Stitches

La surjeteuse du diable
Une vieille dame douce prospectifs cache un sombre secret sous sa peau: Elle est cousue à partir de morceaux de ses victimes.
source synopsis et images : Tana3000 Productions Tempe Entertainment
Fiche créée le 6 février 2024 et mise à jour le 12 février 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

Titre mineur du catalogue Full moon, Stitches raconte comment un démon à l’apparence de petite mamie bien onctueuse pose ses valises dans une pension familiale et se met à y glaner l’âme de ses habitants. L’une après l’autre. Un pitch réjouissant... sous conditions. L’histoire implique en effet que l’actrice qui joue la petite mamie aura une grosse charge sur les épaules, autant dire qu’elle ne doit pas seulement être bonne, il lui faut aussi des dialogues un peu soignés. De la même manière, la pension de famille constitue un environnement riche pour peu qu’elle soit suffisamment travaillée pour faire oublier qu’elle sert aussi d’artifice destiné à économiser un peu de budget. Quant à la collecte, posée comme mécanique et professionnelle (c’est un démon) quoique surnaturelle, c’est quelque chose qui peut vite apparaître comme monotone.
Malheureusement, ce terrain glissant emporte complètement Neal Marshall Stevens, scénariste prolifique de chez Full Moon dont c’est la seule réalisation. Elizabeth Ince fait de son mieux avec ce qu’elle a et ce qu’on lui donne dans le rôle de la démoniaque Mrs. Albright, le reste du casting est aux fraises, les personnages dont ils ont la charge, cons-cons, et les stratagèmes de la petite vieille, s’ils peuvent témoigner d’un effort de construction, apparaissent finalement plus maladroits et alambiqués que réellement retors. Et c’est pas la peine de compter sur un peu de gore, de morceaux bien vénère, voire un peu de fesse pour remuer l’ensemble. La carte trash en moins, voici que disparaissent les derniers résidus d’un public potentiel.
Stitches, c’est hyper fauché, c’est assez bancal, c’est plutôt chiant et c’est bien dommage... Parce que Stitches c’est aussi plein d’idées sympas. On y découvre, comme son nom l’indique, les affinités d’une démone avec la couture et donc : un chouette bustier de peau humaine dont on aperçoit les coutures ; une machine à coudre qui sert à extraire l’âme des mécréants ; des âmes damnées soigneusement cousues à des patrons de modistes ; lesquelles hurlent quand on tourne les pages du recueil dans lequel elles sont impeccablement rangées. Mrs Albright va aussi utiliser les services d’un esclave/espion en forme de boule de papier froissée avec qui elle communique par un miroir ou les âmes des habitants déchus fixées sur leur silhouette de papier comme petite armée. Rien de transcendant certes, mais un début de personnalité animé par un p’tit cœur qui bat...
Tout ça fait que, pour peu qu’on ne soit pas imperméable aux zéderies, on peut malgré tout suivre cette petite production avec un certain plaisir. Il faut juste s’équiper d’une bonne dose d’indulgence et de quoi s’occuper les mains pendant les moments un peu mous.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 8 ingrédients de ce film

Bonus

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Réalisation > Audio

Scénario > Dialogue

Scénario > Situation

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?