Turbo Kid

Ramdam Apple
Dans un monde ravagé par l'apocalypse, un jeune garçon passionné par les bandes dessinées survit à l'hiver nucléaire en échangeant contre un peu d'eau les objets qu'il trouve dans les ruines des Terres Désolées. Mais l’enlèvement de son amie Apple par un sbire du maléfique Zeus le forcera à affronter ses peurs et à devenir un héros malgré lui.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Quel gros gros gros plaisir. Turbo Kid, c’est enthousiaste, c’est bourré d’idées et c’est, l’air de rien, aussi très travaillé. La base est celle d’un post-apo classique. Qui dit post-apo, dit, en effet, aridité, toxicité et zones interdites ; pénuries, troc et méfiance ; cacique local ‒ et son armée de punks hirsutes ‒ qui organise des combats à mort dans une piscine désaffectée... et c’est à peu près tout ce qui sera familier.
Les buggy, on oublie ; ici les survivants sillonnent leur environnement en BMX. Et ça c’est une super idée. D’une part, parce c’est finalement pas si déconnant, dans un monde ravagé depuis un petit moment, l’essence, on peut difficilement compter dessus, et d’autre part, parce que ça contribue aussi à donner au film une belle identité. Moins surréaliste, moins absurde qu’on pourrait s’y attendre, l’élément reste marquant tout en apportant un degré de tension supplémentaire : voir Skeletron, l’un des principaux antagonistes, pédaler comme un dératé, loin de le rendre ridicule, renforce la menace que représente le personnage.
Le BMX, par ailleurs, va finir d’ancrer le film dans un délire années 80-90 plutôt fun tout en esthétique chrome/laser et en musique synthé (excellente au demeurant)... Et sans les jeux de références faciles des productions racoleuses nostalgiques. L’hommage est plutôt sincère et découle d’une vraie logique de narration : après tout, l’histoire se passe en 1997. Il n’est pas étonnant dès lors de croiser des personnages portant des vêtements aux couleurs vives ou un ado fan d’un feuilleton/comics book dont le héros est un justicier armé d’un laser et équipé d’un super véhicule. Une manière d’enfoncer le clou sur ce nouveau monde et son rapport à l’âge qui l’a précédé : les années 80-90 sont encore proches et pourtant terriblement lointaines, et ses objets en plastique ainsi que la sur-consommation qu’ils représentent ‒ qui, en extrapolant un peu, a très bien pu sonner sa perte ‒ deviennent des reliques presque sacrées.
C’est décalé mais cohérent et travaillé. Les personnages sont d’ailleurs suffisamment bien écrits et peaufinés pour ne pas laisser insensible. Que ce soient les bons : le Kid (Munro Chambers) et son côté naïf, qui lit à voix haute ses Turbo Rider, cherche à marcher dans les pas de Frederic (Aaron Jeffery) et Apple (Laurence Leboeuf) et son enthousiasme communicatif constitue un duo particulièrement touchant... ou les mauvais, Zeus (l’écrasant Michael Ironside) et son bras droit survolté du nom de Skeletron (Edwin Wright) au masque et à la dégaine stylés.
Petit plaisir supplémentaire, Turbo Kid fait aussi la part belle aux explosions gores. Du gore qui tache autant qu’il peut tirer des sourires. C’est dingue, c’est énervé, et pourtant, de la même manière que l’introduction des BMX ne fragilise en rien cet univers post-apo, cette facette grand-guignolesque, pour jouissive qu’elle soit, met en valeur la poésie du dérisoire qui se faufile dans le film via les personnages de Kid et Apple.
Un film riche en somme.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces ingrédients, seuls 34  figurent dans la recette de ce film ; tous les autres ne s'y trouvent pas.

Bonus

    — Non-suspension d’incrédulité | Festival d’incohérences

    À partir de 4 « Nan mais c’est n’importe quoi ! » en moins d’1 quart d’heure.


Personnage > Agissement

    — À voix haute | Lit ou fait la lecture

    Souvent pour donner des éléments au spectateur... Parfois pour réveiller accidentellement une entité maléfique.

