Les Grands Ducs

Stupeur et ronronnements
Chez les acteurs, vous avez deux familles : les biens payés et les autres, petites pointures mais grands espoirs. Cachetonneurs irréductibles, utilitaires persévérants, ceux qui s'accrochent, ceux qui y croient. Les acteurs anonymes, ça ressemble aux cancres dans les préaux d'école : ça chahute, ça manigance, c'est roublard, c'est prêt à tout pour qu'on les laisse jouer.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Ce qu’il y a de tragique avec les Grands Ducs, c’est qu’on voit souvent ce que ça aurait pu donner... À titre d’exemple, la scène d’ouverture qui introduit le personnage d’Eddie (Jean Rochefort) et son quotidien est plutôt classe ; après plus grand-chose... des morceaux très sympas pour certains mais qui peinent à s’emboîter, des idées intéressantes mais peu exploitées et une évolution en semi road-movie potentiellement fun mais qui reste au point mort.
Après ce qui joue en faveur du film, c’est clairement le trio Rochefort, Noiret, Marielle qui, même dans un mauvais jour, suffirait à rendre un L’Homme Parfait ou un Ibiza digeste, voire intéressant...



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 22 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage > Interprétation

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Dialogue

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !





« 

Aïe aïe aïe,Patrice Leconte se fourvoie sans appel avec « Les grands ducs ».One sait pas trop ce qu’il a voulu montrer,si ce n’est son goût pour la farce bas de gamme,et sa volonté de réunir 2 emblèmes du cinéma français.A priori,retrouver ensemble Philippe Noiret,Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle,c’est l’assurance de se marrer avec des séniors toujours verts.Il ne fallait pas leur dire 2 fois.Ici,ils cabotinent à qui mieux mieux,et on en vient presque à les trouver ringards,ce qui n’a pas été le cas de leur carrière pourtant.Rochefort le don juan,Noiret l’épicurien et Marielle la grande gueule.Des classiques mêmes pas drôles.La faute en revient essentiellement au réalisateur dont la comédie de boulevard est surexcitée,excentrique et laide.On aurait pu attendre une satire sur la modestie des gens du sepctacle qui vivent de leur amour de la scène.Mais non,on tombe dans le vaudeville avec une Catherine Jacob hystérique et un Michel Blanc vulgaire.Jetons un voile pudique sur ce navet typiquement 90’s.

 »




« Excellent ! On se marre du début à la fin, ces acteurs n'ont décidément pas pris une ride ! »




« ça manque de quelque chose, mais ya quand même quelque chose. Voilà l'idée ambivalente qui m'est venue en regardant ce film assez moyen de Patrice Leconte. C'est étrangement filmé, étrangement joué, ça ne décolle pas vraiment, mais il y a une ambiance unique qui lui donne tout son charme. J'ai du mal à me faire un avis sur les Grands Ducs.  »


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?