x

Saga Terrifier

Terrifier 2

Mime marteau
Après avoir été ressuscité par une entité sinistre, Art le Clown revient dans la ville de Miles County où il prend pour cible une adolescente et son jeune frère le soir d'Halloween.
source synopsis et images : Bloody Disgusting Dark Age Cinema Fuzz on the Lens Productions
Fiche créée le 17 décembre 2022 et mise à jour le 18 décembre 2022

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Personnage > Agissement

     ? | Pique une crise de nerf

    (patron·ne, méchant·es, héroïne ou héros, etc.)

     ? | Rappelle à ses troupes qui commande, nom de nom

    Un rappel qui repose généralement sur l’humiliation ou la violence.

    — Bagarre | Fracasse une bouteille sur le crâne d’un type

    Pleine en plus. Ces gens n’ont aucun savoir vivre.

    — Bagarre | Valdingue à travers une vitre, une palissade, une porte...
    — Bagarre | Coup dans les couilles (ouch !)

    L’arme des faibles qui fait toujours mouche.

    — Contre-intuitif | Agit de manière ordinaire dans une situation extraordinaire

    Exemple : pris sous un déluge de feu et d’acier, le personnage planqué derrière un baril sort son paquet de clopes et s’en grille une tranquilou.

    — Course-poursuite | Court après un véhicule

    Que le personnage soit abandonné par les gens qui partent sans lui ou qu’il cherche à les rattraper, il se retrouve à leur courir après, en vain (ou pas).

    — Course-poursuite | Défonce un portail avec son véhicule

    ou une clôture, une grille, une grange, etc.

    — Drama Queen / King | S’enfuit en courant après un choc émotionnel
    — Gifle claquée par un·e proche blessé·e
    — N’importe quoi | Projeté exagérément loin sous l’effet d’un coup de feu... voire d’un simple choc

    Touché·e par un coup de feu, le personnage voltige 4 m en arrière.

    — Oups ! | Prend de la drogue à son insu

    Drogue dans le sens « se défoncer ou planer », pas dans celui de « substance chimique/poison violent ».

    — Passion | Fait preuve de jalousie ou de rivalité féminine

    Bonus de 5 pts si une des femmes au cœur de cette rivalité croise les bras de frustration/colère/mécontentement.

    — Regrette de s’être emportée contre ses gosses

    Tellement de pression au boulot et ton père qui claque tout l’argent du loyer en cartes Pokémon...

    — Se regarde dans un miroir | Maquillage, nœud de cravate, etc.

    Et par extension, tous les usages quotidiens rendus possibles par un miroir.

    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Tension | Effrayé·e par un rien

    Un tableau représentant un personnage à l’air sévère, un bibelot mal éclairé, un squelette de salle de sciences suffisent à faire pousser un petit cri d’effroi et lever les bras en l’air.

    — Vie de merde | Vomit

Personnage > Caractéristique

    — Blues | Sa femme, sa fille sa mère ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — Loose | Patron ridiculisé

    En public, est soit contredit sévèrement par les faits (l’enquêteur hors des clous à finalement bouclé avec brio l’affaire), soit désavoué par sa hiérarchie ou soit victime d’une humiliation quelconque (tombe dans une piscine et provoque l’hilarité générale des autre personnages - mais pas des spectatrices ou spectateurs).

    — Super pouvoir | Elle/il n’a qu’une parole
    — Super pouvoir | Ces gens sont beaucoup trop beaux !
    — Super pouvoir | Éloquence magistrale

    Discours (généralement improvisé) récompensé par un tonnerre d’applaudissements.


Personnage > Citation

    — Ordonne | « Attrapez-les ! »

    et variantes

    — Ordonne | « Tuez-le ! » / « Tuez-la ! »
    — Prévient | « Fais pas le con ! »
    — Rassure | "Il ne t’arrivera rien, je te le promets", « Ça va aller »

    & variantes : « Je te promets que tout va bien se passer », etc.

