Saga Ocean’s

Ocean’s thirteen

Une odeur de moule pas très fraîche
Willy Bank n'aurait pas dû s'attaquer à un ami de Danny Ocean... Pour avoir trahi Reuben Tishkoff, Willy Bank, propriétaire sans scrupule d'un casino flambant neuf, va être sévèrement attaqué par toute l'équipe de Danny Ocean. Celle-ci n'aura plus qu'un objectif: infliger à Bank un châtiment exemplaire le soir de l'inauguration de son nouveau casino. Mais cette fois la chance ne leur suffira pas pour faire sauter The Bank...
C’était chouette de le voir une fois
sur l'échelle de Slater
  1 regard incrédule :
  1. The Gilroy.

Des choses à dire sur ce film

J’ai mis quelques temps lors du visionnage à comprendre réellement la nature de ce terminus de saga : non pas poussif et trop fabriqué comme l’était le deuxième mais profondément malade.
Malade de la tête ? pas tant que ça une fois acceptée la proposition de départ déjà bancale mettant à genoux Reuben Tishkoff (Elliott Gould), car l’idée de pillage du casino en truquant les tables et en déjouant le système de surveillance vend de l’envie.

Malade de la fonction psycho-motrice sans doute, le film étant construit en bonne partie sur des passages comiques tombant à plat (voire se répétant tout au long du métrage) :

  • toutes mes pensées au personnage de l’évaluateur de Royal review (Ivar Brogger) ;
  • punaise, cette scène dans laquelle Abigail Sponder (Ellen Barkin) perd la raison et le contrôle de ses pulsions sexuelles, envoûtée par les phéromones utilisées par Linus Caldwell (Matt Damon)...

Malade des fonctions cognitives assurément :

  • Oh là là, cette grève des mineurs mexicains insultante...
  • Oh là là, le passage Oprah Winfrey...
  • Cette mini confrontation entre Andy Garcia et Al Pacino...
  • Hahaha ! cette fausse moustache de chicanos de Virgil Malloy (Casey Affleck) dans un rôle d’infiltré dans un village mexicain...
  • Oh là là le pot de vin versé dans la poche de la veste d’un employé de l’hôtel-casino pendant son service...
  • Yes, le retour de l’enfant prodigue François Tourlour (Vincent Cassel) dans une scène aussi inutile de navrante...

Bon sinon, tout le monde a l’air de plutôt s’amuser, Al Pacino en tête, ce qui est toujours sympa.

Le vrai regret est de n’avoir jamais réussi à rire du film, ce que je pense parfaitement possible, l’ennui s’étant disputé à la navrance à part égale ; peut-être aurais-je dû inviter des amies à le partager, accompagné de quelques clèpes au sucle ?



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 18 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Méchante

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !





« 

on retrouve le plaisir de regarder « ocean »moin bien ke le premier,bocou mieu ke le deuxieme !!!cette foi si,andy garcia est de la bande !!!maleuresmen ce ke se passe a la fin...
le gran méchan du film est pacino,qui ou moyenmen bien !mais sa tien la route !
au moin la saga fini bien !!!!

 »


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?