Saga Highlander

Highlander : Endgame

Le Highlander est mort, vive le Highlander
Les Highlanders ont vécu à l'époque de nos ancêtres et vivent aujourd'hui à nos côtés. Depuis des siècles, Duncan MacLeod (Adrian Paul) croise le chemin de son proche ami, Connor MacLeod (Christophe Lambert), immortel également. Leur amitié a commencé au XVIIème siècle, lors de leur première rencontre sur le champ de bataille de Glen Fruin. Connor l'avait alors pris comme apprenti et lui avait enseigné les rudiments de combat et les règles des immortels. A l'aube du XXIème siècle, le destin a fait en sorte de les réunir à nouveau. Par ailleurs, les deux combattants découvrent que chacun de leurs adversaires possède un pouvoir de destruction incroyable dû à la maîtrise des arts martiaux et de l'épée. Une ultime bataille dont l'issue décidera du destin de l'espèce humaine va se dérouler entre les immortels sur la Terre. A la fin, il ne doit en rester qu'un seul.
  • Les chevaliers au look improbable chevauchant leurs motos
  • L’espèce de morphing qui superpose les visages de Christophe Lambert et de Adrian Paul
C’était chouette de le voir une fois
sur l'échelle de Slater
avec Christophe Lambert

Des choses gentilles à dire sur ce film

Highlander III faisait timidement mine d’effacer le volet précédent, Highlander Endgame finit de l’annuler dès sa présentation écrite : les immortels, on ne sait pas d’où ils viennent mais ils sont là point barre. Chers fans, on vous a compris ! Vous, ce que vous voulez c’est que Connor MacLeod (Christophe Lambert) et Duncan MacLeod (Adrian Paul), respectivement héros de la saga ciné et héros de la série télévisée, finissent par se croiser et finalement avoir à croiser le fer ; vous, ce que vous voulez c’est voir des types habillés comme des chevaliers affublés de casques ridicules rouler à moto comme dans le dernier sous Mad Max venu ( et tenir des propos totalement incohérent à l’image de ce magnifique échange : « tu vois qu’est-ce que je te disais, j’ai l’air d’une orange - mécanique Bob, c’est hyper tendance, crois moi ») ; vous, ce que vous voulez c’est voir un tableau récapitulatif des morts d’immortels infligées par les concurrents encore en lice (oui, oui) ; vous, ce que vous voulez c’est l’émotion d’une histoire d’amour complexe comme celle qui a eu lieu entre Connor et Heather mais avec une scène de cul éroticotarte comme on en faisait au milieu des années 1990 en plus...
Eh bien tout ça, vous l’aurez.
Endgame annule The Quickening mais ne fait objectivement pas beaucoup mieux. En revanche, sur une optique plus déviante, c’est un régal. En fait, Endgame c’est deux fois plus de héros, trois fois plus d’ennemis... et une accumulation fantastique d’éléments nanars lourdeurs comprises. L’arrivée des antagonistes à dos de motos équipés de casques médiévaux particulièrement saugrenus et le déluge de ratatatatata et d’explosions qui suit est à pisser de rire naturellement, mais l’est tout autant la première apparition pourtant beaucoup plus sage des héros qui marchent côte à côte au ralenti dans la foule et qui se séparent après un échange débile et mou en se regardant longuement en silence, en souriant et en hochant la tête... moment qui sera resservi à plusieurs reprises sous forme de flashback. Le film est d’ailleurs truffé de flashbacks totalement superflus qui reprennent des scènes montrées à peine 15 minutes plus tôt mais aussi de passages en voix off pour bien faire comprendre au spectateur ce que les personnages pensent et ressentent. Chers fans, on vous a compris ! On vous prend par la main et on ne vous lâchera pas.
Comme si derrière le projet, on avait compris que ce qui plaisait aussi dans Highlander, c’était le côté foireux, un peu par affection, un peu par résignation, tout sera fait pour neutraliser chacune des directions que le film emprunte, chacun des genres auxquels il se frotte et condamner au ridicule absolument tout ce qui apparaît à l’écran y compris Donnie Yen. Et ça commence dès les premières scènes avec la menace qui plane et qui s’abat sur Rachel (Sheila Gish) qui apparaît presque comme relevant du registre parodique dans la surutilisation d’objets générateurs de tension : un métronome dont on se demande ce qu’il peut bien foutre là, une boîte à musique qui dévide sa mélodie flippante, les coups de téléphone stridents... Le coup de grâce est donné par Connor qui hurle le nom de Rachel au ralenti.
La suite est du même acabit. Le grandiose des paysages d’Écosse arrive à être splendidement salopé à grands renforts de vues aériennes et d’effets clipesques ; l’émotion en prend aussi pour son grade, on sent la volonté de rejouer ce qu’avait su faire Russell Mulcahy sur la relation Connor/Heather... mais c’est fait avec une subtilité d’auteur Harlequin en termes d’écriture et de mauvais clippeur en termes de réalisation ; l’action soufre de mauvaises chorégraphies mais surtout d’une réalisation aux fraises et d’un montage catastrophique ; l’humour n’est pas en reste, l’horrible flashback où Connor et Duncan mettent une peignée à des bandits de grand chemin donne un bel aperçu de l’étendue des dégâts, nos deux bons vieux gentilshommes apparaissant de surcroit plus puants que réellement badass.
Tout, absolument tout, finit par sombrer tôt ou tard dans le ridicule le plus complet. Et avec Adrian Paul en haut de l’affiche, qui nous gratifie de moments de non jeux assez sympathique (la mine pénétrée qu’il affiche tandis qu’il ressent la mort des immortels du sanctuaires lors de sa séance quotidienne de tai-chi-chuan rappelle les meilleurs moments de la filmographie de Sophie Marceau), on sent que la franchise passe un cap. Le flambeau est passé, Tof fait un dernier petit coucou dans un morphing dégueulasse lors du combat final, Adrian Paul est à présent le seul et unique Highlander.
Highlander Endgame est un vrai bonheur difficilement surpassable. Et pourtant Highlander : le gardien de l’immortalité aura réussi à le faire.