    — S’inquiète | « Oh-oh »
    — Se justifie | « Laisse moi t’expliquer ! » / « C’est pas ce que tu crois ! » / « Tu dois me croire, je t’expliquerai »

Personnage > Héros ou héroïne

     ? | Pas seulement tout en muscles, il en a aussi dans le crâne (et inversement)
    — Super pouvoir | Simple blessure au front / au bras...

    Il s’en est pris pourtant, des beignes, mais visiblement, il est costaud le bougre !


Personnage > Méchant·e

    — À l’épreuve | Sous-fifre qui se fait berner comme un·e bleu·e
    — Mégalo | Badguysplaining

    Avant de tuer un·e gentil·le, le méchant explique son plan

    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.


Réalisation

    — Fin | C’est reparti pour un tour
    — Homme torche qui s’agite en tout sens
    — Les premières apparitions du tueur ou monstre se font par petites touches

    Une ombre, les pieds, un gros plan sur une main, un bout de hanche, un fragment d’arrière de crâne...

    — Média | Point de situation par un reportage télé, radio ou presse écrite
    — Mise en scène | Regard incrédule
    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Plan insistant sur l’entrejambe ou la cheville d’un personnage qui se pisse dessus de trouille
    — Souvenirs | Introduits avec un flash et un effet sonore

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Travelling circulaire inutile
    — Tension | Caché·e

    La porte ouverte à toutes sortes de faux suspense.

    — Tension | Personnage menaçant qui verrouille plus ou moins discrètement la porte pour empêcher les autres de quitter la pièce

    Gros plan sur la main.

    — Vue subjective | Jumelles... avec deux ronds bien dessinés

    Purement graphique.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Intelligence artificielle : sens de la vis

    S’exprime, se comporte et raisonne comme un humain -ou du moins un scénariste/dialoguiste paresseux- tout en soulignant bien qu’elle ne ressent rien parce que c’est un robot et ça, ça la rend très très triste.

    — Mort hors-champ | Gerbe de sang qui éclabousse un mur, une vitre...

    Ça c’est de la suggestion vieux...


Réalisation > Audio

     ? | Bruit incongru d’objet
    — Ambiance sonore | Alarme stridente de vaisseau spatial/laboratoire/base secrète

    Parce qu’un vaisseau spatial sans alarme c’est une France sans fromages.

    — Effet | Cri de Wilhelm
    — Effet | Son de disque rayé pur jus

    Ou de disque ralenti, scratch, etc.

    — Effet | Wooosh !

Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense | Ouf c’est juste un ami qui fait une blague !

    Souvent un garçon (peut-être le benêt, le bon copain-confident-séducteur ou l’alphamâle...) qui fait peur à une fille (soit la final girl, soit l’espèce de petite délurée qui va crever salement dans 5 minutes)...

    — Sous le coup de la surprise, | échappe son verre

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Calembour
    — Se cache (gag)

    Surtout ne pas se faire voir par sa fille qu’on espionne.


Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Boîte de nuit

    Des lasers, de la musique techno, des basses, des jeunes qui lèvent les bras en l’air et le patron qui les regarde depuis l’étage qui surplombe la piste de danse.

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle

Scénario > Élément

    — Énigme pour maternelle grande section

    En 3 lettres, qui commence par L et se termine par T : « On aime y dormir ».

    — Enquête | Évocation d’un élément anodin qui permet pourtant à l’enquête de franchir un pas de géant

    Ou quand les pièces de puzzle se mettent fortuitement en place peu de temps avant la fin du film.

    — Scène de douche

    Avec tout ce qu’on peut en attendre formellement : plan d’ensemble depuis l’extérieur de la cabine ou baignoire, plan rapproché de profil du personnage qui redresse légèrement la tête dans un soupir de soulagement tandis que le jet d’eau lui frappe le torse, plan de face le montrant incliner sa tête d’un côté et de l’autre les yeux fermés...
    Suivant le contexte peut être filmé par le prisme Vue subjective.
    Moment de calme qui peut être interrompu.

