x

Le chihuahua de Beverly Hills

Apocalyptwouf
Chloé, une petite chienne Chihuahua de Beverly Hills toute pomponnée se perd accidentellement dans les rues de Mexico. Pas le moindre spa, pas la moindre boutique de luxe à l'horizon... Seule pour la première fois de sa vie de petite chienne gâtée, Chloé va heureusement trouver des amis inattendus pour l'aider : un berger allemand qui a grandi dans la rue, Delgado et un chiot énamouré, Papi. Tous deux lui tendront une patte secourable pour l'aider à découvrir en elle-même la force de retrouver sa maison.
Titre original : Beverly Hills Chihuahua
source synopsis et images : Walt Disney Pictures Mandeville Films Smart Entertainment
Fiche créée le 10 novembre 2022 et mise à jour le 11 novembre 2022
| 1
  1. La cité perdue des chihuahuas

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Personnage > Agissement

     ? | Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

     ? | Pique une crise de nerf

    (patron·ne, méchant·es, héroïne ou héros, etc.)

    — À voix haute | S’entraîne avant de...
    — Bagarre | Fracasse une bouteille sur le crâne d’un type

    Pleine en plus. Ces gens n’ont aucun savoir vivre.

    — Contre-intuitif | Lance une répartie comique incongrue dans un moment dramatique

    Même dans les situations le plus dangereuses, la coolitude du personnage est telle qu’elle/il ne peut s’empêcher de faire une blagounette.

    — Coolitude | Est frappé·e par une révélation subite

    Le héros a trouvé un truc mais ne le dit à personne et quitte le groupe précipitamment

    — Course-poursuite | Court après un véhicule

    Que le personnage soit abandonné par les gens qui partent sans lui ou qu’il cherche à les rattraper, il se retrouve à leur courir après, en vain (ou pas).

    — Course-poursuite | Renverse une pile de...

    ... cartons, cagettes, renverse un étal de marché, une charrette de fruits, des boîtes à lettres, etc.

    — Enlève ses lunettes | avant de parler

    Plus stylé, tu meurs ; sans compter que ça donne vachement de crédit à ce qu’on dit : si on enlève ses lunettes de soleil, c’est forcément qu’on va dire des trucs importants.

    — Famille | À la fin, tombe dans les bras de sa femme/son mari/son fils/sa fille

    & variantes

    — Fuite | Bouscule des passants

    Y’a toujours des cons pour être en plein dans la course des protagonistes, aussi. Faut comprendre, merde.

    — Interprétation | Parle la bouche pleine

    .é .ui, .é .uper .rôl’ d’ fér. ça.

    — Montre un truc du doigt

    Souvent un repère géographique lors d’un périple à pied, ou un·e fugitif·ve, etc.

    — Rendez-vous | Prévoient de se retrouver à un point précis
    — Se regarde dans un miroir | Mutation, dégénération ou détérioration

    Ne se reconnaît plus... mais au sens littéral.

    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Stylé | Ponctue ses phrases par un mot étranger

    Difficile de cacher ses origines ; ou bien pour faire stylé-nul ; au choix.

    — Tension | Cherche à tâtons ses lunettes

    Les verres ne semblaient pourtant pas si épais que ça ; mais apparemment, le personnage est tellement miro qu’il/elle ne parvient pas à trouver ses lunettes autrement qu’en tâtonnant.

    — Tension | Porte la main à son visage dans un moment dramatique

    ou les deux mains... dans un geste soit trop théâtralisé, soit très mal joué, voire les deux.

    — Tension | Tape du poing sur la table pour passer sa colère

    & variantes : tape dans objet ou jette un objet

    — Tension | Lève un pan de veste pour montrer une arme

    Méthode certifiée par tous les gros bras de l’univers connu pour forcer quelqu’un évoluant dans un lieu public, à les suivre bien gentiment, sans faire de foin.


Personnage > Caractéristique

     ? | Hanté·e par des souvenirs traumatisants
    — Blues | Sa femme, sa fille ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — Ouh ! | Traître !

