Saga Highlander

Highlander

Boîte de Pandore
Connor MacLeod est un immortel. Il traverse les Ages depuis son Écosse de 1536, multipliant les rencontres, les expériences et les combats... Car depuis plus de 400 ans MacLeod affronte dans des luttes sans merci d'autres immortels pour remporter Le Prix. Le seul moyen de les tuer est de leur trancher la tête et c'est ce qu'il s'évertue à faire depuis des siècles tout comme son ennemi juré : le Kurgan. Un guerrier sadique ayant tué la majorité des immortels. C'est dans le New York de 1986 que MacLeod prépare le combat ultime qui fera de lui le dernier des immortels. Il ne peut en rester qu'un.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Ah ces lettres rouges sur fond noir et les premières notes de Princes of the universe de Queen... L’ouverture de Highlander avait quand-même de la gueule. Pour ce qui est de la suite, c’est plus aléatoire, le film est à la fois grandiose dans l’épopée qu’il raconte, dans les choix de narration qui sont faits et à la fois un peu mou, un peu kitsch même s’il est plus pénalisé par, cruelle ironie, les ravages du temps que par de vraies fautes de goût.
La scène d’ouverture traduit tout ça. L’installation d’une ambiance fléchée fantasy urbaine est très réussie, comme la première apparition de Connor MacLeod (Christophe Lambert) qui semble complètement déphasé, pâlichon, presque comme un vampire. L’opposition entre l’agitation et la foule beuglante du stade et le parking désert, le feu des projecteurs et l’ombre, un affrontement de carnaval tonitruant et un duel pesant... Russell Mulcahy instaure visuellement tout ce qui transpire du prologue. L’univers est posé et, dans l’absolu, plutôt bien...
Mais voilà, chaque mois, chaque année, chaque décennie qui passe rend le combat entre Connor et Fasil (Peter Diamond) un peu plus mou. Un peu plus risible aussi en raison des modes de l’époque notamment. Comment expliquer que Fasil se déplace en pirouettes comme un clown, assez longuement, autrement que parce que c’était stylé à ce moment-là. Mulcahy pêche parfois par recherche de style pour le style, donnant une esthétique parfois beaucoup trop clipesque au film. Son gros bagage dans le domaine se révèle, pour le coup, à double tranchant.
Mises à part ces petites poussées d’esthétisme figées dans le temps, la réalisation de Russell Mulcahy dégage une âpreté évocatrice, les espaces naturels (mais pas que) sont bien mis en valeur et participent à donner au récit quelque chose de rugueux pas très éloigné parfois de son Razorback réalisé deux ans plus tôt. Les batailles et les duels, un peu mous avec le recul, ont leur petit quelque chose d’épique, de cauchemardesque et de graphique aussi. Il y a un esprit comic-book fun qui renforce l’identité de Highlander : les éclairs qui concluent chaque mort par décapitation, les animations finales, l’épée de Kruger (Clancy Brown) qui se monte comme un fusil à lunette...
Sur le fond, Gregory Widen a posé les bases d’une mythologie vraiment intéressante qui prend toute son ampleur par le choix d’une narration au compte-goutte, fondant plusieurs histoires en une, comme les gouttes d’eau qui se rejoignent en glissant sur une vitre, comme les immortels qui ont chacun leur parcours mais qui sont destinés à se croiser, à s’absorber, à ne faire plus qu’un. Cette structure, un flashback après l’autre, permet du même coup une caractérisation des personnages à rebours qui les rend fascinants.
L’interprétation est raccord. Si Christophe Lambert n’y joue pas hyper bien (mais pas hyper mal non plus), il dégage néanmoins une certaine aura mélancolique qui prolonge notamment les flashbacks mettant en scène la relation entre Connor et Heather, un élément central du récit et de la biographie du héros qui n’existait pas dans version originale du script. Sean Connery est l’incarnation du mentor un peu picaresque. Clancy Brown fait du Kurgan un méchant iconique, il a l’apparence qu’il faut, le timbre de voix idéal, il sait cabotiner quand il le faut mais sans franchir la limite.
Malgré ses défauts, on comprend aisément que Highlander, par la mythologie tellement riche qu’il dessine, son esthétique, sa bande son (Michael Kament et Queen ont fait un super boulot) ait donné naissance à une saga. Un film culte à la fois dans ce qu’il a de bon et de légèrement ringard. Une boîte de Pandore à l’origine de pas mal de calamités sur grands et petits écrans aussi...



