Les 1001 nuits

Il était une fois Catherine Zeta Jones
Sur le point d'être exécutée, la belle Shéhérazade raconte son histoire aux jeunes fils du bourreau. Dans ce récit, elle croise les différents personnages des 1 001 Nuits dont le Génie, exilé dans un Londres moderne...
source synopsis et images : Club Investissement Média Cinémax Télémax Telepool Antenne 2 RAI
Fiche créée le 17 avril 2024 et mise à jour le 17 avril 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

Les 1001 nuits version Philippe De Broca, c’est, oui, le premier rôle au cinéma de Catherine Zeta Jones qui envoie les gens « astiquer [leur] clou » et les premiers émois polissons de toute une génération. Mais pas que...
Adaptation des contes des 1001 nuits d’abord pour la télévision avant d’être tronquée (et un peu déséquilibrée au passage) pour une version cinéma, les 1001 nuits de Philippe De Broca c’est une splendeur désuète, le genre de truc qu’on redécouvre d’abord avec appréhension, du bout des yeux, en se demandant si on ne risque pas de bousiller le beau souvenir qu’on en avait, avant de lâcher prise et de se dire que ça sent toujours aussi bon le chocolat chaud et les tartines.
La nostalgie qui parle, certainement, mais au-delà, il faut bien l’admettre, les 1001 nuits a de beaux restes. À la fois fidèle à l’esprit du recueil mais aussi en phase avec son époque, la version De Broca est une adaptation bourrée d’idées. À titre d’exemple, le génie (Gérard Jugnot) est initialement un savant de Bagdad qui a été condamné à vivre... dans l’Angleterre du XX ème siècle, la lampe n’est pas son habitat mais bien le portail qui y mène tandis qu’une fois de l’autre côté, c’est un poste de télévision qui sert d’accès au monde de Shéhérazade (Catherine Zeta Jones). Quant à ses pouvoirs, ils sont extrêmement limités, s’appuyant sur la technologie et uniquement celle qu’il peut avoir sous la main. Ça peut sembler un peu naïf par certains aspects mais ça fonctionne vraiment bien.
Visuellement le film est assez léché, certaines matte paintings sont sublimes, les décors sont soignés, tout comme les costumes qui sont, dans l’ensemble, délicieusement chatoyants. Si l’on fait abstraction du passage du temps qui a naturellement fait son office sur certains effets visuels, il se dégage de l’ensemble un aspect un peu carton pâte, un peu théâtral voulu et finalement assez approprié. On est dans de l’artisanal, du fait main à l’aspect factice laissé un peu apparent... on est d’ailleurs aussi devant un film dans lequel Thierry Lhermitte joue un roi oriental et Gérard Jugnot un savant perse/génie de la lampe (et ils s’en sortent bien soit dit en passant). Comme si Philippe De Broca ne cherchait aucunement à dissimuler le fait que c’est une histoire, une histoire dans laquelle on raconte des histoires, mais à en jouer. L’emploi régulier de jouets par Jimmy Genious lors des coups de pouce qu’il donne à Shéhérazade, du reste, souligne, en plus de donner lieu à de super scènes, cet intérêt pour la thématique de l’illusion et de l’artifice... Ces jouets sont d’ailleurs invisibles aux yeux des personnes autres que les maîtres du génie lui conférant une aura trompeusement divine.
Voilà, Les 1001 nuits version Philippe De Broca, c’est du merveilleux des plus authentiques curieusement mis en valeur par une esthétique de spectacle de kermesse grand luxe (y a quand-même pas mal de moyens et pas mal de talents)... En plus d’être, oui, le premier rôle au cinéma de Catherine Zeta Jones qui envoie les gens « astiquer [leur] clou ».



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces ingrédients, seuls 37  figurent dans la recette de ce film ; tous les autres ne s'y trouvent pas.

Personnage > Agissement

    — Bagarre | Coup dans les couilles (ouch !)

    L’arme des faibles qui fait toujours mouche.

    — En toute discrétion | Regarde par le trou de la serrure

    Sans se choper un orgelet.

    — En toute discrétion | Se râcle la gorge pour attirer l’attention
    — Fuite | Bouscule des passants

    Y’a toujours des cons pour être en plein dans la course des protagonistes, aussi. Faut comprendre, merde.

    — Montre un truc du doigt

    Souvent un repère géographique lors d’un périple à pied, ou une fugitifve, etc.

    — Mord une pièce (d’or)
    — Passe à travers une vitre : pour s’échapper

    & variantes

    — Provocation | Souffle la fumée de sa cigarette au visage de son interlocuteur
    — Stylé | Déchire une page d’annuaire dans une cabine publique

    Balek

    — Stylé | Ponctue ses phrases par un mot étranger

    Difficile de cacher ses origines ; ou bien pour faire stylé-nul ; au choix.

    — Tension | Tape du poing sur la table pour passer sa colère

    & variantes : tape dans objet ou jette un objet


Personnage > Caractéristique

    — Blues | Est désolée d’apprendre la mort d’une personne

    ‒ « Votre femme ne vient pas avec vous. »
    ‒ « Non... Elle est morte il y a 3 ans. »
    ‒ « Oh, je suis désolé. »

    — Tension | Hantée par des souvenirs traumatisants

Personnage > Citation

    — Exprime du soulagement | « Hourra ! » de quartier général

    & variantes : « Hourra ! » de foule, etc.

    — Prévient | « Courrez ! »

    Là, y’a plus le temps de bavasser, faut y aller fissa !

    — Rassure | « Fais-moi confiance »
    — Rassure | « Il ne t’arrivera rien, je te le promets », « Ça va aller »

    & variantes : « Je te promets que tout va bien se passer », etc.