    & autres taupes : meilleur pote, responsable dévoué·e à la solde des méchant·es (depuis le début ou pas)

    — Stylé | Nom de héros trop badass pour être vrai
    — Super pouvoir | Ces gens sont beaucoup trop beaux !
    — Super pouvoir | Il/elle sait tout faire
    — Tension | Maniaque de la gâchette

    Ils cherchent pas, ils mitraillent. Mais ne touchent jamais...


Personnage > Citation

    — Commente | « Ce mec est dingue »

    & variante : « Vous êtes cinglé·e ! », etc.

    — Exprime du soulagement | « Bingo ! »
    — Guide | « Par ici ! »
    — Menace | « Vous allez le regretter !
    — Ordonne | « À plat ventre ! »

    & variantes : « Couchez-vous ! », « À terre ! », etc.

    — Ordonne | « Tuez-le ! » / « Tuez-la ! »
    — Rassure | « Tu as fait ce qu’il fallait »

    en réponse à un moment de doute

    — S’inquiète | « Oh-oh »

Personnage > Héros ou héroïne

    — Caractère | Est pote avec tout le monde

    Scène de présentation : et vas-y que je rigole fort, et vas-y que je fais des tope-là à n’importe qui, et vas-y que les nénettes me reluquent les fesses.

    — Droiture | Refuse la proposition d’un·e méchant·e
    — Fibre héroïque | Sauve une femme en détresse, ou un enfant inconscient

    & variantes

    — Tension | Donne une leçon de courage face à son bourreau

    & variantes : est insolent·e face à son bourreau


Personnage > Méchant·e

    — Mégalo | Mwahahahaha ! (rire théâtral)
    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.

    — Profil | Capitaliste sans scrupule

    Avide de gains au mépris de tout sens moral.


Personnage secondaire

    — Équipe de sécurité à la ramasse

    C’est pas le héros qui est très bon, c’est les autres qui sont cons.


Réalisation

    — Fin | Le film se termine sur un baiser
    — Fin | Le mot FIN apparaît en toutes lettres à l’écran

    Des fois qu’on aurait pas compris avec le petit mot d’esprit, le baiser langoureux, le plan grue et le thème principal joué crescendo.

    — Fin | Que sont-elles/ils devenu·es ?

    Où on apprend qu’une telle a été condamnée, que celui-ci est devenu écrivain renommé ou juge fédéral et que celui-là a ouvert un bar à putes.

    — Fin | Tout est bien qui finit bien

    Une fin heureuse dans un monde de brutes.

    — Grammaire | Pack « tourisme, drone et musique rythmée »
    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Ralentis injustifiés et insupportables

    Ralenti = oh là là, attention, il se passe quelque chose de dramatique !

    — Habillage | Titre qui apparaît en gros à l’écran, accompagné d’un effet sonore

    bruit métallique, coup de tampon & autres variantes.

    — Mise en scène | Moment wahouuuuu (émerveillement)

    Gros plan sur les visages, les yeux sont écarquillés, et les lèvres articulent un wahouuu (en détachant bien les deux syllabes). Ce dernier peut parfois être silencieux.

    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Ouverture | Générique « Balade en ville »

    Succession de plans de vues de rues, d’enseignes, de gens qui vivent leur vie, de circulation etc. Le tout accompagné d’une musique pêchue.

    — Ouverture | Présentation écrite de l’univers/situation/personnage

    Le plus souvent dans une jolie police : lettres gothiques pour la fantasy, typo sobre et anguleuse pour la SF, etc.

    — Woosh | Mise en scène

    Effet sonore qui renforce le dynamisme du montage ou de mouvements de caméra.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Pouet-pouet | Fausse blessure

    Beaucoup de sang, mais pas de plaie. Ou à l’inverse, une plaie qui ne saigne pas.

    — Stylé | Porte un costard sous ses habits

    & variantes : porte une tenue complètement différente sous ses habits pour se fondre dans la foule, changer d’identité et éviter de se faire repérer.


