x

Resurrection

Do it Maggy !
Margaret a sa vie bien en main. Sa discipline et sa méfiance naturelles ont fait d’elle une femme forte et professionnellement accomplie. Elle élève seule sa fille Abbie, qui ira bientôt poursuivre ses études dans une prestigieuse université. Tout se déroule comme prévu, tout est sous contrôle... jusqu’à ce que ressurgisse un monstre de son passé du nom de David. Sa vie bien rangée prend soudain une sombre tournure, alors qu’elle doit faire face à une menace obscure.
source synopsis et images : Secret Engine Square Peg Tango Entertainment Rosetory
Fiche créée le 20 décembre 2022 et mise à jour le 20 décembre 2022

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Personnage > Agissement

     ? | Pique une crise de nerf

    (patron·ne, méchant·es, héroïne ou héros, etc.)

    — Bagarre | Coup dans les couilles (ouch !)

    L’arme des faibles qui fait toujours mouche.

    — Contre-intuitif | Lance une répartie comique incongrue dans un moment dramatique

    Même dans les situations le plus dangereuses, la coolitude du personnage est telle qu’elle/il ne peut s’empêcher de faire une blagounette.

    — Écoute à travers une cloison grâce à un stéthoscope ou un verre retourné

    & variantes

    — Famille | Jette un œil à ses enfants endormis, tard le soir
    — Regrette

    Le personnage, soit en public, soit en privé, se lance dans un acte de contrition : il regrette tellement certains de ces actes passés.

    — Scientifique/enquêteur/écrivain qui s’enregistre sur dictaphone
    — Se regarde dans un miroir | Introspection, reprise en main (films à corriger)
    — Se regarde dans un miroir | Maquillage, nœud de cravate, etc.

    Et par extension, tous les usages quotidiens rendus possibles par un miroir.

    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Stylé | Bois cul sec et repose son verre avec fracas

    Sluuurp aaaaaaaaaah !

    — Vie de merde | Vomit

Personnage > Caractéristique

     ? | Hanté·e par des souvenirs traumatisants
    — Loose | Est en train de perdre pied
    — Ouh ! | Réactionnaire
    — Tension | Maniaque de la gâchette

    Ils cherchent pas, ils mitraillent. Mais ne touchent jamais...

    — Traître (coup de théâtre)

    & autres taupes : meilleur pote, responsable dévoué·e à la solde des méchant·es (depuis le début ou pas)

    — Vie personnelle | Problèmes familiaux/de couple

Personnage > Citation

    — Exprime du soulagement | « Hourra ! » de quartier général

    & variantes : « Hourra ! » de foule, etc.

    — Interpelle | « Wo-wo-wo-wo-wo ! »

    Ou « A-a-a-a-a-a ! », ce qui signifie au choix « Mais qu’est-ce que tu me racontes là, mec ? », « Attends un peu, toi ! », « Tu penses aller où là ? », « Tu te crois chez Mamie ? », etc.

    — Ordonne | « Attrapez-les ! »

    et variantes

    — Rassure | "Il ne t’arrivera rien, je te le promets", « Ça va aller »

    & variantes : « Je te promets que tout va bien se passer », etc.


Personnage > Héros ou héroïne

    — Son fils, sa fille, sa femme, un·e proche est en danger, entre les mains des méchant·es

Personnage > Méchant·e

    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.


Réalisation

    — Course-poursuite | Sème la panique en roulant sur le trottoir

    Passants : « Eh mais il est fou », « Attention !  », « Yaaaaaah ! ».
    & variantes de zones piétones : centres commerciaux, galeries marchandes, etc.

    — Fin | Le mot FIN apparaît en toutes lettres à l’écran

    Des fois qu’on aurait pas compris avec le petit mot d’esprit, le baiser langoureux, le plan grue et le thème principal joué crescendo.

    — Fin | Ouverte

    (on voit le héros dans la foule/c’est une autre histoire/point d’interrogation)

    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Sauts de peur et hurleurs

    Autrement dit jumpscares et screamers : des effets aujourd’hui un peu trop faciles du cinéma de frissons.

    — Homme torche qui s’agite en tout sens
    — Plan | Images de paysage urbain/naturel, couchers de soleil, passées en accéléré

    Pour des transitions stylés.

    — Souvenirs | Introduits avec un flash et un effet sonore

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Pluie artificielle artificielle

    & variantes : neige tombant en abondance au premier plan mais totalement absente de l’arrière-plan.

    — Tension | Retire sa jambe de l’eau avant de se la faire croquer par surprise
    — Vision subjective | Microscope
    — Woosh | Mise en scène

    Effet sonore qui renforce le dynamisme du montage ou de mouvements de caméra.

    — Zoom rapide sur le visage d’un personnage qui découvre quelque chose d’horrible

Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Pouet-pouet | Costumes découpés aux ciseaux

    Sur le papier, les vêtements pâtissent des aléas que traverse le personnage ; à l’écran, ça se traduit par des entailles bien propres, artificielles.

