L’exorcisme de ma meilleure amie

Viens chez moi, j’habite dans une copine
Dans cette énigmatique comédie d'horreur à suspense qui se déroule en 1988, deux jeunes meilleures amies, Abby (Elsie Fischer) et Gretchen (Amiah Miller), sont confrontées à un démon mystique qui a élu domicile dans le corps de Gretchen.

Titre original (ou alternatif) : My best friend exorcism
source synopsis et images : Quirk Productions Endeavor Content The Gotham Group
Fiche créée le 9 février 2024 et mise à jour le 9 février 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

1988. Abby (Elsie Fischer) et Gretchen (Amiah Miller) sont inséparables. Les deux meilleures amies partagent leurs joies, leurs peines, leurs délires, mais cet équilibre est remis en cause par le déménagement prochain de Gretchen, et surtout par le fait que suite à une soirée qui a mal tourné, elle est possédée par un démon qui a décidé de tout pourrir dans son sillage. La relation entre deux copines/sœurs secouée par la transformation de l’une d’elle, c’est quelque chose de régulier, et souvent utilisée comme métaphore plus ou moins subtile. Le thème de la possession est encore plus fréquent et encore plus casse-gueule, le bazar étant la plupart du temps calibré jusqu’à la stupidité.
Quoique sans subtilité dans son discours, la question du viol, le thème des relations toxiques, My best friend exorcism reste adroit dans sa manière de le poser. La dynamique du tandem Abby/Gretchen et du groupe Abby, Gretchen, Margaret (Rachel Ogechi Kanu), Glee (Cathy Ang) fonctionne bien et sa désagrégation encore mieux.
Là où My best friend exorcism pêche vraiment, c’est sur sa forme hyper propre et hyper académique. À la différence d’un Ginger snap qui compensait ses faiblesses techniques par une ambiance froide et une personnalité rugueuse et assez marquée, My best friend exorcism perd en intérêt par son côté propre en termes de violence graphique mais aussi d’image, que ce soit la photo ou le recours au numérique (putain j’en peux plus de ces bleus grisés hyper artificiels des scènes de nuit qui courent depuis 20 ans). Le film est propre autant par autocensure, le film s’adresse à un public adolescent, que par formatage, le film s’adresse à des adolescents... L’ancrage du film dans les années 1990 pue d’ailleurs bien aussi l’opportunisme.
Bref, s’il y a bien un ténia géant extirpé de la bouche d’une des gamines par son chien, le rendu est tout de suite moins réjouissant à cause du recours aux images de synthèse et de la quasi absence de fluides en tous genres. Il y a bien une scène au cours de laquelle Gretchen en proie à ses démons pisse dans la poubelle de la classe en plein cours, mais son traitement reste particulièrement neutre. Il y a bien un démon bien salopard, mais le bodycount reste à 0. Toute cette retenue est d’autant plus dommage qu’elle apparaît comme assez hypocrite dans la mesure où on sait que les adolescents sont confrontés à bien pire et que c’est justement l’une des thématiques du film. « On passe dans plein de lycées et je dirais qu’il y a au moins un gamin possédé par classe. »
Toutefois, My best friend exorcism se rattrape avec pas mal d’idées et d’inattendu, le ténia et le pissou en pleine classe, mais aussi l’apparition d’un groupe de bodybuilders chrétiens qui proposent des shows en milieu scolaire dont l’un des membres, approché par Abby, s’improvisera exorciste. Chris Lowell l’incarne à la perfection en reprenant quelques éléments de son rôle de Bash Howard dans Glow et accentue énormément la facette humoristique du film. L’équilibre horreur (gentille)/drame/humour est globalement bien maîtriser et l’implication du casting principal n’est pas étranger à cette réussite.
Malgré ses défauts, qui peuvent se justifier aussi par le fait que malheureusement, le cinéma est autant un art qu’une industrie, My best friend exorcism est loin d’être désagréable, plutôt drôle, prenant et assez tendre.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces ingrédients, seuls 40  figurent dans la recette de ce film ; tous les autres ne s'y trouvent pas.

Personnage > Agissement

    — Bagarre | Envoie du sable dans les yeux
    — Donne sa bouffe au chien discretos sous la table
    — Émotion | Regarde (avec tristesse/nostalgie) une photo de sa femme/son mari/sa fille/son fils

    & variantes : une vidéo de famille.
    Peut lui parler.