Réalisation > Audio

    — « Cling » sonore pour souligner l’éclat d’un objet

    Y compris les dents.

    — Bruit exagéré | « Sluuurp »

    Un gros bruit exagéré d’une personne qui mange de la soupe ou finit un verre.

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit générique | Chat

    Chat qui couine, qui feule, qui vole...

    — Bruit générique | Verre cassé

    Ou vase, poterie...

    — Effet | Acrobaties Woosh

    Triple salto arrière = woosh ; saut de l’ange = woosh ; enchaînement roulade, saut extension, planche et chandelle = woosh, woosh, woosh et woosh

    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.

Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense | Surpris·e par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Calembour
    — Fait la statue pour échapper à ses poursuivant·es
    — Gag avec un animal
    — Pense à tort être la raison de la frayeur ou de la fuite de son adversaire

    La véritable raison peut être un autre personnage plus mastoc (allié) apparu dans son dos ou à ses côtés, ou bien une menace (monstre, véhicule, élément naturel) qui lui a échappé, etc.

    — Pipi, caca, prout

    et rots, pets, etc.

    — Se fait piétiner par des chiens (gag)

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Barbecue

    Entre potos, à la fin de l’aventure, comme dans tout bon Astérix.

    — Cliché touristique
    — Séance d’entraînement au stand de tir

    En profite pour faire une démonstration d’habileté, ou pour se concentrer sur le criminel en cavale en pensant à l’attraper. Ou faire connaissance avec ses camarades.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Licence linguistique

    Entrent dans cette catégorie deux trucs insupportables :

    • Un personnage étranger ponctue ses phrases, parfaitement construites d’un point de vue grammatical, de mots clés de sa langue d’origine (à titre d’exemple un mexicain peut prononcer sans fourcher acide acétylsalicylique mais semblera incapable de dire sir ou mister et se bornera à dire señor) ;
    • Les personnages étrangers parlent entre eux en français pour ce qui est de la VF (mais avec un accent quand même)... Y compris dans les QG de l’armée allemande, dans les films qui se déroulent pendant la seconde guerre mondiale, par exemple ;
    • C’est tout aussi crétin pour les extraterrestres dont la langue maternelle est l’anglais. Mais on ne poussera pas le vice jusqu’à cocher cette entrée pour cette raison (sauf exception). Pas plus qu’on ne la cochera pour les films historiques même si, pour rappel, on ne parlait pas anglais dans la Rome antique.

Scénario > Élément

    — Impérialisme, néo-colonialisme ou propagande | Les Américain·es, c’est vraiment les plus fort·es
    — Opposition entre français des villes et français des champs

    Parigot tête de veau !

    — Référence grossière à la culture populaire

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Musique « ethnique » qui situe l’action dans un pays non-occidental

Scénario > Situation

    — Accessoire | Drogue testée

    Avec un réactif de couleur ou en la goûtant.

    — Bagarre | Préparation avant une bataille

    Ça lime, ça coupe, ça soude, ça branche, à grands renforts d’étincelles et de postures déterminées à leur foutre la raclée, à ces con·nes.

    — Passion | Sous-entendu sexuel
    — Situation | Moment « Woo-hoo ! »

    ... ou moment « You-hou ! », « Ou-hou ! », etc.
    Poussé par exemple à bord d’un grand huit, d’un hors-bord ou plus généralement dans une explosion d’enthousiasme.

    — Situation | Surenchère de carambolages
    — Tension | Doit s’échapper avant la destruction imminente de...

    ... la base secrète, le vaisseau ennemi, etc.

    — Tension | Suspendu·e dans le vide

Thème > GI Joe

    — Ordonne | « Go, go, go ! »

    & variantes


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Garde son caleçon ou sa culotte pour baiser

    C’est toujours plus pratique qu’une capote (et ça coûte moins cher).

    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Accessoire | Objets qui scintillent trop

    Beaucoup, beaucoup, beaucoup trop.