    — S’inquiète | « Oh mon dieu ! »

    & variantes : « Que dieu vous bénisse », etc.


Personnage > Héros ou héroïne

    — Fibre héroïque | Sauve une femme en détresse, ou un enfant inconscient

    & variantes type une femme inconsciente

    — Tension | Son fils, sa fille, sa femme, une proche est en danger, entre les mains des méchantes

Personnage > Interprétation

    — Loose | S’évanouit exagérément

Personnage > Méchante

    — Traîtresse (connue de la spectatrice/du spectateur)

    Traitresse posée d’emblée en tant que telle dans le récit ; contrairement à celui/celle qui fait l’objet (même si on le repère direct) d’un coup de théâtre.


Personnage secondaire

    — Cocue (gag)

Réalisation

    — Éclairage | Reflet doré d’un trésor situé hors champ
    — Fin | En miroir du début
    — Fin | Tout est bien qui finit bien

    Une fin heureuse dans un monde de brutes.

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    Ou « X mois/années plus tard/plus tôt » (inclut à ce titre les cartons au même titre que les incrustations à proprement parler)

    — Habillage | Titre qui apparaît en gros à l’écran, accompagné d’un effet sonore

    bruit métallique, coup de tampon & autres variantes.

    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Reconstitution de souvenirs, récit, accompagnés d’une voix-off
    — Tension | Cachée

    La porte ouverte à toutes sortes de faux suspense.

    — Tension | Gros plan sur une poignée de porte qui tourne

    Clic, clic...

    — Tension | Main qui agrippe le rebord d’une falaise

    & variantes

    — Tension | Mort originale

Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Mobilier | Porte dérobée

    Ouverte par un mécanisme simple (livre basculant, rideau à tirer, bibelot à déplacer, etc.)

    — Pouet-pouet | Ces costumes d’époque sont beaucoup trop propres

    Pas une tâche, pas une auréole de sueur, pas un gramme de boue pour ces vêtements de paysannes du Moyen Âge.

    — Stylé | Tête tranchée nette qui vole élégamment dans les airs

    Avec un léger ralenti


Réalisation > Audio

    — Ambiance sonore | Alarme stridente de vaisseau spatial/laboratoire/base secrète

    Parce qu’un vaisseau spatial sans alarme c’est une France sans fromages.

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Baisers passionnés

Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense | Surprise par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — En fait des caisses (personnage)
    — Interprétation | Roule des yeux
    — Quiproquo de situation

    A voir pour une meilleure appellation. Pour un exemple précis : dans the stupids, les enfants laissent un mot sur la table pour expliquer qu’ils partent a la recherche de leur père, probablement kidnappé, et qu’ils vont voir la police. La mère comprend que la police a kidnappé ses enfants.
    Peu après un flic appelle pour lui dire que ses enfants sont avec lui.

    — Se cache (gag)

    Surtout ne pas se faire voir par sa fille qu’on espionne.


Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cliché touristique
    — Taverne
    — Véhicule en panne
    — Vente aux enchères

    Encore une activité surreprésentée dans les films.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Foule en délire

    Applaudissements nourris après une action héroïque, la résolution positive d’un événement dramatique, etc.

    — Licence linguistique

    Entrent dans cette catégorie deux trucs insupportables :

    • Un personnage étranger ponctue ses phrases, parfaitement construites d’un point de vue grammatical, de mots clés de sa langue d’origine (à titre d’exemple un mexicain peut prononcer sans fourcher acide acétylsalicylique mais semblera incapable de dire sir ou mister en VO, monsieur en VF, et se bornera à dire señor) ;
    • Les personnages étrangers parlent entre eux en français pour ce qui est de la VF (mais avec un accent quand même)... Y compris dans les QG de l’armée allemande, dans les films qui se déroulent pendant la seconde guerre mondiale, par exemple ;
    • C’est tout aussi crétin pour les extraterrestres dont la langue maternelle est l’anglais. Mais on ne poussera pas le vice jusqu’à cocher cette entrée pas plus qu’on ne la cochera pour les films historiques même si, pour rappel, on ne parlait pas anglais dans la Rome antique.

Scénario > Élément

    — Rivalité entre autorités/services administratifs

    Ce bon vieux temps où il suffisait d’aller les gendarmes pour faire sauter un PV dressé par la police et vice et versa...

    — Titre du film énoncé dans le film
    — Toast

    Du simple « à machin » au grand format précédé d’un cling-cling-cling émis par le bord d’un verre frappé par un couvert.

    — Virée d’une conférence ou d’une réunion par le service de sécurité après une esclandre

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Chatte à Mireille | Le bon vieux concours avec un gros prix cash qui tombe à pic
    — Coup monté | Élément compromettant mis en place par l’autorité avant ou au cours d’une fouille
    — Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard (fusil de Tchekhov)

Scénario > Situation

    — Bagarre | de bar

    Table cassée en deux, pied de chaise ou bouteille de rhum comme matraque, combat de cannes de billard, tout y passe.

    — Passion | Moment d’intimité interrompu
    — Situation | Topo de couloir

    Ces gens sont tellement occupés qu’un passage d’un couloir à l’autre est l’endroit idéal pour se faire expliquer la situation ou prendre des décisions.

    — Tension | Le silence s’instaure dès qu’un personnage entre dans la pièce

    Ça va pas rigoler.

    — Tension | Torture

    Le hobby du/de la méchante.


Thème > GI Joe

    — Personnage | Militaire haut-gradé va-t-en guerre

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Attitude, remarque et/ou stéréotype sexiste
    — Image dégradante | Nunuche
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Objectification sexuelle | Tenues légères

Thème > Testostérone

     ? | Pulsion sexuelle masculine

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 37 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage > Interprétation

Personnage > Méchante

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?