    — Stylé | Valise pleine de billets

    & variantes...
    La valise c’est pour le grand banditisme qui s’assume, les enveloppes kraft pour les p’tits pots-de-vin

    — Tension | Compte à rebours
    — Tension | Jet de vapeur projetée par un tuyau qui fuit

    Le compagnon indispensable de toute usine désaffectée, sous-sol, base militaire, laboratoire, etc.


Réalisation > Audio

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.
    — Musique | Classique

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Bite, chatte, cul (gag)
    — Gag cartoonesque
    — Ronflements

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.

    — Sous un pont de périph’ américain

Scénario > Dialogue

    — Référence à la Bible, ou à la religion chrétienne

    Pour se constituer des noms de code, des mots de passe ou semer autres indices.
    Pour étayer une argumentation.
    Pour impressionner son auditoire.
    Etc.

    — Répliques à la con

    Il est nécessaire que le film soit plutôt généreux : quelques répliques à la con ne permettent pas d’associer cet ingrédient.


Scénario > Élément

    — Des emplacements repérés sur une carte et reliés entre eux forment un indice visuel

    Et que je te flingue la carte en tirant des traits au marqueur indélébile.
    Soit ça colle bien avec le scénario, soit ça tombe complètement à côté de la plaque.

    — Impérialisme, néo-colonialisme ou propagande
    — Scène de douche

    Avec tout ce qu’on peut en attendre formellement : plan d’ensemble depuis l’extérieur de la cabine ou baignoire, plan rapproché de profil du personnage qui redresse légèrement la tête dans un soupir de soulagement tandis que le jet d’eau lui frappe le torse, plan de face le montrant incliner sa tête d’un côté et de l’autre les yeux fermés...
    Suivant le contexte peut être filmé par le prisme Vue subjective.
    Moment de calme qui peut être interrompu.


Scénario > Ficelle scénaristique

    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Deus ex-machina
    — Faux suspense | L’adversaire supposé du héros ou de l’héroïne est en fait son mentor/père, etc.

    ... et la mission n’est qu’un entraînement. Habile !

    — Mordu·e ou contaminé·e au vu et au su de tous et toutes

Scénario > Situation

     ? | Gamins qui organisent une teuf quand leurs parents sont absents

    Et vasi qu’ça s’bécotte, et vasi qu’ça pose des verres glacés sur des tables en chêne sans dessous de verre

    — Bagarre | Crêpage de chignons

    Y’a pas que les mecs qui ont le droit de se foutre des peignées en faisant "Grrrrr... !’

    — Police | Victime ou témoin pas cru par la police
    — Situation | Moment gênant lors d’un repas

    Les repas sont souvent le lieu de psychodrame, révélation embarrassante qui casse l’ambiance.

    — Situation | Moment « Woo-hoo ! »

    ... ou moment « You-hou ! », « Ou-hou ! », etc.
    Poussé par exemple à bord d’un grand huit, d’un hors-bord ou plus généralement dans une explosion d’enthousiasme.


Thème > N’importe quoi

    — Carton-pâte | Le regard des personnages ne porte pas au-delà du champ de la caméra
    — Non-suspension d’incrédulité | Ça a l’air d’être tellement simple à faire !

    Euh..., c’est vraiment si facile à faire, ce que fait ce personnage... ?

    — Trop con·ne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Grossophobie
    — Prostitué·e

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Harcèlement sexuel | Donne des ordres à une femme, traitée en subalterne

    Ouuuuuuh !


Thème > Testostérone

     ? | Fallait pas la/le faire chier
     ? | Méthodes musclées


Voir les 9 ingrédients officiellement repérés par l'équipe

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Réalisation

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > Testostérone

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses gentilles à dire sur ce film

Difficile pour un film de tenir la promesse portées par ses vingt premières minutes, de ne pas trébucher en cours de route et prendre une voie malheureuse à un embranchement du récit, de ne plus savoir quoi dire ou comment le dire.
Andrew Semans ne rencontre pas ces affres avec Resurrection ; contrairement à une majorité de films fainéants fabriqués dans un souci de rentabilité financière ou pas assez courageux, celui-ci suis sa route sans douter ni sourciller, comme Julia Ducournau pourrait la dessiner.
Le résultat a dépassé mes modestes attentes (à savoir passer un bon moment pépouze et oublier la rudesse d’une partie de notre monde) et m’a captivé.
Rebecca Hall m’avait déjà surpris dans La proie d’une ombre : elle reste convaincante tout du long, comme Tim Roth en enfoiré de première. Tout deux accompagne une réalisation soignée qui, discrètement et sans artifice, parvient à intnstiller une tension constante et à nous embarquer dans une histoire fantastique paradoxalement bien ancrée dans le réel.
Et prouesse remarquable, le tout sans forcer le trait et verser dans l’auteurisation esthétisante.
Juste déçu par une inutile petite faute de goût, heureusement sans conséquence.

Mention spéciale au scotch argenté, qui se reconnaîtra.






Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?