x

Les bonnes sœurs

Sous les soutanes les femmes
Les sœurs d'un couvent vont tenter de continuer à vivre normalement quand le père Tommasso leur impose la présence d'un jeune homme séduisant…
Titre original : The Little Hours

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Personnage > Agissement

     ? | Avait pourtant été prévenu·e de ne pas faire ça

    On lui avait dit, pourtant ! Mais cette fichue tête de mule n’écoute jamais...

     ? | Pique une crise de nerf

    (patron·ne, méchant·es, héroïne ou héros, etc.)

     ? | S’exclament la même chose et en même temps

    & variantes.
    Procédé théâtral très très inhabituel ailleurs que dans des films.

    — Bagarre | Valdingue à travers une vitre, une palissade, une porte...
    — Bagarre | Brise nuque

    Une des signatures de Schwarzy.

    — Course-poursuite | Double des voitures en zigzag

    Les voitures sont en alternance à droite et à gauche sur les voies.

    — Décapsule une bouteille de bière avec ses dents

    & variantes (avec une paupière, etc.)

    — Famille | Adulte, redécouvre la chambre de son enfance, restée intacte

    Dans son jus : avec les mêmes posters accrochés aux murs, la veste du collège, le globe terrestre, la batte de baseball dédicacée pour les garçons ou la boîte à musique ballerine pour les filles.

    — Passion | Fait preuve de jalousie ou de rivalité féminine

    Bonus de 5 pts si une des femmes au cœur de cette rivalité croise les bras de frustration/colère/mécontentement.

    — Souvenirs | Regarde un objet appartenant à son passé, rangé dans une boîte
    — Stylé | Se fait allumer sa cigarette / allume la cigarette de quelqu’un
    — Stylé | Se gare pile devant la porte du bâtiment à visiter

    Pour les héros et héroïnes, il y a systématiquement et miraculeusement une place de libre juste en face de toutes les portes d’entrée du monde.

    — Vie de merde | Vomit

Personnage > Caractéristique

     ? | Hanté·e par des souvenirs traumatisants
    — Ouh ! | Traître !

    & autres taupes : meilleur pote, responsable dévoué·e à la solde des méchant·es (depuis le début ou pas)

    — Religion | Fait un signe de croix
    — Super pouvoir | A un œil de lynx

    Il repère le moindre détail anormal ; imbattable à « Où est Charlie ? »

    — Super pouvoir | Éloquence magistrale

    Discours (généralement improvisé) récompensé par un tonnerre d’applaudissements.


Personnage > Citation

    — Ordonne | « Tuez-le ! » / « Tuez-la ! »

Personnage > Héros ou héroïne

     ? | Se fait mitrailler sa baraque/sa chambre d’hôtel

    C’est pas comme ça qu’on fait la chasse aux passoires thermiques.

    — Fibre héroïque | Magnanime, épargne son adversaire après un combat à mort

Personnage > Méchant·e

    — Mégalo | Mwahahahaha ! (rire théâtral)
    — Mort | Mort particulièrement horrible du/de la méchant·e
    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.


Personnage secondaire

    — Collègue lourdingue

    Soit un collègue qui saoule son entourage ;
    Soit un collègue que le spectateur trouve lourdingue : le side-kick rigolo

    — Comparse animalier

    & assimilé : fidèle destrier, chaton sauvage, dragon rigolard, extra-terrestre... Qu’il soit gourmand, lourdingue ou paresseux, c’est sa loyauté qui le caractérise avant tout.
    Petit bonus : s’il ne partage pas la même langue que le héros qu’il accompagne, tous les deux s’entendent quand même à la perfection.
    Personnage surtout présent dans les films pour la jeunesse.

    — Sbire neuneu

    Pour une avalanche de gags.


Réalisation

     ? | Caméo
    — Fin | En miroir du début
    — Fin | Image figée

    La dernière image du film, souvent une image de joie ou de victoire, est gelée, soit pour quelques secondes, soit pour tout le générique de fin.

    — Fin | Tout est bien qui finit bien

    Une fin heureuse dans un monde de brutes.

    — Grammaire | Sauts de peur et hurleurs

    Autrement dit jumpscares et screamers : des effets aujourd’hui un peu trop faciles du cinéma de frissons.

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    ou « X mois/années plus tard/plus tôt »

    — Habillage | Titre qui apparaît en gros à l’écran, accompagné d’un effet sonore

    bruit métallique, coup de tampon & autres variantes.

    — Mise en scène | Regard incrédule
    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Plan | Réutilisation, dans les suites, de plans et de scènes du ou des volet(s) précédent(s)

    Réutilisation plus ou moins adroite.

    — Technique | Travelling circulaire inutile
    — Vue subjective | de menace

    Agresseur, tueur, créature, monstre... Respiration rauque en option.

    — Woosh | Mise en scène

    Effet sonore qui renforce le dynamisme du montage ou de mouvements de caméra.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Enquête | Mur recouvert d’indices et de coupures de journaux

    & des cartes dans lesquelles sont épinglés des fils, des photos, etc.

