Treize vies

Un modèle
Inspiré d'une histoire vraie qui a captivé le monde, "Treize Vies" retrace de manière palpitante le sauvetage de jeunes footballeurs dans la grotte de Tham Luang, en Thaïlande, piégés par des pluies torrentielles et une dangereuse inondation.

Titre original (ou alternatif) : Thirteen Lives

Des choses gentilles à dire sur ce film

Porter à l’écran un fait réel est un exercice compliqué sur lequel beaucoup ont pu se casser les dents. Avec Ron Howard aux manettes, c’est quitte ou double, autant par le passé, il a pu montrer que l’histoire vraie et même, plus largement, la biographie, il savait faire (sans systématiquement faire des étincelles il est vrai), autant il a pu montrer, aussi, qu’il savait se croûter comme un grand. Et pour Thirteen lives, basé sur les opérations de secours de la grotte de Tham Luang, Ron Howard rappelle que, s’il n’est pas un virtuose, c’est, du moins, un réalisateur très solide.
Pas de grandes effusions, pas de montages sur les visages inquiets partout autour du monde, pas de grandes envolées symphoniques... à peine un épilogue écrit. Ron Howard fait dans le sobre, si bien que son film n’apparaît à aucun moment comme voyeuriste, racoleur ou putassier, ce qui constitue l’écueil majeur contre lequel s’échouent volontairement ou involontairement la plupart de ces productions.
Aussi bien sur la portée dramatique des évènements que sur l’aspect spectaculaire du sauvetage, Ron Howard appuie juste quand il le faut, là où il faut et surtout relâche tout de suite. À titre d’exemple, la carte claustrophobie est bien présente dans le film, mais elle est davantage jouée dans l’idée d’appuyer le récit que d’assurer le spectacle : une ou deux scènes suffisent à poser le décor et les enjeux. Même chose en ce qui concerne les personnages, Ron Howard ne s’appesantit jamais, quelques scènes suffisent pour tout ressentir.
En fait, même si la photo est nickel, même si les plans sont bien composés, même si les acteurs sont très convaincants, on ne reste jamais bouche bée devant une scène, comme happé par un tableau monumental, et on ne sort pas non plus de la séance en commentant wow, qu’est-ce que je viens de voir. Par contre, ce film on y repense. Régulièrement. Et il apparaît plus grand à chaque fois. Le tour de force de Ron Howard sur ce film est d’avoir su se montrer talentueux en toute discrétion...
Et cette maîtrise lui a permis de tenir une position pas évidente. D’un point de vue artistique, il arrive à maintenir une bonne tension même si l’issue des faits ne fait aucun doute, tout en témoignant, sur le plan humain, d’un grand respect envers les protagonistes de cette histoire.
Un beau moment de cinéma.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 12 ingrédients et le seul type de mort de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage secondaire

Réalisation

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?