un personnage avant de lui donner un coup de poing fracassant

    La tape sur l’épaule peut aussi être accompagnée d’une petite phrase bien sentie.

    — Super pouvoir | Simple blessure au front, au bras...

    Il s’en est pris pourtant, des beignes, mais visiblement, il est costaud le bougre !

    — Tension | Donne une leçon de courage face à son bourreau

    & variantes : est insolente face à son bourreau

    — Tension | Son fils, sa fille, sa femme, une proche est en danger, entre les mains des méchantes

Personnage > Interprétation

    — Lunettes | Enlève ses lunettes avant de parler

    Plus stylé, tu meurs ; sans compter que ça donne vachement de crédit à ce qu’on dit : si on enlève ses lunettes de soleil, c’est forcément qu’on va dire des trucs importants.

    — Regard incrédule

Personnage secondaire

    — Bouclier humain

    Généralement présent dans la filmographie de Schwarzy (gloire éternelle sur toi, Ô mon Dieu).

    — Se sacrifie pour sauver une figure d’autorité

Réalisation

    — Course-poursuite | Gros plan du pied sur la pédale d’accélération ou de freins

    Insert toujours utile.

    — Entr’aperçoit une silhouette suspecte
    — Fin | C’est reparti pour un tour
    — Fin | Le film se termine sur un baiser
    — Fin | Tout est bien qui finit bien

    Une fin heureuse dans un monde de brutes.

    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Ralenti lors d’une chute ou d’un saut dans le vide
    — Grammaire | Ralentis injustifiés et insupportables

    Ralenti = oh là là, attention, il se passe quelque chose de dramatique !

    — Gros plan | Lèvres d’une femme qui vient de se passer du rouge

    Mimiques en accompagnement : moue, étirement, baiser dans le vide, etc., etc.

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    Ou « X mois/années plus tard/plus tôt » (inclut à ce titre les cartons au même titre que les incrustations à proprement parler)

    — Mise en scène | Se braquent l’un l’autre, canons et visages séparés de quelques centimètres
    — Plan savane + soleil couchant + animaux qui courent au loin
    — Plan | Inserts d’images de caméscope/smartphone/d’écrans de télé/vidéosurveillance

    Et certains en font des films entiers !

    — Ralenti | Personnage qui saute une longue distance, un précipice, entre 2 immeubles, etc..
    — Stylé | Tire en sautant

    Ou saute en tirant, c’est selon...

    — Technique | Pluie artificielle artificielle

    & variantes : neige tombant en abondance au premier plan mais totalement absente de l’arrière-plan.

    — Technique | Travelling circulaire inutile
    — Tension | Le/la méchante fait tomber un truc là où les héros sont cachés

    Va-t-il les surprendre ? Spolier alert : évidemment que non.

    — Vision subjective | Viseur de fusil à lunette
    — Vue subjective | d’une personne droguée, sonnée ou victime de malaise

    Voit de manière floue et penchée.

    — Vue subjective | Jumelles... avec deux ronds bien dessinés

    Purement graphique.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Arme | Clic au lieu du Bang

    Plus de cartouche dans le flingue, pile au moment où il en faudrait.

    — Enquête | Mur recouvert d’indices et de coupures de journaux

    & des cartes dans lesquelles sont épinglés des fils, des photos, etc.

    — Mobilier | escamotable, révélant une pièce ou des équipements cachés

    Précieux dans les petits espaces.

    — N’importe quoi | Explosion injustifiée

    (voiture, avion, bateau, etc.)

    — Stylé | Valise pleine de billets

    & variantes...
    La valise c’est pour le grand banditisme qui s’assume, les enveloppes kraft pour les p’tits pots-de-vin

    — Tension | Compte à rebours
    — Tension | Lumières qui grésillent
    — Valise attachée au poignet par des menottes
    — Voiture qui s’encastre dans un élement type borne d’incendie après que son chauffeur se soit fait flingué

    & variantes.


Réalisation > Audio

     ? | Bruit incongru d’objet
    — Ambiance sonore | Téléphones qui sonnent de partout dans la salle de rédaction d’un journal
    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Bruit métallique injustifié

    Comme une épée tirée d’un fourreau en cuir ; et par extension, tout bruit métallique absolument impossible.

    — Bruit exagéré | Coup de couteau

    Extra spongieux.

    — Bruit exagéré | Les épées, cannes, flèches, lances font woosh et cling !

    Woosh pour les coups donnés dans le vide (entraînements, démonstrations de rapidité) et cling dans les combats réels... Ah oui, et les armures font bong parfois.

    — Course-poursuite | Effet Doppler
    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.
    — Woosh | mouvement / acrobaties

    Woosh généré par un simple mouvement ou une série d’acrobaties du type : triple salto arrière = woosh ; saut de l’ange = woosh ; enchaînement roulade, saut extension, planche et chandelle = woosh, woosh, woosh et woosh


Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense !

