La revanche des Losers

Rob Schneider est UN JOUEUR DE BASE-BALL DE NIVEAU PROFESSIONNEL
Gus et ses deux amis Richie et Clark délaissés sont engagés par un millionnaire qui veut former une équipe de baseball et affronter les plus méchants joueurs des plus méchantes équipes des ligues mineures. Gus est si doué pour le baseball qui devient vite un modèle pour les exclus comme lui...

Titre original (ou alternatif) : The Benchwarmers
source synopsis et images : Revolution Studios Happy Madison Productions
Fiche créée le 4 avril 2024 et mise à jour le 29 avril 2024
À regarder uniquement entre amies
sur l'échelle de Slater
  1 regard incrédule :
  1. Rob Schneider est UN JOUEUR DE BASE-BALL DE NIVEAU PROFESSIONNEL

Des choses gentilles à dire sur ce film

La revanche des Losers part d’un postulat assez lambda : trois hommes, deux caricatures d’idiot du village (David Spade et un Jon Heder qui livre une performance calée sur Napoleon Dynamite le côté touchant en moins) et le simili alpha mâle cool mais sur les rouleaux duquel il ne faut pas venir baver qui les a pris sous son aile (Rob Schneider, oui, oui) vont tenter de porter la voix des gamins laissés sur le banc lors des activités sportives en montant une équipe puis en participant à un tournoi de base-ball. Autant dire qu’il faut un minimum d’idées pour rendre intéressant un pitch balisé comme celui-ci... ce dont ont clairement manqué Allen Covert et Nick Swardson au scénario et Dennis Dugan à la réalisation. Au cours de ses loooooongues 85 minutes, La revanche des Losers ne réserve aucune surprise ou presque et puis surtout La revanche des Losers, c’est pas drôle... Lien de cause à effet ? peut-être.
C’est vrai que le rire peut découler de la surprise, de l’inattendu. La preuve, le plus drôle dans le film est aussi le plus surprenant à savoir découvrir Rob Schneider en mec qui a des couilles grosses comme des melons et un cœur gros comme ses couilles, qui réussit lancer sur lancer, home run sur home run, qui tantôt prodigue les conseils d’un vieux sage, tantôt lutte très très fort contre ses propres démons. Franchement, fallait oser... Bien entendu, si c’est rigolo au début, dans l’ensemble ça ne fonctionne pas. Rien à faire, d’emblée, on n’y croit pas du tout, et il n’y a pas le minimum de structure autour qui peut permettre d’en jouer ou encore, ce qui est plus dans les ambitions du film, de faire qu’on peut se dire, bon, c’est invraisemblable mais je suis prêt à l’accepter.
C’est d’ailleurs une des caractéristiques de La revanche des Losers. Vous voyez le passage où Richard Dreyfuss écrase un gobelet dans Les dents de la mer, eh bien c’est ce que ce film fait avec votre suspension consentie d’incrédulité. Les personnages, autant Schneider, que les caricatures d’idiot, que le milliardaire nerd et son robot, on n’y croit pas. Un tournoi de base-ball pour enfant dans lequel déboule une équipe d’adultes, de trois adultes, ça n’a absolument aucun sens.
Le côté dingue des comédies de ce calibre est naturellement un plus, c’est vrai, mais quand on fait en sorte que ça fonctionne. Ici, ça ne fonctionne pas : c’est dingue sans l’être, c’est dingue par paresse, personne ne s’étant donné la peine d’étoffer un minimum l’ensemble. Si elle n’est pas essentielle dans ce type de film, l’absence totale d’une illusion de crédibilité finit dans ce cas-là par en souligner le vide, non seulement parce que ce qu’elle a de paresseux annihile toute ambition humoristique, mais fait aussi qu’on ne s’attache à aucun moment aux personnages (le casting a aussi sa part de responsabilité).
Le plaidoyer pour un droit à la différence qui sert de point de départ au film apparaît finalement comme une simple ficelle, dévidée mollement : au mieux, c’est une tentative maladroite d’apporter, si ce n’est un peu de profondeur, un peu d’originalité, au pire, c’est un pourvoyeur de ressorts comique faciles. Ça devient d’autant plus hypocrite et odieux quand on balance un ou deux gags homophobes (regardez le coach méchant et agressif couche avec un autre homme, c’est drôle ça non ?) et qu’on continue à poser la blonde standard svelte, douce et docile comme idéal féminin.
Que reste-t-il alors ? Une apparition de Terry Crews qui, quoi qu’il fasse, arrive à faire marrer et un final de grande réconciliation sur fond de Oooooh de sitcom au cours duquel ceux qu’on pose comme des marginaux et ceux qu’on pose comme des grosses brutes tombent dans les bras les uns des autres et au cours duquel on voit Gabriel Pimentel, le Chevy de The Minis, servir de doudou à un colosse.
Voilà 85 minutes de perdues... mais aucun regret.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces ingrédients, seuls 39  figurent dans la recette de ce film ; tous les autres ne s'y trouvent pas.