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi les 100 que comptent cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces 100 ingrédients, seuls 50 figurent dans la recette de ce film (sur les 57repérés par l'équipe d'Incredulos Vultus) ; ce qui veut dire que 50 ingrédients de cette liste ne se trouvent pas dans ce film.

Personnage > Agissement

    — Bagarre | Fait signe à son adversaire de s’approcher
    — Bagarre | Valdingue à travers une vitre, une palissade, une porte...
    — Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

    — Course-poursuite | Double des véhicules en zigzag

    Les voitures sont en alternance à droite et à gauche sur les voies.

    — Émotion | Regarde (avec tristesse/nostalgie) une photo de sa femme/son mari/sa fille/son fils

    & variantes : une vidéo de famille.
    Peut lui parler.

    — Lance une attaque surprise dans le dos d’un personnage... en parlant voire en hurlant

    Et en partant de cinq bons mètres.
    Concerne généralement les sbires et les seconds couteaux.

    — Méchante grand format qui reste stoïque après avoir reçu un coup de poing
    — Mord une pièce (d’or)
    — Mort | Recueille la dernière volonté d’une mourante
    — N’importe quoi | Projeté exagérément loin sous l’effet d’un coup de feu... voire d’un simple choc

    Touchée par un coup de feu, le personnage voltige 4 m en arrière.

    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Stylé | Demande un truc en claquant des doigts

    C’est qui le boss ?

    — Stylé | Démontre son habileté avant un combat pour intimider son adversaire

    Lors de combats entre gentilles et méchantes, la/le méchante fait une démonstration au nunchaku, à l’épée, au fouet, etc. En général, ça sert à rien parce qu’il/elle se fait rétamer en deux coups les gros.

    — Super pouvoir | Ce qui lui a été dit lui revient/reste en tête mot pour mot

    Se traduit techniquement par la reprise des éléments de dialogue correspondants avec un léger effet de réverbération moche...


Personnage > Caractéristique

    — Blues | Sa femme, sa fille sa mère ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — La fameux coup de la maison, salle ou entreprise que le héros ou l’héroïne a bâti toute seule
    — Ouh ! | Réactionnaire
    — Super pouvoir | Ces gens sont beaucoup trop beaux !
    — Tension | Hantée par des souvenirs traumatisants

Personnage > Citation

    — Défie | « Vas-y, tue-moi » « vas-y, appuie sur la détente »
    — Défie | « C’est tout ce que t’as ?! »
    — Exprime du soulagement | « Hourra ! » de quartier général

    & variantes : « Hourra ! » de foule, etc.

    — Proteste | « Ce n’est pas ce qui était convenu ! »
    — Regrette | « Qu’est-ce que j’ai fait... »
    — S’inquiète | « Oh-oh »

Personnage > Héros ou héroïne

    — Au chevet d’une proche

    J’en connais qui vont passer un mauvais quart d’heure.

    — Drame | Son/sa coéquipiere vient de se faire buter
    — Super pouvoir | Simple blessure au front, au bras...

    Il s’en est pris pourtant, des beignes, mais visiblement, il est costaud le bougre !