Cliquer ici pour jouer au bingo avec ces propositions d'ingrédients

Choississez 36 ingrédients parmi les 100 que comptent cette liste et placez-les judicieusement dans votre grille.
Attention, parmi ces 100 ingrédients, seuls 50 figurent dans la recette de ce film (sur les 56repérés par l'équipe d'Incredulos Vultus) ; ce qui veut dire que 50 ingrédients de cette liste ne se trouvent pas dans ce film.

Personnage > Agissement

    — Avait pourtant été prévenue de ne pas faire ça

    On lui avait dit, pourtant ! Mais cette fichue tête de mule n’écoute jamais... et tant mieux pour les spectateurs et spectatrices.
    « Avait pourtant été prévenu » touche autant à la narration qu’à la caractérisation du personnage.
    Dans le premier cas, il permet de développer le récit sur le principe action/réaction, cause/conséquence. On se rapproche de l’ingrédient Introduction forcée d’un élément dont on sait d’avance qu’il servira plus tard (fusil de Tchekhov)/fusil de Tchekhov : en tant que spectateur, on aurait été déçue que le personnage ne se soit pas aventuré, par exemple, là où il ne devait pas aller.
    Dans le second, ça assied ou renforce le caractère du personnage : détermination, inconscience, couilles au menton...
    L’entrée peut avoir aussi une connotation morale proche du conte, avertissements de mères-grands et j’en passe.

    À ne pas confondre avec une menace du type « si tu t’approche je fais ça, je te préviens ! » mise à exécution.

    — Bagarre | Fracasse une bouteille sur le crâne d’un type

    Pleine en plus. Ces gens n’ont aucun savoir vivre.

    — Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

    — Crache au visage de son bourreau, geôlière ou interrogateur
    — En toute discrétion | Se râcle la gorge pour attirer l’attention
    — Femme qui sauve un homme en mauvaise posture
    — Fuite | Tombe pendant une fuite à pied

    & variantes : fuite à cheval, etc.

    — Mort | Meurt dans les bras d’un autre personnage

    La tension dramatique au paroxysme !

    — Passe amoureusement la main sur un sac rempli de billets
    — Se regarde dans un miroir | Introspection, reprise en main (films à corriger)
    — Stylé | Balance une petite phrase avant de tuer une personne (ou après)

    Parce que tuer une personne ou lui foutre une raclée n’est pas suffisant, il faut aussi se faire plaisir en lâchant une répartie cinglante, spirituelle ou humiliante.

    — Tension | Croit apercevoir quelque chose du coin de l’œil/se sent observée et se retourne

    Un ’ro minet...

    — Tension | Met sa main devant sa bouche ou celle d’un autre personnage pour s’ / l’empêcher de hurler

    Peut fermer les yeux en même temps, des fois que...

    — Vie de merde | Vomit

Personnage > Caractéristique

    — Blues | Sa femme, sa fille sa mère ou sa sœur est morte

    & variantes : son mari, son fils, sa mère, etc.

    — Religion | Fait un signe de croix
    — Super pouvoir | Il/elle sait tout faire

Personnage > Citation

    — Rapporte | « Il y a eu des complications »
    — Se plaint | « Je ne veux pas mourir »

    & variantes : « On va tous mourir ! », etc.


Personnage > Héros ou héroïne

    — Fibre héroïque | Sauve une femme en détresse, ou un enfant inconscient

    & variantes type une femme inconsciente

    — Tension | Donne une leçon de courage face à son bourreau

    & variantes : est insolente face à son bourreau

    — Tension | Son fils, sa fille, sa femme, une proche est en danger, entre les mains des méchantes

Personnage > Interprétation

    — Éternuement forcé
    — Fait un clin d’œil de connivence lourdement appuyé

    Clin d’œil plutôt destiné au spectateur ou à la spectatrice...

    — Loose | S’évanouit exagérément
    — Lunettes | Enlève ses lunettes avant de parler

    Plus stylé, tu meurs ; sans compter que ça donne vachement de crédit à ce qu’on dit : si on enlève ses lunettes de soleil, c’est forcément qu’on va dire des trucs importants.

    — Se lancent des regards entendus, accompagnés de têtes inclinées

    & variante : tournent leur vers l’autre en même temps avec une mimique étonnée.