Bonus

    — Le monde est peuplé d’Emily et de Sam

    LES prénoms le plus répandus sur terre.

    — Non-suspension d’incrédulité | Festival d’incohérences

    À partir de 4 « Nan mais c’est n’importe quoi ! » en moins d’1 quart d’heure.


Personnage > Agissement

    — Bagarre | Valdingue à travers une vitre, une palissade, une porte...
    — Drama Queen / King | S’enfuit en courant après un choc émotionnel
    — Joue de l’orgue de manière théatrale

    Figure tragique.

    — Mort | Meurt dans les bras d’un autre personnage

    La tension dramatique au paroxysme !

    — N’importe quoi | Tombe dans une poubelle

    Peut aussi être associé à la chatte à Mireille. Ou pas.

    — Regrette

    Le personnage, soit en public, soit en privé, se lance dans un acte de contrition : il regrette tellement certains de ces actes passés.

    — Super pouvoir | Réveille son instinct de flic

    « Je le sens dans mes tripes », « C’est trop calme »


Personnage > Caractéristique

    — Blues | Suicidaire
    — Parent(s) envahissant(s)
    — Petit livreur de journaux à vélo
    — Religion | Fait un signe de croix
    — Secret | Cache un lourd secret

    Jumeau perdu, agression passée traumatisante, ce personnage n’a pas tout dit.

    — Stylé | Tope aux vannes nulles de son amie

Personnage > Citation

    — Ordonne | « Arrêtez/Attrapez-les/la/le ! »

    et variantes

    — Ordonne | « Tuez-le ! » / « Tuez-la ! »
    — Prévient | « J’retournerai pas en taule ! »
    — Réfrène | « Wo-wo-wo-wo-wo ! »

    Ou « A-a-a-a-a-a ! », ce qui signifie au choix « Mais qu’est-ce que tu me racontes là, mec ? », « Attends un peu, toi ! », « Tu penses aller où là ? », « Tu te crois chez Mamie ? », etc.


Personnage > Interprétation

    — Loose | S’évanouit exagérément
    — Regard incrédule

Personnage > Méchante

    — Profil | Capitaliste sans scrupule

    Avide de gains au mépris de tout sens moral.


Personnage secondaire

    — Agente de sécurité chargée des caméras de surveillance qui ne voit rien venir

    Distraite par une habile diversion, en train de mater du porno ou un match de foot, ou encore plongée dans ses études ou un bon roman.

    — Petits voyous Disney Channel

    Bande de petites frappes à laquelle on ne croit pas une seconde : un leader au duvet naissant, un side-kick qui tope à toutes ses vannes nulles et une suite bigarrée dont les seules ambitions est de chourer les bonbecs et l’argent du déjeuner du héros.


Réalisation

    — Écran partagé

    Dialogue de téléphone, scène de cambriolage cool, effet suspense, etc.

    — Fin | Image figée

    La dernière image du film, souvent une image de joie ou de victoire, est gelée, soit pour quelques secondes, soit pour tout le générique de fin.