    — Bagarre | Atteint, blesse ou tue une alliée lorsque l’adversaire esquive
    — Bagarre | Fracasse une bouteille sur le crâne d’un type

    Pleine en plus. Ces gens n’ont aucun savoir vivre.

    — Bloque une porte avec une chaise
    — Passion | Fait preuve de jalousie ou de rivalité masculine

    Bonus de 5 pts si un des hommes au cœur de cette rivalité croise les bras de frustration/colère/mécontentement.

    — Se regarde dans un miroir | Introspection, reprise en main (films à corriger)
    — Stylé | Demande un truc en claquant des doigts

    C’est qui le boss ?

    — Stylé | Donne un conseil gagnant à une personne jouant aux échecs

    Cavalier en D3.

    — Tension | Porte la main à son visage dans un moment dramatique

    ou les deux mains... dans un geste soit trop théâtralisé, soit très mal joué, voire les deux.

    — Tension | Rappelle à ses troupes qui commande, nom de nom

    Un rappel qui repose généralement sur l’humiliation ou la violence.


Personnage > Caractéristique

    — Le bon roi aimé de la populace
    — Lunettes | Ne voit rien sans ses lunettes
    — Ouh ! | Réactionnaire
    — Super pouvoir | A un œil de lynx

    Il repère le moindre détail anormal ; imbattable à « Où est Charlie ? »

    — Tension | Hantée par des souvenirs traumatisants

Personnage > Citation

    — Ordonne | « Je le veux vivant / Je la veux vivante »
    — Rassure | « Tu as fait ce qu’il fallait »

    en réponse à un moment de doute


Personnage > Héros ou héroïne

    — Tension | Donne une leçon de courage face à son bourreau

    & variantes : est insolente face à son bourreau


Personnage > Interprétation

    — Applaudissement ironique

    Clap.
    Clap.

    Clap.

    Clap.


Personnage > Méchante

    — À l’épreuve | Sous-fifre qui se fait berner comme une bleue
    — Profil | Homme de main sadique et/ou surexcité

Personnage secondaire

    — Foule en délire | Concert, spectacle, manifestation sportive
    — Punks post-apo et émeutiers de villes futuristes aux goûts vestimentaires douteux

    Punk is not dead.


Réalisation

    — Chapitrage façon bouquin
    — Course-poursuite | Sème la panique en roulant sur le trottoir

    Passants : « Eh mais il est fou », « Attention !  », « Yaaaaaah ! ».
    & variantes de zones piétones : centres commerciaux, galeries marchandes, etc.

    — Course-poursuite | Voiture qui décolle, filmée en contre-plongée

    Woo-hooooooooooo !

    — Fin | Ouverte

    (on voit le héros dans la foule/c’est une autre histoire/point d’interrogation)

    — Fin | Véhicule ou personnages qui s’éloignent
    — Grammaire | Passage musical
    — Habillage | Titre qui apparaît en gros à l’écran, accompagné d’un effet sonore

    bruit métallique, coup de tampon & autres variantes.

    — Les premières apparitions du tueur ou monstre se font par petites touches

    Une ombre, les pieds, un gros plan sur une main, un bout de hanche, un fragment d’arrière de crâne...

    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Ouverture | Survol à basse altitude de vastes éléments naturels
    — Tension | L’œil de la menace apparaît soudainement dans le trou de la serrure ou l’embrasure de la porte
    — Vue subjective | d’une personne droguée, sonnée ou victime de malaise

    Voit de manière floue et penchée.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Pouet-pouet | Effet pyrotechnique hasardeux

    Souvent à base d’étincelles disgracieuses, sans aucun rapport avec la réalité.

    — Tension | Compte à rebours
    — Tension | Système de sécurité / d’alarme artisanal

    Ficelle tendue entre la porte et le chambranle, bris de verre devant la porte qui crissent à l’approche de quelqu’un, bouteille en verre équilibre sur la poignée...


Réalisation > Audio

     ? | Dialogues en arrière-plan sonore

    Lors d’un rassemblement, on entend des voix plus distinctement que d’autres :
    ‒ « J’en ai pris plein la poire ! » ;
    ‒ « Laissez-le parler ! » ;
    ‒ « Il a raison ! » ;
    Etc.

