Ultime violence : Ninja II

Jacuzzi-torture
Après que sa famille est tué au Japon par des ninjas, Cho et son fils Kane viennent en Amérique pour commencer une nouvelle vie. Il ouvre un magasin de poupée, mais importe sans le savoir l'héroïne dans les poupées. Quand il découvre que son ami a trahi lui, Cho doit se préparer à la bataille finale, il n'a jamais été impliqué.

Titre original (ou alternatif) : Revenge of the ninja
source synopsis et images : The Cannon Group Golan-Globus Productions
Fiche créée le 3 juin 2023 et mise à jour le 5 juin 2023
Je le reverrais avec plaisir
sur l'échelle de Slater
  9 regards incrédules :
  1. la scène d’hypnose ;
  2. les 4 zonards dans le parc pour enfants ;
  3. la varape sur du béton avec les griffes de ninja ;
  4. le crachage de makibishis ;
  5. la grand-mère ninja ;
  6. les sauts de muret terminés au trampoline ;
  7. la mort du borgne dans la fontaine ;
  8. La torture du jacuzzi ;
  9. la mort de Braden.

   VU SUR VHS83  


Des choses gentilles à dire sur ce film

Un film de la Cannon avec le mot « ninja » dans le titre titille forcément la corde insensible du bon goût et surtout celle, plus réactive, du mauvais.
Ultime violence débute à la fois très mollement et sur les chapeaux de roues : les chapeaux de roues par la horde de redoutables ninjas qui attaquent cruellement et inexplicablement une paisible famille sans défense ; mollement parce que toute l’action semble bizarrement avoir été tournée sous l’eau. Alors que non évidemment, parce qu’on a bien vu un bassin avec des poissons dans le jardin de la famille attaquée et que serait bizarre que les poissons soient restés dans le bassin si tout était sous l’eau.
Paradoxalement, c’est d’ailleurs un des points forts du film puisque quasi toutes les cascades et les combats sont exécutées avec une surmollesse aigüe, chaque geste étant téléphoné et/ou raté et rattrapé à l’arrache à l’écran, comme ces gymnastes qui loupent leur sortie aux barres asymétriques en se penchant en arrière, manquant de perdre l’équilibre avant de se remettre comme si de rien n’était et sourire de toutes leurs dents au jury. Dans Revenge of the ninja, c’est ça tout le temps. Et quand je dis tout le temps, ce n’est pas exagéré puisque de l’action il y en a. Beaucoup.
L’histoire tient debout par miracle pour peu qu’on n’en gratte pas le vernis, c’est-à-dire qu’on y trouve une situation initiale, un élément perturbateur, des péripéties, un gang de zonards squattant une aire de jeu pour enfants, des sauts de murets qui se terminent en cabrioles de trampolines, une grand-mère ninja, un dénouement et une longue et formidable situation finale.
Mine de rien, ce petit film fauché donne tout ce qu’il n’a pas, notamment des idées (le crachage de makibishis au visage, la jacuzzi-torture, le sac à malices d’armes, de l’envoutement fantastique express) de l’audace (de la varape avec des griffes de mains, les loops de rires du ninja noir, le masque du méchant en plastique argenté acheté à la Foir’Fouille - en plus de n’avoir aucun honneur, ce type n’a aucun goût, les explications du danger des « étoiles de la mort ») et des personnages croustifondants (le borgne, le sbire autochtone d’Amérique, le boss mafieux, Cathy).

Un moment magique passé dans mon petit cageot.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi les 100 que comptent cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces 100 ingrédients, seuls 50 figurent dans la recette de ce film (sur les 54repérés par l'équipe d'Incredulos Vultus) ; ce qui veut dire que 50 ingrédients de cette liste ne se trouvent pas dans ce film.

Personnage > Agissement

    — Avait pourtant été prévenue de ne pas faire ça

    On lui avait dit, pourtant ! Mais cette fichue tête de mule n’écoute jamais... et tant mieux pour les spectateurs et spectatrices.
    « Avait pourtant été prévenu » touche autant à la narration qu’à la caractérisation du personnage.
    Dans le premier cas, il permet de développer le récit sur le principe action/réaction, cause/conséquence. On se rapproche de l’ingrédient Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard/fusil de Tchekhov : en tant que spectateur, on aurait été déçue que le personnage ne se soit pas aventuré, par exemple, là où il ne devait pas aller.
    Dans le second, ça assied ou renforce le caractère du personnage : détermination, inconscience, couilles au menton...
    L’entrée peut avoir aussi une connotation morale proche du conte, avertissements de mères-grands et j’en passe.