    — Grammaire | Passage musical
    — Grosse menace introduite par l’avancée de l’ombre qu’elle projète au sol
    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : SMS, mail, scores de match etc.
    — Habillage | Placement de produits
    — Objectif de la caméra éclaboussé par une gerbe de sang
    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Souvenirs | Introduits avec un flash (et un effet sonore)

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Prises de vues multiples pour une même scène

    Exemple : une explosion ou un méga pain montrés sous tous les angles possibles avec à chaque fois un léger retour en arrière si bien qu’on a l’impression d’assister à quatre explosions ou quatre tartes au lieu d’une seule

    — Vue subjective | d’une personne droguée, sonnée ou victime de malaise

    Voit de manière floue et penchée.

    — Vue subjective | Jumelles... avec deux ronds bien dessinés

    Purement graphique.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Tension | Compte à rebours

Réalisation > Audio

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Effet | Cri de Wilhelm
    — Effet | Wooosh !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — Est bourrée ou droguée (gag)

    Une occasion de plus pour certains d’en faire des caisses...

    — Est éclaboussée par un fluide

    Ou plus généralement recouverte.

    — Gag cartoonesque | Humilie une méchante/un adversaire en baissant son pantalon volontairement (ou non)
    — Pile poil | Ballon qui aterrit en plein sur la table du p’tit jéj’
    — Pipi, caca, prout

    et rots, pets, etc.

    — Recrache sous le coup de la surprise ou du dégoût

    Question de timing ; ou de prise de conscience des ingrédients qui composent la recette.

    — Ronflements
    — Vomi (gag)

Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Sous-entendu sexuel

Scénario > Élément

    — Mort | Stupide

    Valable pour souligner l’absurdité de la vie : un personnage tombe dans l’escalier et se tue en voulant échapper à un danger.
    Mais aussi pour enfoncer le clou karmique quand il s’agit d’un personnage négatif : un sbire, quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, peut mourir de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.

    — Titre du film énoncé dans le film

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Équipe qui se disloque/couple (en devenir) qui se brouille à 20-30 minutes de la fin du film

    Gros moment de doute.

    — La chatte à Mireille

    À ce niveau-là, est-ce encore de la chance ? Plutôt une intervention divine.

    — Oh non ! Le meilleur joueur de l’équipe est blessé en cours de jeu !

    Laissant l’occasion au gringalet que l’on suit depuis le début l’occasion de gagner le respect de son entourage.

    — Passage obligé dans une partie immergée

Scénario > Situation

    — Bagarre | Perdues dans la nature : se disputent pour le bon chemin

    ... en forêt, dans le désert, en montagne, etc.

    — Tension | Doit s’échapper avant la destruction imminente de...

    ... la base secrète, le vaisseau ennemi, etc.


Thème > GI Joe

    — Agissement | Salut militaire

    Chef, oui Chef !

    — Ordonne | « Go, go, go ! »

    & variantes


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Scientifiquement non prouvé | Physique des matériaux soumise à rude épreuve

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Accents étrangers caricaturaux
    — Grossophobie
    — Homophobie

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Image dégradante | Femme casse-couilles
    — Image dégradante | Femme qui gagne le respect d’un type en jouant au bonhomme

    Exemples : bois cul-sec sans broncher un shot d’alcool fort, casse la gueule d’un gars relou en 2 coups bien placés, remet à sa place une brute par une répartie cinglante, etc.

    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Outrage sexiste | Remarque appuyée sur le physique d’une femme jugé avantageux

Thème > Testostérone

     ? | Pulsion sexuelle masculine
    — Muscle | Séquence d’entraînement physique (parfois débile)

    Séance d’entraînement physique, avec ou sans musique, qui comprend du footing, de la boxe, des pompes, de l’attrapage d’animaux, etc. En général, on y voit la progression (spectaculaire) de la personne qui s’entraîne, qui clôt la séance en réussissant un exercice qui le/la tenait jusqu’alors en échec.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 39 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Interprétation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?