    — Scientifiquement non prouvé | Séchage ultra-rapide de personnes trempées
    — Trop con·ne | Prévient sa future victime avant de la frapper

    On pourrait croire l’effet de surprise passé de mode.


Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Wacisme

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Image dégradante | Nunuche
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Outrage sexiste | Siffle une femme

Thème > Testostérone

    — Mâle dominant | Face à face avec une grosse bestiole, les yeux dans les yeux

    Cerveau reptilien, animal en soi, badass, grosse paire de couilles, tout ça tout ça.

    — Objectification viriliste | Corps musclé mis en valeur

    Tablette de chocolat, ombres qui soulignent les muscles, etc.



Voir les 45 ingrédients officiellement repérés par l'équipe
(pour un film qui a coûté 20000000 $)

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses à dire sur ce film

Un bon point, il se passe des trucs... Même si ces trucs ne présentent aucun intérêt. Voilà, Le chihuahua de Beverly Hills, c’est pas trop chiant.

Par contre c’est consternant.
Niveau péripéties, tout est cousu de fil blanc. Une jeune semi-bourge (Piper Perabo) chargée de veiller sur l’immonde chihuahua (doublé par Drew Barrymore) de sa tante (Jamie Lee Curtis) l’embarque avec elle pour se dorer la pilule au Mexique (et accessoirement passer du bon temps auprès d’autres touristes ricains). Le clebs se fait immanquablement la malle et se fait immanquablement kidnapper par de méchants mexicains amateurs de combats de chiens et de fric facile. Au cours de cette aventure menée tambour battant sur fond d’une insupportable bande-son, la jeune bourge apprendra que les jardiniers mexicains parlent bien l’anglais et sont loin d’être de gros rustres surtout s’ils sont à peu près de son âge et plutôt mignons (Manolo Cardona), le clebs bourge apprendra que les souliers pour toutous c’est ridicule et qu’un chien abandonné qui pue peut avoir un cœur gros comme ça. Inutile de préciser que cette évolution à la mords-moi le nœud des personnages donne plus encore envie de les tabasser à coups d’entrecôtes en plastique qui font pouet pouet.

Mais, pour contrebalancer, Le chihuahua de Beverly Hills fourmille de passages (gentiment) ahurissants à commencer par, pour celles et ceux qui sont clients, des animaux qui parlent... et des animaux qui parlent généralement anglais, avec un accent très prononcé et des « señor » en guise de ponctuation pour les mexicains parce que faut pas déconner non plus. Le film devient vraiment intéressant sur la fin avec 1- l’apparition de la horde de chihuahuas introduite par un nuage numérique tout moche et dont le chef ressort en guise de salutations des répliques cultes de Scarface et de Terminator et 2- la présentation de la cité perdue des chihuahuas et le délire autour de la force intérieure et du réel aboiement des chihuahuas.
Bon et puis voir Jamie Lee Curtis jouer la petite vieille gaga de son chien, ça a quand-même son charme.


«

ce film et très drôle et cest un bon films avec des petit chihuahua qui son vraiment cute a couper le souffle un film vraiment bon et émouvant vers la fin du film je laie adorer

 »

«
J'ai emmené mes enfants voir ce film lorsqu'il est sorti parce qu'ils adorent les chiens et moi aussi d'ailleurs. Je ne m'attendais pas à apprécier autant ce film mais j'ai été vraiment étonné de voir à quel point il était bien fait. Bien sûr les chiens sont mignons et il peut certainement plaire aux enfants et aux adultes. Mais j'ai trouvé que les messages qui est de trouver sa force intérieure être un bon ami ne pas être coincé l'importance d'adopter des animaux errants et de prendre soin de ceux qui sont perdus ou abandonnés étaient très bon et bien exécutés. Ces messages positifs étaient clairs sans frapper le spectateur sur la tête à plusieurs reprises comme le font tant de films pour enfants habituellement...  »

«
Je n'ai pas ri de tout le film. Les chiens ne sont pas des hommes. Habiller un chien de vêtements ne doit pas lui faire plaisir. Babylon  »


Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?