    À ne pas confondre avec une menace du type « si tu t’approche je fais ça, je te préviens ! » mise à exécution.

    — Bagarre | Envoie du sable dans les yeux
    — Bagarre | Brise nuque

    Une des signatures de Schwarzy.

    — Bagarre | Coup dans les couilles (ouch !)

    L’arme des faibles qui fait toujours mouche.

    — Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

    — Contre-intuitif | Lance une répartie comique incongrue dans un moment dramatique

    Même dans les situations le plus dangereuses, la coolitude du personnage est telle qu’elle/il ne peut s’empêcher de faire une blagounette.

    — Course-poursuite | Court après un véhicule

    Que le personnage soit abandonné par les gens qui partent sans lui ou qu’il cherche à les rattraper, il se retrouve à leur courir après, en vain (ou pas).

    — Famille | À la fin, tombe dans les bras de sa femme/son mari/son fils/sa fille

    & variantes

    — Passion | Se fait draguer
    — Se couvre le visage avec les avant-bras avant une collision ou une explosion

    Et variantes.

    — Tension | Croit apercevoir quelque chose du coin de l’œil/se sent observée et se retourne

    Un ’ro minet...

    — Tension | Tape du poing sur la table pour passer sa colère

    & variantes : tape dans objet ou jette un objet


Personnage > Caractéristique

    — Blues | Sa femme, sa fille sa mère ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — Cœur d’or | Change d’avis et accepte d’aider le personnage en détresse

    On a une conscience ou on n’en a pas.

    — Super pouvoir | Il/elle sait tout faire
    — Vie personnelle | Famille ou boulot : priorise son boulot plutôt que sa famille

Personnage > Citation

    — Questionne | « Y’a quelqu’un ? »

    Dit à la suite de l’entrée d’un personnage dans un lieu désert.

    — Rassure | « Il ne t’arrivera rien, je te le promets », « Ça va aller »

    & variantes : « Je te promets que tout va bien se passer », etc.


Personnage > Héros ou héroïne

    — Loose | Se recentre ou évacue sa frustration au bar (ou au fond d’un verre)
    — Stylé | Intercepte la main / le poing qui s’approche pour le frapper

    La classe... Même s’il a pas mal morflé jusque-là.

    — Super pouvoir | Simple blessure au front, au bras...

    Il s’en est pris pourtant, des beignes, mais visiblement, il est costaud le bougre !


Personnage > Méchante

    — À l’épreuve | Sous-fifre qui se fait berner comme une bleue
    — Bagarre | Les méchantes attendent patiemment leur tour avant de prendre leur raclée

    Comme à la Sécu.

    — Mort | Le chef des méchants (ou la traîtresse) meurt toujours en dernier

    Autrement dit, tant qu’un de ses sous-fifres reste en jeu, il pourrait survivre à une décapitation.

    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.

    — Traîtresse (connue de la spectatrice/du spectateur)

    Traitresse posée d’emblée en tant que telle dans le récit ; contrairement à celui/celle qui fait l’objet (même si on le repère direct) d’un coup de théâtre.


Personnage secondaire

    — Flic d’aucun secours

    Soit parce qu’il est dans le coup, soit parce qu’il est incompétent, soit parce qu’il se fait buter direct comme une merde.
    Comprend aussi l’équipe d’intervention qui arrive bien après la bataille.

    — Milice (pouet-pouet) du/de la méchante

    Elle a ses propres couleurs, souvent étonnantes, les hommes qui la composent ont souvent des uniformes plutôt moches, un salut et une devise ridicule.

    — Petits voyous Disney Channel

    Bande de petites frappes à laquelle on ne croit pas une seconde : un leader au duvet naissant, un side-kick qui tope à toutes ses vannes nulles et une suite bigarrée dont les seules ambitions est de chourer les bonbecs et l’argent du déjeuner du héros.

    — Villageois patibulaires

    La casquette à carreau enfoncée jusqu’au nez et le fusil de chasse sur l’épaule.


Réalisation

    — Course-poursuite | Gros plan du pied sur la pédale d’accélération ou de freins

    Insert toujours utile.

    — Fin | Plan grue/hélico qui s’éloigne en montant

    Voire zoom arrière qui emmène le spectateur jusque dans l’espace.