    — Envoie des petits cailloux à la fenêtre d’un ou d’une amie pour attirer son attention discrètement
    — Famille | À la fin, tombe dans les bras de sa femme/son mari/son fils/sa fille

    & variantes

    — Passe à travers une vitre : pour s’échapper

    & variantes

    — Passion | Fait preuve de jalousie ou de rivalité féminine

    Bonus de 5 pts si une des femmes au cœur de cette rivalité croise les bras de frustration/colère/mécontentement.

    — Stylé | S’exclament la même chose et en même temps

    & variantes.
    Procédé théâtral très très inhabituel ailleurs que dans des films.

    — Vie de merde | Vomit

Personnage > Caractéristique

    — Enfant ou ado tête à claques
    — Religion | Fait un signe de croix
    — Super pouvoir | Ces gens sont beaucoup trop beaux !

Personnage > Citation

    — Exprime du soulagement | « Hourra ! » de quartier général

    & variantes : « Hourra ! » de foule, etc.

    — Ordonne | « Attrapez-les/la/le ! »

    et variantes

    — Questionne | « Y’a quelqu’un ? »

    Dit à la suite de l’entrée d’un personnage dans un lieu désert.

    — Récrimine | « Mais lâchez-moi, sales brutes ! »

Personnage secondaire

    — Flic d’aucun secours

    Soit parce qu’il est dans le coup, soit parce qu’il est incompétent, soit parce qu’il se fait buter direct comme une merde.
    Comprend aussi l’équipe d’intervention qui arrive bien après la bataille.

    — Meute compacte de journalistes

    ... qui encombre un couloir, ou le parvis d’une mairie, d’un tribunal...

    — Punks post-apo et émeutiers de villes futuristes aux goûts vestimentaires douteux

    Punk is not dead.


Réalisation

    — Bestiole qu’on devine galoper sous les vêtements/les draps/la peau
    — Équipe | L’équipe (au complet) avance (au ralenti) face caméra

    Scène censée en mettre plein la vue et inspirer crainte et respect.

    — Fin | Plan grue/hélico qui s’éloigne en montant

    Voire zoom arrière qui emmène le spectateur jusque dans l’espace.

    — Fin | Que sont-elles/ils devenues ?

    Où on apprend qu’une telle a été condamnée, que celui-ci est devenu écrivain renommé ou juge fédéral et que celui-là a ouvert un bar à putes.

    — Fin | Véhicule ou personnages qui s’éloignent
    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Sauts de peur et hurleurs

    Autrement dit jumpscares et screamers : des effets aujourd’hui un peu trop faciles du cinéma de frissons.

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    Ou « X mois/années plus tard/plus tôt » (inclut à ce titre les cartons au même titre que les incrustations à proprement parler)

    — Habillage | Placement de produits
    — Les premières apparitions du tueur ou monstre se font par petites touches

    Une ombre, les pieds, un gros plan sur une main, un bout de hanche, un fragment d’arrière de crâne...

    — Ouverture | Présentation écrite de l’univers, de la situation, du personnage, du contexte voire définition

    Le plus souvent dans une jolie police : lettres gothiques pour la fantasy, typo sobre et anguleuse pour la SF, etc.

    — Souvenirs | Introduits avec un flash (et un effet sonore)

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Faux raccord flagrant
    — Tension | Cachée

    La porte ouverte à toutes sortes de faux suspense.

    — Tension | Couverture qui recouvre un personnage endormi tirée petit à petit
    — Tension | Victime traînée soudainement hors champ/dans l’obscurité

    On me voit, on me voit plus.

    — Vue subjective | d’un pare-choc de voiture

    Et des fois, on n’a même pas l’impression de vitesse...

    — Vue subjective | de victime potentielle

    Cadrages de murs, de plafonds, de bosquets. Mouvements de caméra secs. Accompagnés parfois de bruits inquiétants ou des halètements de la personnes à travers les yeux de laquelle on suit l’action.

    — Woosh | Mise en scène

    Effet sonore qui renforce le dynamisme du montage ou de mouvements de caméra.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Ambiance | Toutes les lampes sont allumées

    Un séjour moyen c’est, deux plafonniers, cinq ou six appliques murales et quatre lampes de chevet. Sans compter que les lumières du couloir sont aussi allumées. Et ce même quand la maison a été assaillie par des méchants.