Personnage > Méchante

    — Mégalo | Mwahahahaha ! (rire théâtral)
    — Mégalo | Raccroche au nez des flics avant la fin de la conversation

    Et variantes

    — Mort | Mort particulièrement horrible du/de la méchante

Personnage secondaire

    — Foule en délire | Concert, spectacle, manifestation sportive
    — Meute compacte de journalistes

    ... qui encombre un couloir, ou le parvis d’une mairie, d’un tribunal...


Réalisation

     ? | Caméo
    — Course-poursuite | Gros plan du pied sur la pédale d’accélération ou de freins

    Insert toujours utile.

    — Explosion (souterraine) qui fait voler les plaques d’égout
    — Fin | C’est reparti pour un tour
    — Fin | Le film se termine sur un baiser
    — Fin | Tout est bien qui finit bien

    Une fin heureuse dans un monde de brutes.

    — Habillage | Placement de produits
    — Média | Point de situation par un reportage télé, radio ou presse écrite
    — Mise en scène | L’unique rayon lumineux de la scène éclaire les yeux du personnage

    La vie est bien foutue.

    — Ouverture ou fin | Voix off d’introduction ou de conclusion

    À l’adresse du spectateur. Direct. Sans vaseline ni repas aux chandelles.

    — Ouverture | Présentation écrite de l’univers, de la situation, du personnage, du contexte voire définition

    Le plus souvent dans une jolie police : lettres gothiques pour la fantasy, typo sobre et anguleuse pour la SF, etc.

    — Technique | Pluie artificielle artificielle

    & variantes : neige tombant en abondance au premier plan mais totalement absente de l’arrière-plan.

    — Tension | Le silence se fait quand un personnage entre dans une pièce

    Traduit le respect ou l’hostilité.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Il y a toujours | des pièges sur les chemins qui mènent au trésor

    Sinon c’est pas un vrai trésor, c’est juste du pognon...

    — Pouet-pouet | Décors

    Colonnes en polystyrène, rochers en mousse, porte blindée en carton, etc.

    — Pouet-pouet | Effet pyrotechnique hasardeux

    Souvent à base d’étincelles disgracieuses, sans aucun rapport avec la réalité.

    — Stylé | Valise pleine de billets

    & variantes...
    La valise c’est pour le grand banditisme qui s’assume, les enveloppes kraft pour les p’tits pots-de-vin

    — Tension | Compte à rebours
    — Tension | Jet de vapeur projetée par un tuyau qui fuit

    Le compagnon indispensable de toute usine désaffectée, sous-sol, base militaire, laboratoire, etc.


Réalisation > Audio

     ? | Bruit incongru d’objet
     ? | Dialogues en arrière-plan sonore

    Lors d’un rassemblement, on entend des voix plus distinctement que d’autres :
    ‒ « J’en ai pris plein la poire ! » ;
    ‒ « Laissez-le parler ! » ;
    ‒ « Il a raison ! » ;
    Etc.

    — Ambiance sonore | Haut-parleur d’hôpital qui appelle un docteur

    Faut bien rentabiliser l’équipement.

    — Bruit exagéré | Balles qui ricochent contre du métal

    Bruits encore plus exagérés quand les balles ricochent sur des murs en pierre, sur du sable, de la terre, du bois... ou encore de la neige !

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Bruit exagéré | Les épées, cannes, flèches, lances font woosh et cling !

    Woosh pour les coups donnés dans le vide (entraînements, démonstrations de rapidité) et cling dans les combats réels... Ah oui, et les armures font bong parfois.

    — Effet | Lasers qui font « piou-piou », touches d’ordinateurs qui font « pi-pou-pou » etc.
    — Habillage sonore | Il y a toujours des téléphones qui sonnent dans les scènes de commissariat

    Sans parler forcément d’effervescence, il y a toujours du boulot chez les flics.
    A noter que c’est souvent la même sonnerie plus ou moins vieille qui est utilisée.


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Accéléré (gag)

    Benny Hill, petit ange parti trop tôt...

    — Fait des grimaces (dans le dos) / répète une phrase sur un ton moqueur

    Pas d’accord, humiliée, le personnage attend que son/sa interlocuteurice ait le dos tourné pour lui faire des grimaces !
    & variante : personnage qui en imite un autre (dans son dos ou non) en reprenant ses phrases et en les prononçant comme un gamin
    Effet garanti sur nos zygomatiques.

