Leviathan

Le grand bleu avec une chaussure noire
Au large de la Floride, par 3500 m de fond, une équipe de géologues placée sous la direction de l'éminent Steven Beck étudie l'exploitation des ressources océanographiques. Au cours d'une sortie, Sixpack, un des membres de la mission, découvre l'épave du Leviathan, un vaisseau soviétique censé croiser dans les eaux de la Mer Baltique. De retour à bord, Sixpack présente les symptômes d'une mutation génétique, qui entraîne rapidement sa mort. Son cadavre se transforme alors en une créature visqueuse et particulièrement dangereuse. Bientôt la contagion s'étend à d'autres membres de l'équipe…
source synopsis et images : Gordon Company Filmauro Metro-Goldwyn-Mayer Leviathan Produzione
Fiche créée le 31 janvier 2024 et mise à jour le 9 février 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

Reprise assez honteuse de Alien et, dans une moindre mesure, de The Thing, raison pour laquelle il avait d’ailleurs été étrillé à sa sortie, Leviathan n’en demeure pas moins un petit plaisir de cinéma de genre. C’est pas nouveau, c’est pas toujours très soigné, mais c’est terriblement sympathique.
Coupés du monde dans leur base sous-marine, un groupe de mineurs doit faire face à une menace monstrueuse ramenée par l’un des leurs après la visite d’une épave. Une vieille recette, oui, mais confectionnée dans un chaudron à la mode. La fin des années 1980 est marquée par un certain intérêt pour les profondeurs dans le cinéma fantastique (probablement lié aux progrès techniques en terme d’exploration et d’imagerie sous-marines) et voit les sorties de The Abyss (c’est justement le visionnage d’un documentaire sur le sujet qui a inspiré James Cameron) et de DeepStar Six.
Si l’originalité fait clairement défaut à Leviathan, plusieurs choses sont néanmoins à porter à son crédit. Gros décalque d’Alien, le récit est donc bien rythmé et bien mené. L’ambiance est plutôt réussie en termes de récit avec les tranches de vie en milieu clos du début de film qui glissent toutes seules et en termes de décor, la station a tout le nécessaire : des coursives, un poste de contrôle, des cabines avec des posters de femmes en petite tenue, une infirmerie glauque, une cuisine dont les placards ne demandent qu’à s’ouvrir pour permettre à des bestioles de nous surprendre et des scaphandres qui pendouillent pour rappeler qu’ont n’est pas tout à fait dans l’espace...
Les effets visuels supervisés par Stan Winston sont plus qu’honnêtes. Le film versant allégrement dans la body horror, on commence gentiment avec des rougeurs sur la peau et des cheveux qui tombent avant de croiser une bestiole composée de deux corps fusionnés puis, plus particulièrement, un de ses membres tranchés devenu autonome qui se dandine comme une chenille. Son côté grotesque fonctionne à merveille, le pied attaché au bout renforçant par sa trivialité l’horreur de la chose. Moins raffiné, le monstre final peut néanmoins séduire par son côté caoutchouteux.
Le casting apporte une dose de charme supplémentaire : Amanda Pays est transparente, Daniel Stern fait du Daniel Stern, la magnétique Meg Foster est joliment détestable, Ernie Hudson transpire la classe et Peter Weller affiche un stoïcisme badin qui, s’il peut être assimilé à un manque d’intérêt total pour la production dans laquelle il joue, pare curieusement son personnage d’une aura de héros inatteignable assez sympathique. D’autant qu’il est servi par un petit paquet de répliques à la con. Et qu’il finit par défoncer le monstre d’un lancer d’explosif aussi nonchalant qu’un lancer de boule de papier au bureau dans une corbeille munie d’un mini panneau de basket...
Un film très dispensable mais que sa patine années 1980 au sens large (grain d’image, effets pratiques, musique de Jerry Goldsmith, casting trois étoiles, dialogues sympathiquement débiles...) rend finalement assez attachant.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces ingrédients, seuls 33  figurent dans la recette de ce film ; tous les autres ne s'y trouvent pas.