    — Grammaire | Ralenti lors d’une chute ou d’un saut dans le vide
    — Grammaire | Ralentis injustifiés et insupportables

    Ralenti = oh là là, attention, il se passe quelque chose de dramatique !

    — Mise en scène | Fluide visqueux qui goutte sur un personnage

    & variantes : sang qui tombe au goutte à goutte

    — Tension | Amie qui ne répond pas à l’appel de son prénom

    « Amanda ? Amanda ? AMANDA ?! »
    « A M A N D A A A !!! »

    — Tension | Bombe désamorcée (ou menace stoppée) in extremis

    & variantes

    — Tension | Mort originale
    — Tension | objet qui tombe au ralenti et dont la chute risque de donner l’alerte/faire céder le sol etc.
    — Vue subjective | de menace

    Agresseur, tueur, créature, monstre... Respiration rauque en option.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Mobilier | escamotable, révélant une pièce ou des équipements cachés

    Précieux dans les petits espaces.

    — Pouet-pouet | Accessoire factice

    Des colonnades en carton, une épée en plastique, des rochers en polystyrène, etc.

    — Pouet-pouet | Costumes découpés aux ciseaux / fausse usure

    Sur le papier, les vêtements pâtissent des aléas que traverse le personnage ; à l’écran, ça se traduit par des entailles bien propres, artificielles.

    — Pouet-pouet | Fausse blessure

    Beaucoup de sang, mais pas de plaie. Ou à l’inverse, une plaie qui ne saigne pas.

    — Pouet-pouet | Mannequin en chute libre

    & variantes : mannequin écrabouillé, mannequin projeté... mais mannequin libéré !


Réalisation > Audio

     ? | Dialogues en arrière-plan sonore

    Lors d’un rassemblement, on entend des voix plus distinctement que d’autres :
    ‒ « J’en ai pris plein la poire ! » ;
    ‒ « Laissez-le parler ! » ;
    ‒ « Il a raison ! » ;
    Etc.

    — Ambiance sonore | Concert de klaxon pendant un embouteillage

    Inclut des insultes lancées avec un accent de titi parisien

    — Bruit exagéré | « Sluuurp »

    Un gros bruit exagéré d’une personne qui mange de la soupe ou finit un verre.

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Balles qui ricochent contre du métal

    Bruits encore plus exagérés quand les balles ricochent sur des murs en pierre, sur du sable, de la terre, du bois... ou encore de la neige !

    — Bruit exagéré | Bruit métallique injustifié

    Comme une épée tirée d’un fourreau en cuir ; et par extension, tout bruit métallique absolument impossible.

    — Bruit exagéré | Coup de couteau

    Extra spongieux.

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Bruit exagéré | Les épées, cannes, flèches, lances font woosh et cling !

    Woosh pour les coups donnés dans le vide (entraînements, démonstrations de rapidité) et cling dans les combats réels... Ah oui, et les armures font bong parfois.

    — Bruit générique | Verre cassé

    Ou vase, poterie...

    — Voix off | Pensées de personnage

    Sauce tartare, sauce tartare, sauce tartare.


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Vomi (gag)

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Début d’une phrase énoncée par un personnage et terminée par un autre
    — Foule en colère
    — Menace feutrée de mafieux

    Pleines de sous-entendus totalement transparents... si tu vois ce que je veux dire.

    — Philosophie ou psychologie de comptoir

    Quand on a la chance de recevoir une leçon de vie comme celle-là, on en profite, parce qu’elle va nous changer à tout jamais.


Scénario > Élément

    — Drapeau national flottant au vent
    — Gifle de femme outrée

    A souvent valeur de gag mais pas que.

    — Impérialisme, néo-colonialisme ou propagande
    — Merci, Captain Obvious !
    — Titre du film énoncé dans le film
    — Une proche meurt sous ses yeux

    sa copine, son pote, son mari, son gnard...


Scénario > Ficelle scénaristique

    — Hypnotisée à son insu

    Genre tu accompagnes un potes à un spectacle de magie, c’est lui qui monte sur scène mais c’est toit qui te ramasse l’envoûtement.

    — Impossible mais pourtant réussie : infiltration

    Faut dire que l’équipe de sécurité, c’est des gros blaireaux...

    — Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard
    — L’univers est petit

    « Toi, ici ? »... Quand on tombe sur une vieille connaissance à l’autre bout de la galaxie

    — La chatte à Maurice (ou anti-chatte à Mireille)

    Moins de chance que ça, c’est au moins une malédiction égyptienne sur 7 générations.