    — Bruit exagéré | Les épées, cannes, flèches, lances font woosh et cling !

    Woosh pour les coups donnés dans le vide (entraînements, démonstrations de rapidité) et cling dans les combats réels... Ah oui, et les armures font bong parfois.

    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.
    — Effet | Son de disque rayé (distorsion)

    Proposition pour distinguer cette entrée du disque rayé pur et dur.

    — Musique | Pouet-pouet

    Assenés à coups de trombone ou de pizzicati.

    — Woosh | mouvement / acrobaties

    Woosh généré par un simple mouvement ou une série d’acrobaties du type : triple salto arrière = woosh ; saut de l’ange = woosh ; enchaînement roulade, saut extension, planche et chandelle = woosh, woosh, woosh et woosh


Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense !

    Exemples :

    • une musique stridente accompagne l’arrivée dans le champ d’une main qui se pose sur l’épaule du personnage que l’on suit, mais ce n’était que la main d’un ami.
    • un discours d’un officiel mécontent laisse croire à une sanction terrible pour un personnage, jusqu’à l’annonce d’une remise de médaille annoncée avec un grand sourire.

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — Vomi (gag)

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Bivouac

Scénario > Dialogue

    — Atteinte à la virilité | Taulards, sportifs, soldats ou flics appelés mesdemoiselles

    & variantes.


Scénario > Élément

    — Référence (grossière) à la culture populaire
    — Référence à un holocauste nucléaire
    — Titre du film énoncé dans le film

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Balle arrêtée par un objet porté dans une poche
    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Coursée par des petites frappes, se réfugie dans un local abandonné où il/elle fait une découverte qui va changer sa vie

    Un film/téléfilm jeunesse sur trois dans les années 1990.

    — Entre le héros/héroïne et le méchant/méchante, c’est une affaire personnelle

    Dis donc, toi, qui essaie d’asservir le monde, t’aurais pas massacré toute ma famille quand j’étais trop petit pour me défendre ? Tu vas mourir ! Mais avant je te ferai cracher le nom de ta crème anti âge !

    — Trahie par : un éternuement, une sonnerie de téléphone, un objet qui tombe, etc.

    & variantes


Scénario > Situation

    — Agissement | Conversation privée entendue à l’insu des personnes qui parlent

    & variantes : les micros sont restés ouverts, conversation de toilettes de lieux publics, etc.

    — Bagarre | Combat féroce dans une arène

    Dans une cave, un parking, une usine désaffectée, aujourd’hui ou dans l’Antiquité : beaucoup plus rigolo que les courses d’escargots.
    Et très populaire chez les gens qui parient et qui croient très très forts en levant les bras.

    — Bagarre | de bar

    Table cassée en deux, pied de chaise ou bouteille de rhum comme matraque, combat de cannes de billard, tout y passe.

    — Situation | Moment « Woo-hoo ! »

    ... ou moment « You-hou ! », « Ou-hou ! », etc.
    Poussé par exemple à bord d’un grand huit, d’un hors-bord ou plus généralement dans une explosion d’enthousiasme.

    — Tension | Torture

    Le hobby du/de la méchante.


Thème > GI Joe

    — Agissement | Rire de commando/de bande de voyous etc.

    Rire gras et collectif à l’évocation d’un passé commun/anecdote gênante/blague salace/humiliation/mission à venir


Thème > N’importe quoi

    — Carton-pâte | Le regard des personnages ne porte pas au-delà du champ de la caméra

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Harcèlement ou agression sexuelle | Culture du viol
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Violence sexuelle | Attrape le menton d’une femme

    ou met sa main derrière la nuque d’une femme dans un moment d’intimité, ou donne une petite tape affective du poing sur le menton d’une femme.


Thème > Testostérone

     ? | Fallait pas la/le faire chier
    — Stylé | Retient le bras d’un agresseur avant que son poing n’atteigne sa victime

    & variante main+couteau


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 34 ingrédients et les 14 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Interprétation

Personnage > Méchante

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > Testostérone


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?