La Tour

Viens faire un tour chez moi, dans ma tour de Babel
Au cœur d’une cité, les habitants d'une tour se réveillent un matin et découvrent que leur immeuble est enveloppé d’un brouillard opaque, obstruant portes et fenêtres – une étrange matière noire qui dévore tout ce qui tente de la traverser. Pris au piège, les résidents tentent de s’organiser, mais pour assurer leur survie ils succombent peu à peu à leurs instincts les plus primitifs, jusqu’à sombrer dans l’horreur.
source synopsis et images : Les films du Worso UNITÉ
Fiche créée le 6 février 2024 et mise à jour le 11 février 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

La tour raconte comment s’organisent les habitants d’une tour de banlieue piégés à l’intérieur du bâtiment par un voile de néant qui avale tous ceux qui le touchent. La tour raconte comment une société déjà bien friable se désagrège complètement en l’espace de quelques jours. La tour ne raconte rien de nouveau : des humains en vase clos qui en viennent rapidement à se défoncer plutôt que d’essayer de trouver une solution ensemble, ou de profiter au maximum du temps qu’il reste dans la joie et la sérénité... Mais le raconte bien.
Si le film de Guillaume Nicloux ne prend pas de court, il arrive dans l’ensemble à prendre aux tripes. Le réalisateur montre une bonne maîtrise de l’espace et du temps. C’est clair, c’est net, c’est rapide. Passé 5 minutes, on est dedans. Et tout s’enchaîne très vite. De plus en plus vite. D’ellipse en ellipse on devine les jeux de pouvoir se modifier, on voit les personnages régresser, tandis que tout autour, l’espace se réduit et les perspectives disparaissent.
Le choix de narration est malin, il évite aux spectateurs et spectatrices de s’attarder sur les incohérences et les défauts inhérents à un film concept de ce type. Les habitants de la tour développe l’élevage et le commerce de chiens et de chats pour se nourrir ? L’image est marquante... quant à savoir comment eux-mêmes sont nourris tandis que les ressources diminuent, la scène suivante balaiera l’interrogation avant même qu’elle ne devienne gênante. Une fuite en avant cinématographique ? Oui.
Mais pas que... il maintient aussi une tension constante et une âpreté qui fait plaisir. Ce parti pris fonctionne de paire avec une caractérisation des personnages hyper simple. De la vie des personnages avant apocalypse, on ne sait rien et ça semble totalement anodin tant ils sont caractérisés et définis par les évènements qu’ils vivent. L’individu disparaît d’emblée complètement pour ne laisser place qu’à un instinct grégaire biaisé et une recherche de sécurité mortifère. Et c’est fascinant.
Assez proche de The divide dans ses thématiques et ses mécanismes, La tour se montre punchy là où le film de Xavier Gens se traînait un peu trop tout en faisant la part belle à la décrépitude et la dégénérescence. C’est précisément ce qui manque le plus dans le film de Nicloux : les personnages ont en général aussi l’air maladifs et affamés que des lycéens privés de goûter.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 8 ingrédients de ce film

Personnage > Caractéristique

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?