    — Tension | Donne une leçon de courage face à son bourreau

    & variantes : est insolente face à son bourreau


Personnage > Interprétation

    — Parle la bouche pleine

    .é .ui, .é .uper .rôl’ d’ fér. ça.


Personnage > Méchante

    — À l’épreuve | Sous-fifre qui se fait berner comme une bleue
    — Mégalo | Mwahahahaha ! (rire théâtral)

Personnage secondaire

    — Comparse animalier

    & assimilé : fidèle destrier, chaton sauvage, dragon rigolard, extra-terrestre... Qu’il soit gourmand, lourdingue ou paresseux, c’est sa loyauté qui le caractérise avant tout.
    Petit bonus : s’il ne partage pas la même langue que le héros qu’il accompagne, tous les deux s’entendent quand même à la perfection.
    Personnage surtout présent dans les films pour la jeunesse.

    — Meurt en mitraillant en l’air

Réalisation

    — Bagarre | Impasse mexicaine

    Si tu le fais, je le fais, alors le fais pas.

    — Course-poursuite | Voiture qui décolle et se retourne en l’air (suite à une collision)

    La touche eighties.

    — Effet | Filtre chromatique jaune/orange pour les pays « chauds »
    — Fin | Le film se termine sur un baiser
    — Fin | Véhicule ou personnages qui s’éloignent
    — Grammaire | Emploi répété d’accélérés / Alternance d’accélérés et de ralentis

    Pour une scène (d’exposition généralement) péchue.

    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Ralenti lors d’une chute ou d’un saut dans le vide
    — Grammaire | Ralentis injustifiés et insupportables

    Ralenti = oh là là, attention, il se passe quelque chose de dramatique !

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    Ou « X mois/années plus tard/plus tôt » (inclut à ce titre les cartons au même titre que les incrustations à proprement parler)

    — Habillage | Titre qui apparaît en gros à l’écran, accompagné d’un effet sonore

    bruit métallique, coup de tampon & autres variantes.

    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Ouverture | Présentation écrite de l’univers, de la situation, du personnage, du contexte voire définition

    Le plus souvent dans une jolie police : lettres gothiques pour la fantasy, typo sobre et anguleuse pour la SF, etc.

    — Séquence d’entraînement au tir au cours de laquelle le personnage met systématiquement dans le mille
    — Technique | Travelling contrarié
    — Vision subjective | Viseur de fusil à lunette
    — Woosh | Mise en scène

    Effet sonore qui renforce le dynamisme du montage ou de mouvements de caméra.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Ambiance | Boîte à musique

    Un des pires éléments cinématographique. À égalité avec les clowns et les poupons en faïence.

    — Intelligence artificielle (de vaisseau)/interface | a une voix robotique/monocorde

    Parle de manière saccadée ou sur un ton monocorde. Mais en tout cas parle beaucoup.

    — Mort hors-champ | Gerbe de sang qui éclabousse un mur, une vitre...

    Ça c’est de la suggestion vieux...

    — N’importe quoi | Explosion injustifiée

    (voiture, avion, bateau, etc.)

    — Pouet-pouet | Effet pyrotechnique hasardeux

    Souvent à base d’étincelles disgracieuses, sans aucun rapport avec la réalité.

    — Pouet-pouet | Mannequin en chute libre

    & variantes : mannequin écrabouillé, mannequin projeté... mais mannequin libéré !

    — Tension (ou émotion - à corriger) | Objet qui tombe (et se brise) au ralenti

    Une tasse, un verre, un cadre, un vase Ming, etc.

    — Tension | Jet de vapeur projetée par un tuyau qui fuit

    Le compagnon indispensable de toute usine désaffectée, sous-sol, base militaire, laboratoire, etc.


Réalisation > Audio

     ? | Dialogues en arrière-plan sonore

    Lors d’un rassemblement, on entend des voix plus distinctement que d’autres :
    ‒ « J’en ai pris plein la poire ! » ;
    ‒ « Laissez-le parler ! » ;
    ‒ « Il a raison ! » ;
    Etc.

    — Bruit exagéré | Coup de couteau

    Extra spongieux.

    — Bruit exagéré | Flingues chargés et chiens armés

    Cric-cric.

    — Bruit exagéré | Les épées, cannes, flèches, lances font woosh et cling !

    Woosh pour les coups donnés dans le vide (entraînements, démonstrations de rapidité) et cling dans les combats réels... Ah oui, et les armures font bong parfois.

    — Bruit générique | Verre cassé

    Ou vase, poterie...

    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.

Réalisation > Surprise !

    — Bagarre | Coup de feu qui fait craindre le pire pour l’héroïne ou le héros... jusqu’à ce que la/le méchante s’écroule !