Personnage > Agissement

    — Avait pourtant été prévenue de ne pas faire ça

    On lui avait dit, pourtant ! Mais cette fichue tête de mule n’écoute jamais... et tant mieux pour les spectateurs et spectatrices.
    « Avait pourtant été prévenu » touche autant à la narration qu’à la caractérisation du personnage.
    Dans le premier cas, il permet de développer le récit sur le principe action/réaction, cause/conséquence. On se rapproche de l’ingrédient Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard/fusil de Tchekhov : en tant que spectateur, on aurait été déçue que le personnage ne se soit pas aventuré, par exemple, là où il ne devait pas aller.
    Dans le second, ça assied ou renforce le caractère du personnage : détermination, inconscience, couilles au menton...
    L’entrée peut avoir aussi une connotation morale proche du conte, avertissements de mères-grands et j’en passe.

    À ne pas confondre avec une menace du type « si tu t’approche je fais ça, je te préviens ! » mise à exécution.

    — Contre-intuitif | Lance une répartie comique incongrue dans un moment dramatique

    Même dans les situations le plus dangereuses, la coolitude du personnage est telle qu’elle/il ne peut s’empêcher de faire une blagounette.

    — Mort | Meurt dans les bras d’un autre personnage

    La tension dramatique au paroxysme !

    — Se regarde dans un miroir | Introspection, reprise en main (films à corriger)
    — Soupir exagéré de soulagement
    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Stylé | Se gare pile devant la porte du bâtiment à visiter

    Pour les héros et héroïnes, il y a systématiquement et miraculeusement une place de libre juste en face de toutes les portes d’entrée du monde.

    — Tension | Met sa main devant sa bouche ou celle d’un autre personnage pour s’ / l’empêcher de hurler

    Peut fermer les yeux en même temps, des fois que...


Personnage > Caractéristique

    — Le tueur ou la tueuse a une signature à la con
    — Stylé | Mâchonne un cure-dents de manière vulgaire

    Ou un brin d’herbe, etc.


Personnage > Citation

    — Exprime du soulagement | « Bingo ! »
    — Questionne | « Vous avez entendu ? »
    — S’inquiète | « Oh mon dieu ! »

    & variantes : « Que dieu vous bénisse », etc.

    — Supplie | « Tue-moi, pitié... »

    Alors on a eu un petit problème de téléporteur ? Un petit problème de parasite ?


Personnage > Héros ou héroïne

    — Loose | Se recentre ou évacue sa frustration au bar (ou au fond d’un verre)

Personnage > Interprétation

    — Se lancent des regards entendus, accompagnés de têtes inclinées

    & variante : tournent leur vers l’autre en même temps avec une mimique étonnée.


Personnage secondaire

    — Flic d’aucun secours

    Soit parce qu’il est dans le coup, soit parce qu’il est incompétent, soit parce qu’il se fait buter direct comme une merde.
    Comprend aussi l’équipe d’intervention qui arrive bien après la bataille.

    — Meute compacte de journalistes

    ... qui encombre un couloir, ou le parvis d’une mairie, d’un tribunal...


Réalisation

    — Course-poursuite | Gros plan du pied sur la pédale d’accélération ou de freins

    Insert toujours utile.

    — Explosion finale de monstre
    — Fin | Éclat de rire
    — Grammaire | Visions : flashs répétés

    + inserts de très gros plans sur les paupières fermées très très fort

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    Ou « X mois/années plus tard/plus tôt » (inclut à ce titre les cartons au même titre que les incrustations à proprement parler)

    — Habillage | Placement de produits
    — Souvenirs | Introduits avec un flash (et un effet sonore)

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Tension | Propulsée à travers le pare-brise

    Parfois une manière de se débarrasser de la menace assise sur le siège passager.

