I, Frankenstein

Il a forgé une créature de ses propres mains... monumentale erreur
Une ancienne avocate reprend du service pour plaider sa cause et celle de son mari lorsque sa fille de 11 ans les attaque en justice pour demander son émancipation. La jeune fille leur reproche d'avoir été conçue dans le seul but de disposer d'un individu compatible génétiquement avec sa soeur rongée par le cancer, dans l'espoir qu'elle puisse prolonger la vie de celle-ci.
source synopsis et images : Mark Johnson Productions Gran Via Productions Curmudgeon Films New Line Cinema
Fiche créée le 11 septembre 2023 et mise à jour le 11 septembre 2023

Des choses gentilles à dire sur ce film

N’iiiiiiiiiiimporte quoi. I, Frankenstein a ce qu’il faut pour provoquer des syncopes aussi bien aux amateurs de littérature gothique qu’aux amateurs de cinéma en général : Stuart Beattie a décidé de sauvagement violer l’œuvre de Mary Shelley, le fantastique gothique, le fantastique en général même, la pop culture, le cinéma d’action et j’en passe. Et paradoxalement c’est assez réjouissant...
À grands renforts de bondieuseries pop, de ralentis stylés, de considérations philosophiques niaises et de fausses bonnes idées le scénariste/réalisateur propulse la créature de Frankenstein dans une ville moderne peuplée a priori uniquement de démons et de gargouilles, lesquelles se foutent joyeusement sur la tronche. L’humanité dans tous ça ? Absolument aucune putain d’idée, on ne voit jamais personne.
Pas forcément clair dans ses idées, ses propos, sa mise en scène parfois, Stuart Beattie fait néanmoins preuve d’un certain enthousiasme qui s’apparenterait à celui d’un gosse de douze ans qui aurait vu des bouts de The Monster Squad, Blade, et un épisode ou deux de Buffy contre les vampires ou des Creepy crawlers un week-end et qui aurait entrepris de raconter tout ça à ses potes de classe de douze ans aussi à la récré en dessinant dans son cahier de brouillon.
Et c’est un peu le résultat qu’on a niveau effets visuels où se côtoient choses pas très heureuses (les démons notamment), recettes faciles (y a du pixel) mais aussi quelques idées (les transformations des gargouilles sont plutôt chouettes). En dépit du résultat final, les efforts sont indéniables.
À ceci s’ajoute la performance d’un Aaron Eckhart professionnel jusqu’au bout qui met du cœur à l’ouvrage et un Bill Nighy, pour qui c’est plus difficile à déterminer, tant son charisme naturel le rend écrasant même quand il ne fait rien ; il est, de plus, en terrain connu, enfilant un rôle assez similaire à celui qu’il pouvait avoir dans Underworld.
Curieusement tout ça fait que I, Frankenstein est une daube certes mais une daube plutôt sympathique.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 30 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Méchante

Réalisation

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Élément

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?