    Concerne aussi le coup qui retentit lors d’une mêlée, ou la/le méchante survit et le héro ou l’héroïne s’écroule.

    — Faux suspense | Surprise par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas

    — Tension | Moment de tension interrompu par une sonnerie de téléphone / sonnette de porte

    Les gens appellent toujours au mauvais moment. Surtout ceux qui demandent si t’as fait des travaux d’isolation récemment.


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Étagères de bibliothèque qui tombent comme des dominos
    — Gag cartoonesque | Bruit exagéré de verre cassé après un jeter d’objet hors champ
    — Interprétation | Louche ou grimace après avoir reçu des coups
    — Recrache sous le coup de la surprise ou du dégoût

    Question de timing ; ou de prise de conscience des ingrédients qui composent la recette.

    — S’ébroue après avoir reçu un coup

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.

    — Cliché touristique

Scénario > Dialogue

    — Deux types se battent (à mort), sans pouvoir s’empêcher de papoter tranquillou

    Entre une fente à l’escrime, une esquive de masse d’arme ou une parade d’uppercut, les combattantes enchaînent leur explication de texte, et sans être essoufflée qui plus est.

    — Phrase-choc
    — Référence à la Bible, ou à la religion chrétienne

    Pour se constituer des noms de code, des mots de passe ou semer autres indices.
    Pour étayer une argumentation.
    Pour impressionner son auditoire.
    Etc.


Scénario > Élément

    — Automédication
    — Toast

    Du simple « à machin » au grand format précédé d’un cling-cling-cling émis par le bord d’un verre frappé par un couvert.

    — Une proche meurt sous ses yeux

    sa copine, son pote, son mari, son gnard...


Scénario > Ficelle scénaristique

    — Entre le héros/héroïne et le méchant/méchante, c’est une affaire personnelle

    Dis donc, toi, qui essaie d’asservir le monde, t’aurais pas massacré toute ma famille quand j’étais trop petit pour me défendre ? Tu vas mourir ! Mais avant je te ferai cracher le nom de ta crème anti âge !

    — Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard (fusil de Tchekhov)
    — La chatte à Maurice (ou anti-chatte à Mireille)

    Moins de chance que ça, c’est au moins une malédiction égyptienne sur 7 générations.

    — La personne qui sait la vérité n’est crue par personne

    Scientifique, lanceur d’alerte, policier s’évertue en vain à éviter la catastrophe.

    — Retour d’un personnage qu’on croyait mort
    — Situation de crise | La/le prisonniere dont le/la terroriste a demandé la libération s’est fait buter
    — Vieille légende, racontar, fait divers transmise à un moment ou à un autre...

    Et qui une fois sur deux fait écho à la situation que traversent les personnages.


Scénario > Situation

    — Agissement | Se recueille sur une tombe/devant un cercueil, etc.

    Là, c’est le moment émouvant où on est censée comprendre pas mal de trucs sur la psychologie des personnages.

    — Menace | Impliquant la bite et/ou les couilles

    Comme si y avait pas d’autres trucs qui dépassaient...


Thème > N’importe quoi

    — Carton-pâte | Coup de poing pouet-pouet

    Coup de poing qui passe à l’aise à 40 cm de la cible, mais qui touche quand même ; la magie du cinéma.

    — Carton-pâte | Tape aléatoirement sur un clavier d’ordinateur

    On aimerait tellement voir le résultat de la frappe au clavier de cette personne : sans doute quelque chose d’approchant à « amvk fké à(_(à »,v,s lmw, ,sdlmfk".

    — Impossible, mais pourtant réussi | Tir (armes de jet, à feu)
    — Scientifiquement non prouvé | Physique des matériaux soumise à rude épreuve
    — Stylé | Prend une graaaande inspiration avant de revenir à la vie

    Le cœur s’est arrêté depuis 8 min ? pas grave, on prend un grand bol d’air et tout est oublié.

    — Stylé | Reflet limpide dans une pupille

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Image dégradante | Femme qui crie beaucoup pour pas grand-chose (« hystérie »)

    & variantes genre pète beaucoup de vaisselle (eh ouais)

    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Violence sexuelle | Attrape le menton d’une femme

    ou met sa main derrière la nuque d’une femme dans un moment d’intimité, ou donne une petite tape affective du poing sur le menton d’une femme.


Thème > Testostérone

    — Muscle | Séquence d’entraînement physique (parfois débile)

    Séance d’entraînement physique, avec ou sans musique, qui comprend du footing, de la boxe, des pompes, de l’attrapage d’animaux, etc. En général, on y voit la progression (spectaculaire) de la personne qui s’entraîne, qui clôt la séance en réussissant un exercice qui le/la tenait jusqu’alors en échec.


(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 57 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?