    — Planche de oui-ja

Réalisation > Audio

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Bruit générique | Chouette ou hibou
    — Locution | Les démons ont une voix très grave et très rocailleuse... ou un cancer de la gorge

    Et ils parlent très souvent en anglais.


Réalisation > Surprise !

    — Faux suspense !

    Exemples :

    • une musique stridente accompagne l’arrivée dans le champ d’une main qui se pose sur l’épaule du personnage que l’on suit, mais ce n’était que la main d’un ami.
    • un discours d’un officiel mécontent laisse croire à une sanction terrible pour un personnage, jusqu’à l’annonce d’une remise de médaille annoncée avec un grand sourire.
    — Faux suspense | Ouf c’est juste un ami qui fait une blague !

    Souvent un garçon (peut-être le benêt, le bon copain-confident-séducteur ou l’alphamâle...) qui fait peur à une fille (soit la final girl, soit l’espèce de petite délurée qui va crever salement dans 5 minutes)...

    — Faux suspense | Surprise par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas

    — Tension | Menace qui apparaît dans le dos d’un personnage

    Lequel ne se fait pas nécessairement attaquer.


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Est éclaboussée par un fluide

    Ou plus généralement recouverte.

    — Pipi, caca, prout

    et rots, pets, etc.

    — Reprise des mimiques du loup de Tex Avery qui voit une fille canon

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Vestiaire de lycée

    Tenues légères d’un côté, rires gras de l’autre.


Scénario > Dialogue

    — Gémissements, geignements ou cris répétés
    — Phrase-choc

Scénario > Élément

    — Découvre un truc en développant une photo

    & variantes découvre un truc en repassant les images qu’il/elle vient de tourner, en faisant défiler les photos qu’il/elle a prises sur l’écran de l’appareil ou sur un ordinateur...

    — Émotion | Déchire/rend des lettres/des photos/des cadeaux après une dispute

    Dispute entre amis/amies ou dans un couple.

    — Est la risée du bahut
    — Personnage possédé, personnage hypnotisé, personnage vaaampiriséééé

    Généralement par un artefact antique, alien...

    — Titre du film énoncé dans le film

Scénario > Ficelle scénaristique

    — Amour au premier regard

    Avec effets faciles, bouche bée filmée au ralenti, dénouage de cheveux filmé au ralenti, regard insistant, baisse d’attention, voire effets de scintillement, etc.

    — Baisse de tension et/ou lumière/fusibles qui sautent au moment opportun

    Oh noooooon je vais devoir m’aventurer toute seule dans cette cave toute sombre !

    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Confession blessante

    Du type « Tu te souviens y a dix ans quand on t’a dit que XXX eh bien, c’est moi qui XXX. En bref j’ai sauté ta femme, buté ton hamster et vice et versa... »
    Le genre de séquence qui au choix est génératrice de tension, peut lancer le spectateur sur une fausse piste, ou est porteuse de charge comique.

    — Créature, démon ou sorciere qui utilise la voix ou l’apparence d’un proche

    La corde sensible à piano.

    — Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard (fusil de Tchekhov)
    — La personne qui sait la vérité n’est crue par personne

    Scientifique, lanceur d’alerte, policier s’évertue en vain à éviter la catastrophe.


Scénario > Situation

    — Bagarre | Saute derrière un comptoir pour échapper à la fusillade

    Ça sert à tout, les comptoirs ; et bien pratique en cas de coup dur, quand la bande du Russe te file aux basques.

    — Passion | Moment d’intimité interrompu
    — Situation | Moment « Woo-hoo ! »

    ... ou moment « You-hou ! », « Ou-hou ! », etc.
    Poussé par exemple à bord d’un grand huit, d’un hors-bord ou plus généralement dans une explosion d’enthousiasme.

    — Tension | Suspendue dans le vide

Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Gaspillage alimentaire
    — Agissement | Boite après avoir été touché à l’épaule

    Mais (généralement) n’a aucune difficulté à utiliser son bras. Comme quoi, quand on veut on peut.

    — Impossible, mais pourtant réussie | Évasion

    & variantes

    — Non-suspension d’incrédulité | Ça a l’air d’être tellement simple à faire !

    Euh..., c’est vraiment si facile à faire, ce que fait ce personnage... ?

    — Technique | Lampe torche du personnage que l’éclairage du plateau rend inutile

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Accents étrangers caricaturaux

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Stéréotype sexiste | Heureusement que les femmes ont les pieds sur terre

    & variantes : ont un vrai sens moral, etc.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 40 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?