    — Intelligence artificielle de vaisseau : a une voix robotique

    Parle de manière saccadée ou sur un ton monocorde. Mais en tout cas parle beaucoup.

    — Stylé | Un flingue dans chaque main

    De là à ce que le personnage canarde en sautant et réussisse des tirs impossibles...

    — Tension | Jet de vapeur projetée par un tuyau qui fuit

    Le compagnon indispensable de toute usine désaffectée, sous-sol, base militaire, laboratoire, etc.


Réalisation > Audio

    — Bruit exagéré | Balles qui ricochent contre du métal

    Bruits encore plus exagérés quand les balles ricochent sur des murs en pierre, sur du sable, de la terre, du bois... ou encore de la neige !

    — Bruit générique | Chat

    Chat qui couine, qui feule, qui vole...

    — Bruit générique | Porte ouverte
    — Effet | Wooosh !
    — Musique | « Exotique » qui accompagne un contexte vu comme « exotique »
    — Woosh | Corporel

    Woosh généré par un mouvement un peu vif ou par des coups.


Réalisation > Surprise !

    — Tension | Menace qui apparaît dans le dos d’un personnage

    Lequel ne se fait pas nécessairement attaquer.


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Est bourré·e ou drogué·e (gag)

    Une occasion de plus pour certains d’en faire des caisses...

    — Nourriture trop épicée
    — Quiproquo | Prend pour lui/elle des paroles destinées à un autre
    — Se cache (gag)

    Surtout ne pas se faire voir par sa fille qu’on espionne.


Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.


Scénario > Élément

    — Gifle de femme outrée

    A souvent valeur de gag mais pas que.


Scénario > Ficelle scénaristique

    — Confession

    Parce que le héros traverse vraiment une période de doute. Vraiment.

    — Conseil municipal qui refuse l’évacuation de la ville pour raisons économiques
    — La chatte à Maurice (ou anti-chatte à Mireille)

    Moins de chance que ça, c’est au moins une malédiction égyptienne sur 7 générations.

    — Menace qui se rapproche inexorablement

Scénario > Situation

    — Tension | Contrôle de police
    — Tension | Suspendu·e dans le vide

Thème > GI Joe

    — Accessoire | Opération militaire intitulée d’un nom de code idiot

    ou projet militaire, nom de base secrète, etc.


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Coiffure impeccable, en toutes circonstances
    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Impossible de ne pas remarquer pas ce truc bizarre dans sa bouffe !

    Ni drôle de texture ? Ni goût bizarre ?

    — Non-suspension d’incrédulité | Distorsion spatio-temporelle

    Grave problème de cohérence au niveau du temps qui passe soit trop vite, soit trop lentement ; ou au niveau de l’espace, quand la scène se déplace hyper vite à l’autre bout du monde

    — Trop con·ne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Sens moral

    — Délire autour de la virginité

    Victime de choix pour un maniaque, symbole de pureté -et victime de choix- dans un rituel lambda, etc. etc.


Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Harcèlement ou agression sexuelle | Culture du viol
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Outrage sexiste | Remarque appuyée sur le physique d’une femme jugé avantageux

Thème > Testostérone

     ? | Pulsion sexuelle masculine
    — Truc de mecs | Donne une leçon de virilité

    Explique par A + B ou donne des conseils pour comment être un vrai mec.



Voir les 12 ingrédients officiellement repérés par l'équipe

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage secondaire

Réalisation

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses gentilles à dire sur ce film

  • Que ce soit effectivement le cas ou pas, le XIVe siècle est souvent perçu comme une période magnifique où on se faisait rôtir pour un oui ou pour un non, torturer pour un oui ou pour un non, massacrer pour un oui ou pour un on et où on entrait au couvent pour un oui ou pour un non. C’est sur cette dernière assertion qu’est basé Les bonnes sœurs, où l’on suit - essentiellement - trois bonnes sœurs (Alison Brie, Kate Micucci et Aubrey Plaza absolument parfaites) qui s’y sont plus retrouvées par la force des choses que par une réelle vocation. Cette situation va permettre de dérouler des situations vaudevillesques, des réflexions contemporaines pas piquées des hannetons, le tout par petites touches, légèrement.
  • C’est ainsi qu’on aura un film est techniquement irréprochable, d’une beauté épurée comme la surface toute lisse d’un lac que viennent régulièrement perturber l’arrivée de grosses caillasses (des confessions d’autant plus drôles qu’elles témoignent de ce décalage chez les personnages, l’acharnement gratuit sur l’ancien homme à tout faire, Lurco (Paul Weitz), puis le viol du nouveau, Massetto (Dave Franco) par les trois sœurs, entre autres polissonneries ou encore des prises de conscience, des révélations inattendues et des passages initiatiques...). On a surtout la description de personnages attachants qui, sous la soutane, sont bel et bien vivants notamment Tommaso et Marea, figures d’autorité toute relatives incarnées par les excellents John C. Reilly et Molly Shannon... et par extension la critique d’un ordre totalement absurde.
  • On a aussi une fin heureuse qui fait quand-même un peu de bien.





Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?