Le drive-in de l’Enfer

Remise de peine pour bonne conduite
Dans un futur délabré, Crabs est un jeune homme qui continue à vivre malgré le tumulte : son beau-père est remorqueur, mais pas dans le sens traditionel du terme; les accidents du futur sont une "aubaine" pour les ferrailleurs qui font leur fric en ramassant les carcasses de voitures et en laissant les cadavres derrière eux. Un soir, le type décide d'emprunter la Chevy de son beau-père et d'amener sa copine au drive-in, mais pendant qu'ils s'amusent sur le siège arrière, quelqu'un leur vole leurs roues. Dorénavant, ils seront condamnés à vivre dans le drive-in, où se trouvent aussi plusieurs "prisonniers" qui ne peuvent pas quitter les lieux parce que l'autoroute est interdite aux piétons et que personne ne vient les secourir...

Titre original (ou alternatif) : Dead End Drive-In
source synopsis et images : New South Wales Film Corp. Springvale Productions
Fiche créée le 15 avril 2023 et mise à jour le 30 août 2023

Des choses gentilles à dire sur ce film

Certains gouvernements proposent à leur jeunesse réfractaire une traversée du désert des rangers armés jusqu’aux dents sur leurs talons ou l’envoient s’entretuer sur une île, d’autres se contentent simplement de lui apprendre la vie à coups de flashball, de grenades de désencerclement et de campagnes de discréditation... Dans Le drive-in de l’enfer, les jeunes se retrouvent juste dans l’incapacité de quitter le méga drive-in où ils ont décidé de passer un bon moment, polisson ou non.
Ce qui est marrant dans Le drive-in de l’enfer, c’est que les choses ne sont pas posées frontalement : des éléments de présentation en introduction, l’affiche d’un Rambo takes Russia, le quotidien de Crabs (Ned Manning). Et ça va arriver comme ça... de manière assez simpliste. Ses roues sont volées en deux coups de clé (et par des flics) sur le drive-in, et le voilà dans l’incapacité de partir. Pas forcément crédibles la scène et ses conséquences acquièrent cependant, de fait, une saveur délicieusement surréaliste.
Comme dans un cauchemar, les choses s’enchaînent sans réelle logique, mais l’impression d’impuissance est bel et bien là. Crabs court dans tous les sens et surtout en rond pour sortir de cette prison à ciel ouvert dans laquelle il est immobilisé (et non pas détenu, nuance) parce que l’accès au drive-in ne se fait que par une voie réservée aux piétons et que partir à pied serait contrevenir à la loi. D’abord absurde, ce postulat semble pertinent en soulignant d’abord, cette manière qu’ont les autorités de pousser les gens à la faute pour pouvoir les briser de manière plus ou moins légitime, mais aussi dans la critique de l’administration et l’obéissance aveugle aux règles.
Plus largement, c’est aussi l’illusion du confort et le nivèlement par le bas qui sont abordés dans Le drive-in de l’enfer. Les pensionnaires sont logés, nourris, divertis (ciné pop-corn et beuh à volonté) et sans soucis. Il est vrai que l’extérieur tel qu’il est décrit n’est pas spécialement stimulant, alors pourquoi partir ? pourquoi remettre en cause cette mesure ? pourquoi nourrir une forme de ressentiment à l’encontre du gouvernement alors que ce sont les étrangers qui ont déboulé dans le drive-in qui sont directement responsables de l’épuisement des ressources disponibles ? Voilà, même si le drive-in a ses petites frappes, Crabs se retrouve davantage confronté à une forme aiguë d’apathie et de renoncement qu’à de l’agressivité pure et dure, d’autant que sa copine, elle, évolue, et se fond finalement très bien dans son nouvel environnement.
Sur la forme, Le drive-in de l’enfer est un peu inégal, un peu maladroit mais il dégage pas mal de personnalité. Le score synthé et l’ambiance générale très typée années 1990 fonctionnent plutôt bien. Loin d’apparaître en total décalage avec le récit ou, avec le recul, comme ridicules, ils renforcent le côté intemporel et évocateur du film y compris dans ses délires mécaniques et sa séquence « auto-tamponneuses » et saut de camion finale.
Une belle petite curiosité en somme.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 21 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Audio

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?