The Corpse Grinders

Sheba cher
Lorsque la Lotus Cat Food Company se trouve en difficulté financière, les propriétaires décident de trouver une nouvelle source de viande bon marché - le cimetière local. Un seul problème, bientôt les chats développent un goût pour la chair humaine, et les tabby déchirent les gorges dans toute la ville.
source synopsis et images : CG Productions T.V. Mikels Film Corporation
Fiche créée le 20 juin 2024 et mise à jour le 27 juin 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

À mi chemin entre la SF des années 1950-1960 avec son p’tit docteur à mâchoire carrée flanqué de son infirmière/compagne qui mènent l’enquête et un esprit, une esthétique, qui rappellent du Herschell Gordon Lewis mais en beaucoup plus sage et beaucoup plus fauché, The Corpse Grinders apparaît rapidement anachronique et anecdotique d’autant que Ted V. Mikels, s’il joue régulièrement d’humour, n’aborde pas forcément le sujet avec trop trop de recul.
L’histoire, délicieusement grand guignolesque est la suivante : afin de sauver leur entreprise de la banqueroute, les patrons d’une boîte spécialisée dans la nourriture pour chats se mettent à utiliser des cadavres humains collectés via un gardien de cimetière louche qui ressemble à Gustave Kervern comme ingrédient principal. S’ils réussissent tant bien que mal à faire des économies, surtout en faisant coup double avec l’envoi de salariés au hachoir, ils provoquent aussi une belle catastrophe sanitaire en rendant les chats accros à la chair humaine.
Si le pitch est croquignolet, le reste est un peu bancal, la réalisation un peu plan plan et le gore inexistant, les scènes choc se déroulant soit en hors champ, soit en ombres chinoises. Si la nécrophilie semble à un moment pointer le bout de son nez, c’est pour mieux faire disparaître tout semblant de subversion. Tout manque cruellement d’agressivité et d’acidité.
En revanche, c’est une orgie de bruits de chats et de lancers de chats tueurs tout mignons qui n’ont qu’une chose en tête c’est de patouner et de ronronner sans se soucier le moins du monde de l’agitation qui règne autour. Pas crédible pour deux sous, ces scènes sont à même de remplir de joie les cœurs des amateurs de films psychotroniques. Notons aussi une belle scène d’autopsie de peluche de chat tueur sur laquelle ont été déposés pour plus de réalisme des abats en vrac avec lesquels les mains du docteur font absolument n’importe quoi et les joyeusetés sexistes classiques du genre victime qui se dessape pour mater la télé, infirmière que le héros embrasse violemment dès qu’il en a envie...
Histoire d’harmoniser le tout, ça joue très très mal.
Si The Corpse Grinders est parfois un peu longuet, un peu frustrant, laissant derrière lui un petit arrière-goût de gâchis, il offre néanmoins suffisamment de petits plaisirs fauchés pour se laisser regarder le sourire aux lèvres.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 13 ingrédients et les 3 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?