Vampyros lesbos

Mon amie est la Reine de la nuit
Linda, pour régler l'histoire d'héritage d'une comtesse italienne devenue orpheline, se rend à Istanbul avec son mari. Depuis quelque temps Linda souffre d'un mal étrange. Chaque nuit elle est comme envoutée par une mystérieuse femme brune qui ne cesse de l'appeler. Peu à peu Linda deviendra l'esclave de cette femme et obéira aux moindres désirs de cette dernière. Pour se changer les idées elle décide de passer une soirée avec son mari dans un cabaret. Lors d'un spectacle de striptease, Linda aperçoit la créature de ses rêves sur scène. Cette femme n'est autre que cette mystérieuse comtesse. Linda se rend seule sur l'île de la comtesse, qui est une vampire qui ne survit que de sang et de sexe. Elle souhaite initier Linda aux plaisirs lesbiens et la pousse petit à petit à devenir vampire à son tour... Linda réussira-t-elle à quitter l'île à temps ?
source synopsis et images : Tele-Cine Film- und Fernsehproduktion C. Fénix Films CCC Filmkunst
Fiche créée le 12 janvier 2023 et mise à jour le 19 mai 2023
Je le reverrais avec plaisir
sur l'échelle de Slater
  3 regards incrédules :
  1. Le son de droïde sonde ;
  2. le harakiri au clou ;
  3. la mort du docteur Seward.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Gros gros point fort du film, le son du début, une espèce de dialecte robotique, salmigondis de paroles à l’envers ressemblant à s’y méprendre aux sons émis par les droïdes sondes de Star wars (mais 8 ans avant L’empire contre-attaque !) et qu’on va entendre très régulièrement tout du long pour ponctuer des moments officiellement estampillés étranges par Jesús Franco, le réalisateur aux mille talents.

Déjà là, j’étais tout spasme dehors à me bidonner. Stordinaire.
Mais les qualités de Vampyros Lesbos ne s’arrêtent pas là, que nenni. J’ai particulièrement apprécié :

  • un bon petit paquet de regards caméra, plus ou moins appuyés, notamment d’Omar (Andrea Montchal), le compagnon de Linda (je commence une collection de GIF sur le thème) ;
  • le cadrage approximatif mais pour autant très étudié, qu’on pourra plutôt qualifier de cadres hors du commun, qui se veulent en décalage mais on sait jamais bien en décalage par rapport à quoi ;
  • Et pour faire la paire, pas mal de mise en scène énigmatique à base de déplacements très lents, de regards fixes et tout le bordel ;
  • les changements d’atmosphères, aussi réguliers que brutaux, en témoigne la scène de rencontre entre la comtesse (Soledad Miranda) et Linda (Ewa Strömberg), venu en Turquie pour régler une succession au profit de la dite comtesse, qui commence directement par « Allons nager avant de parler affaire » et se poursuit par un bain de mer suivi d’un bain de soleil à poil sur la plage ;
  • les extrêmes gros-plans de regards mal cadrés ;
  • du zoom, du zoom et encore du zoom, très brefs sur un point lumineux. Ou centrés sur des cris perçants (un zoom de cri qu’on appelle ça dans le jargon, vous verrez c’est formidable).
  • de la couleur en veux-tu en voilà : du jaune (beaucoup de jaune), du vert et du rouge (beaucoup aussi) en grands aplats typique de l’époque ;
  • de la mise au point floue pour faire bonne figure avec le reste ;

Plusieurs scènes sortent du lot dont l’attaque fabuleucroyablement drôle du docteur Seward par Morpho dans les escaliers (meilleure scène du film) ou la mort par harakiri de Morpho… avec un clou !
Quoi d’autre ?
Eh bien la musique, enchantement dans son jus de passages à l’orgue qui trémolote en passant par les petits whoua whoua joués au sitar.

L’histoire on s’en fout un peu d’autant que des pans entiers ont vraisemblablement été coupés (ou jamais filmés), ce qui rend parfois incompréhensible l’intrigue, mais à la mérite d’obliger à un travail d’imagination salutaire.

Et avec tout ça pas plus de 20 ingrédients au bingo des clichés de films ?!
Bé oui. C’est qu’il ne se passe pas grand-chose grand-chose entre les scènes de spectacle de cabaret mettant en valeur des corps féminins dénudés à grand renfort d’érotisme trouble et intense suscitant plus de sourire qu’autre chose. Et qui plus est, sutout quand ce pas grand-chose ne brille pas par son dynamisme.

Mais ce qui m’a frappé a posteriori avec ce film, malgré toutes ces qualités nanardeuses, c’est bizarrement sa forte personnalité, sa maîtrise improbable : je ne me suis pas ennuyé une seconde et au final, sans que je sache bien comment ni pourquoi, le film se tient bien tout seul comme un grand, et s’extrait du nanar pour devenir un mutant cinématographique, par une sorcellerie tout droit sortie des enfers.
Comme dit l’adage : « Méfions-nous des comtesses d’Anatolie  ».



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 18 ingrédients et les 2 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage > Interprétation

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Scénario > Dialogue

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?