    — La chatte à Mireille

    À ce niveau-là, est-ce encore de la chance ? Plutôt une intervention divine.

    — Retour d’un personnage qu’on croyait mort
    — Tension | Se réveille ligotée

Scénario > Situation

    — Agissement | Se recueille sur une tombe/devant un cercueil, etc.

    Là, c’est le moment émouvant où on est censée comprendre pas mal de trucs sur la psychologie des personnages.

    — Bagarre | dans les chiottes

    Avec fracassage de tête contre un lavabo ou l’émail de la cuvette.

    — Police | Bon flic et méchant flic
    — Situation | Moment gênant lors d’un repas

    Les repas sont souvent le lieu de psychodrame, révélation embarrassante qui casse l’ambiance.

    — Toilettes | Conversation

    L’endroit où et se font et se défont rois et reines.


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Munitions illimitées
    — Carton-pâte | Coup de poing pouet-pouet

    Coup de poing qui passe à l’aise à 40 cm de la cible, mais qui touche quand même ; la magie du cinéma.

    — Scientifiquement non prouvé | Physique des matériaux soumise à rude épreuve
    — Trop conne | Prévient sa future victime avant de la frapper

    On pourrait croire l’effet de surprise passé de mode.


Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Wacisme

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Harcèlement ou agression sexuelle | Culture du viol
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Violence sexuelle | Violente une femme sans raison

Thème > Testostérone

     ? | Fallait pas la/le faire chier
     ? | Pulsion sexuelle masculine
     ? | Méthodes musclées
    — Bagarre | Objet du quotidien qui devient une arme (mortelle)

    Un homme un vrai sait s’adapter à son environnement... Et oui, on peut tuer quelqu’un avec un frigo.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 54 ingrédients et les 9 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Méchante

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !





« Bon, Sho Kosugi, Sam Firstenberg, on sait à peu près à quoi s’attendre : une série Z d’action ultra-fauchée ! Ça ne manque pas ici, et franchement, ce Revenge of the Ninja ne vaut pas grand-chose, même en étant très gentil. Côté acteur, rien à souligner de notable, par contre c’est très mal campé ! Surjeu outrancier (film de ninja oblige !), personnages aussi creux que quelconques, et prestations martiales de secondes zones. Je ne sais pas si c’est la faute du chorégraphe, du réalisateur, ou encore des interprètes eux-mêmes (Kosugi est pourtant un vrai artiste martial), mais les scènes d’action sont réellement très nulles, et c’est sûrement la grande faiblesse de ce film. On peut pardonner à une série Z à peu près tout, sauf lorsqu’elle rate l’essentiel, et ici c’est les combats, lesquels ne ressemblent à rien, et tirent volontiers vers l’absurdité la plus totale. Ah, une rencontre entre une bimbo blonde combattante et un gamin de CE2, c’est du lourd sur le papier, et je peux vous dire que dans les faits c’est une exceptionnelle baston nanarde ! Très mauvais sur l’action (on est à peu près au niveau d’une cour de récré de maternelle), Revenge of the Ninja n’est malheureusement pas très fort ailleurs ! Scénario vu et revu, jusqu’à l’indigestion même, plein d’invraisemblances et d’absurdités en plus, c’est très nanar, très drôle au second degré, mais ça n’en reste pas moins mauvais. En fin de compte ce film pique à tous les râteliers du genre en réalisant le tour de force de faire moins bien partout ! Formellement je ne m’étendrai pas beaucoup non plus. Budget minimaliste, et résultat minimaliste. Costumes débilitants, photographie sans relief, décors minimums (les films de ninjas font généralement très fort en la matière), bande son aux oubliettes, et enfin mise en scène anémique. Firstenberg m’avait presque surpris dans Le Trésor de McCinsey, mais alors ici on s’effondre, avec des ralentis foireux qui ne mettent que plus en avant le minimalisme et l’indigence des scènes d’action ! Risible au possible, totalement fauché, Revenge of the Ninja est d’une nanardise de chaque instant. Il n’y a pas grand-chose à sauver en fait, pour ne pas dire rien, mais enfin, une chose est certaine, on se marre bien si on prend ce métrage au deuxième ou au troisième degré ! Un vrai gros nanar ninjesque quoi ! 0.5 »


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?