    Exemples :

    • une musique stridente accompagne l’arrivée dans le champ d’une main qui se pose sur l’épaule du personnage que l’on suit, mais ce n’était que la main d’un ami.
    • un discours d’un officiel mécontent laisse croire à une sanction terrible pour un personnage, jusqu’à l’annonce d’une remise de médaille annoncée avec un grand sourire.

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — Gag cartoonesque

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cérémonie de remise de médaille ou de prix
    — Cliché touristique
    — Motel (miteux)

Scénario > Dialogue

    — Foule en délire

    Applaudissements nourris après une action héroïque, la résolution positive d’un événement dramatique, etc.

    — Gémissements, geignements ou cris répétés
    — Philosophie ou psychologie de comptoir

    Quand on a la chance de recevoir une leçon de vie comme celle-là, on en profite, parce qu’elle va nous changer à tout jamais.

    — Phrase-choc
    — Répliques à la con

    Il est nécessaire que le film soit plutôt généreux : quelques répliques à la con ne permettent pas d’associer cet ingrédient.


Scénario > Élément

    — Drapeau national flottant au vent
    — Impérialisme, néo-colonialisme ou propagande | Les Indiennes, c’est vraiment les plus fortes
    — Renseignements glanés en deux clics sur internet
    — Tension | Porte qui se referme toute seule

    Ça t’apprendra à ne jamais fermer la porte derrière toi nounouille


Scénario > Ficelle scénaristique

    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Empoisonnée - hey hey heeeeey !

    Touche les bons comme les méchants. L’empoisonnement peut s’accompagner de flous, des rires de connivence des personnages qui sont au courant, d’une musique sinistre, etc.
    Vaut aussi pour une drogue administrée dans le but d’endormissement.

    — Entre le héros/héroïne et le méchant/méchante, c’est une affaire personnelle

    Dis donc, toi, qui essaie d’asservir le monde, t’aurais pas massacré toute ma famille quand j’étais trop petit pour me défendre ? Tu vas mourir ! Mais avant je te ferai cracher le nom de ta crème anti âge !

    — L’univers est petit

    « Toi, ici ? »... Quand on tombe sur une vieille connaissance à l’autre bout de la galaxie

    — La chatte à Maurice (ou anti-chatte à Mireille)

    Moins de chance que ça, c’est au moins une malédiction égyptienne sur 7 générations.

    — Retour d’un personnage qu’on croyait mort

Scénario > Situation

    — Bagarre | Duel de fortes personnalités

    Y compris au sein du même camp

    — Reprend connaissance | sur un lit d’hôpital

    Peut voir flou dans les premières secondes de son réveil.

    — Situation | Moment « Woo-hoo ! »

    ... ou moment « You-hou ! », « Ou-hou ! », etc.
    Poussé par exemple à bord d’un grand huit, d’un hors-bord ou plus généralement dans une explosion d’enthousiasme.

    — Tension | Torture

    Le hobby du/de la méchante.

    — Trop injuste | Victime ou témoin pas crue (par la police)

Thème > GI Joe

    — Agissement | Salut militaire

    Chef, oui Chef !

    — Répond | « Affirmatif !/Négatif ! »

Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Coiffure impeccable, en toutes circonstances
    — Carton-pâte | Tape aléatoirement sur un clavier d’ordinateur

    On aimerait tellement voir le résultat de la frappe au clavier de cette personne : sans doute quelque chose d’approchant à « amvk fké à(_(à »,v,s lmw, ,sdlmfk".

    — Impossible, mais pourtant réussi | Tir (armes de jet, à feu)
    — Non-suspension d’incrédulité | Disparaît comme par enchantement
    — Scientifiquement non prouvé | Physique des matériaux soumise à rude épreuve

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Violence sexuelle | Attrape le menton d’une femme

    ou met sa main derrière la nuque d’une femme dans un moment d’intimité, ou donne une petite tape affective du poing sur le menton d’une femme.


Thème > Testostérone

     ? | Pulsion sexuelle masculine
    — Bagarre | Un seul bras pour les assommer tous

    Mais qui va bien pouvoir gagner entre d’un côté ces cinq brutes rigolardes qui transpirent la confiance en soi et la testostérone et de l’autre ce héros/cette héroïne solitaire calme qui transpire aussi la confiance en soi et la testostérone ?

    — Muscle | Séquence d’entraînement physique (parfois débile)

    Séance d’entraînement physique, avec ou sans musique, qui comprend du footing, de la boxe, des pompes, de l’attrapage d’animaux, etc. En général, on y voit la progression (spectaculaire) de la personne qui s’entraîne, qui clôt la séance en réussissant un exercice qui le/la tenait jusqu’alors en échec.

    — Truc de mecs | Amitié virile

    fraternité de bataillon, etc.

    — Véhicule | Appuie sur le champignon, montre que t’en as dans le caleçon

    Un personnage kiffe la conduite sportive, à grands renforts de Vroumm vroumm, crissement de pneus, dépassements dangereux, etc. Un vrai mec, on vous dit.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 79 ingrédients et les 8 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Interprétation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?