    — Zoom « Battlestar Galactica »

    A formuler/préciser


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Ambiance | Machine à fumée sur-exploitée
    — Animal | Requin
    — Fusée de détresse
    — Intelligence artificielle (de vaisseau)/interface | a une voix robotique/monocorde

    Parle de manière saccadée ou sur un ton monocorde. Mais en tout cas parle beaucoup.

    — Lettre anonyme/demande de rançon rédigée avec des lettres découpées dans des magazines
    — Mur décoré de photos de femmes à poil

    Vestiaires, cabines de camion, algeco de chantier...

    — Pouet-pouet | Effet pyrotechnique hasardeux

    Souvent à base d’étincelles disgracieuses, sans aucun rapport avec la réalité.

    — Pouet-pouet | Mannequin en chute libre

    & variantes : mannequin écrabouillé, mannequin projeté... mais mannequin libéré !

    — Stylé | Coffre-fort caché derrière un tableau

    Et variantes : derrière un miroir, une tapisserie, etc.

    — Stylé | Un flingue dans chaque main

    De là à ce que le personnage canarde en sautant et réussisse des tirs impossibles...

    — Stylé | Valise pleine de billets

    & variantes...
    La valise c’est pour le grand banditisme qui s’assume, les enveloppes kraft pour les p’tits pots-de-vin

    — Tension | Compte à rebours
    — Tension | Jet de vapeur projetée par un tuyau qui fuit

    Le compagnon indispensable de toute usine désaffectée, sous-sol, base militaire, laboratoire, etc.


Réalisation > Audio

    — Ambiance sonore | Alarme stridente de vaisseau spatial/laboratoire/base secrète

    Parce qu’un vaisseau spatial sans alarme c’est une France sans fromages.

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Effet | Cri de Wilhelm
    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.
    — Intelligence artificielle (de vaisseau)/interface | Fait un topo/inventorie les dégâts
    — Long bip d’ECG plat
    — Tension | Bruit provoqué par la pression de l’eau sur les parois d’un sous-marin

Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense | Ouf c’est juste un ami qui fait une blague !

    Souvent un garçon (peut-être le benêt, le bon copain-confident-séducteur ou l’alphamâle...) qui fait peur à une fille (soit la final girl, soit l’espèce de petite délurée qui va crever salement dans 5 minutes)...

    — Faux suspense | Surprise par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas

    — Surprise par quelqu’un qui lui parle soudainement dans le dos

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Bite, chatte, cul (gag)
    — Est éclaboussée par un fluide

    Ou plus généralement recouverte.

    — Pipi, caca, prout

    et rots, pets, etc.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Répliques à la con

    Il est nécessaire que le film soit plutôt généreux : quelques répliques à la con ne permettent pas d’associer cet ingrédient.


Scénario > Élément

    — Gifle de femme outrée

    A souvent valeur de gag mais pas que.

    — La tête maintenue dans la cuvette des chiottes
    — Personnage possédé, personnage hypnotisé, personnage vaaampiriséééé

    Généralement par un artefact antique, alien...

    — Titre du film énoncé dans le film

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Tension | N’entend pas les appels à l’aide d’une victime

Scénario > Situation

    — Tension | Doit s’échapper avant la destruction imminente de...

    ... la base secrète, le vaisseau ennemi, etc.


Thème > GI Joe

    — Agissement | Salut militaire

    Chef, oui Chef !

    — Ordonne | « Go, go, go ! »

    & variantes


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Trop conne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Dépendante | Elles craquent toutes pour ce mâle alpha
    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Objectification sexuelle | Tenues légères

Thème > Testostérone

    — Référence à la taille d’une bite pour (s’auto)complimenter ou insulter

    Et variantes... Poids ou texture des couilles.

    — Truc de mecs | Amitié virile

    fraternité de bataillon, etc.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 33 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?