    — Tension | Entend des bruits suspects quelque part dans la maison

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard

Scénario > Situation

     ? | Match amical pour décompresser ou s’affirmer

    C’est qui le meilleur, hein ? Hein ?

    — Bagarre | de bar

    Table cassée en deux, pied de chaise ou bouteille de rhum comme matraque, combat de cannes de billard, tout y passe.

    — Chocs de cultures

    Avec au final un brin de tension ou un poil d’humour.

    — Détresse médicale | Accouchement improvisé

    « Allez, poussez madame ! »

    — Situation | Topo de couloir

    Ces gens sont tellement occupés qu’un passage d’un couloir à l’autre est l’endroit idéal pour se faire expliquer la situation ou prendre des décisions.


Thème > GI Joe

    — Accessoire | Panoplie Raid (points rouges, vision nuit, silencieux, visage peinturluré etc.)
    — Accessoire | Tatouage d’une section militaire d’élite

Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Coiffure impeccable, en toutes circonstances
    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Carton-pâte | Coup de poing pouet-pouet

    Coup de poing qui passe à l’aise à 40 cm de la cible, mais qui touche quand même ; la magie du cinéma.

    — Stylé | Prend une graaaande inspiration avant de revenir à la vie

    Le cœur s’est arrêté depuis 8 min ? pas grave, on prend un grand bol d’air et tout est oublié.

    — Trop con·ne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Prostitué·e

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Violence sexuelle | Attrape le menton d’une femme

    ou met sa main derrière la nuque d’une femme dans un moment d’intimité, ou donne une petite tape affective du poing sur le menton d’une femme.

    — Violence sexuelle | Retient/tire une femme par le bras, contre son gré

    & variantes.


Thème > Testostérone

     ? | Fallait pas la/le faire chier
     ? | Méthodes musclées


Voir les 24 ingrédients officiellement repérés par l'équipe
(pour un film qui a coûté 250000 $)

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Surprise !

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses gentilles à dire sur ce film

Ça y est, la saga Terrifier est sur les rails et Art le clown rejoint le panthéon des boogeymen cinématographiques.
Avec Terrifier 2, Damien Leone, tout en conservant l’aspect bien craspec du 1, développe tout un univers autour de son très sale gosse. Déjà introduite à la fin du 1, l’idée d’avoir affaire à une bestiole surnaturelle plutôt qu’à un bon vieux maniaque est ici posée frontalement. Art se rapproche tantôt de the Creeper et son côté adepte de la régénération, tantôt de Freddy pour sa créativité et ses facéties. La super scène de cauchemar du début de film, qui aligne petite musique entraînante, satire des chaînes de fast-food et de la société de consommation, paquet de céréales aux cadeaux plutôt funs, fait écho à certains passages de la saga du grand brûlé. Et comme Freddy, Art est quand-même assez rigolo. Il s’est dégoté en plus une petite pote imaginaire (?) tout aussi délirante.
Comme pour le premier volet, les maquillages et autres effets visuels sont sacrément bien foutus ; les morts tout aussi poisseuses, grotesques, outrancières et irréalistes... et tout ça, c’est plutôt sympa. L’ambiance est assez bien maîtrisée jusqu’au final situé dans un décor de fête foraine abandonnée qui là encore peut avoir des accents freddyesques.
Quelques ombres au tableau toutefois, Terrifier 2 est un peu trop long avec pour conséquence quelques problèmes de rythme mais aussi une certaine forme de frustration : en 2 h 20, trop de questions ont été levées sans trouver de réponses. Sans doute les choses se préciseront-elles par la suite, mais avoir deux-trois os à ronger en attendant aurait été pas mal, parce que du coup on a le sentiment de n’avoir vu qu’une partie de film (de 2 h 20).






Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?