    — Se cache (gag)

    Surtout ne pas se faire voir par sa fille qu’on espionne.


Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Cimetière

    Scènes prenant comme décor un cimetière, mais hors des scènes d’enterrement.

    — Conférence scientifique
    — Ruelle sombre avec de la vapeur qui sort des bouches d’égout

    Avec accessoirement des cartons vides sur les côtés, des poubelles, des échelles métalliques et tout le bordel.


Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Foule en colère
    — Sous-entendu sexuel

Scénario > Élément

    — Impérialisme, néo-colonialisme ou propagande | Les Anglaises, c’est vraiment les plus fortes
    — Interruption pirate des programmes

    Bouh les vilains terroristes.

    — Muscle | Entraînement aux arts martiaux en pleine nature
    — Pile poil | Camion qui écrase un objet qui vient d’atterrir en pleine rue
    — Tension | Les animaux ressentent et réagissent à la présence ou à l’approche d’un danger

    Super prédateur, cyclone, etc.

    — Titre du film énoncé dans le film
    — Une proche meurt sous ses yeux

    sa copine, son pote, son mari, son gnard...


Scénario > Ficelle scénaristique

    — L’univers est petit

    « Toi, ici ? »... Quand on tombe sur une vieille connaissance à l’autre bout de la galaxie

    — Le moteur redémarre juste avant que la menace atteigne sa cible

    Poursuivie par un tueur sanguinaire, l’héroïne ne parvient pas à faire démarrer sa camionnette ! Heureusement, le moteur redémarre pile-poil alors que le vilain pas beau n’est plus qu’à 1 m d’elle : ouf !

    — Style identique de l’enfance à l’âge adulte

    (lunettes, coupe de cheveux, vêtements)

    — Vieille légende, racontar, fait divers transmise à un moment ou à un autre...

    Et qui une fois sur deux fait écho à la situation que traversent les personnages.


Scénario > Situation

    — Détresse médicale | Passages aux urgences

    Un des personnages se blesse et file à l’hosto.

    — Passion | Moment d’intimité interrompu
    — Tension | Se cache sur le balcon ou la corniche de la façade de l’immeuble

    Pour échapper aux méchantes ou au mari de sa maîtresse, c’est le premier truc qui passe par l’esprit.

    — Tension | Suspendue dans le vide

Thème > GI Joe

    — Agissement | Rire de commando/de bande de voyous etc.

    Rire gras et collectif à l’évocation d’un passé commun/anecdote gênante/blague salace/humiliation/mission à venir

    — Agissement | Soldate injustement renvoyée de l’armée

    Pour avoir fait preuve de bravoure et sauvé des sœurs ou des frères d’armes. C’est vraiment pas juste. Saloperie de bureaucratie et de cols blancs tiens !

    — Ordonne | « Go, go, go ! »

    & variantes


Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Coiffure impeccable, en toutes circonstances
    — Carton-pâte | Coup de poing pouet-pouet

    Coup de poing qui passe à l’aise à 40 cm de la cible, mais qui touche quand même ; la magie du cinéma.

    — Carton-pâte | Élégamment propulsée par le souffle d’une explosion très proche

    Moment généralement filmé au ralenti

    — Carton-pâte | Le regard des personnages ne porte pas au-delà du champ de la caméra
    — Non-suspension d’incrédulité | Lycéennes incarnées par des acteurs ou actrices de plus de 25 ans

    & variantes du type étudiants joués par des trentenaires ou des quadras (et non c’est pas des auditeurs libres ou des gens qui ont choisi de se réorienter).


Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Prostituée

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Attitude, remarque et/ou stéréotype sexiste
    — Dépendante | Elles craquent toutes pour ce mâle alpha
    — Femme qui crie apeurée dans son coin tandis que les hommes se foutent sur la tronche
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Violence sexuelle | Syndrome de la femme secouée pour qu’elle reprenne ses esprits

    & variantes


Thème > Testostérone

    — Muscle | Séquence d’entraînement physique (parfois débile)

    Séance d’entraînement physique, avec ou sans musique, qui comprend du footing, de la boxe, des pompes, de l’attrapage d’animaux, etc. En général, on y voit la progression (spectaculaire) de la personne qui s’entraîne, qui clôt la séance en réussissant un exercice qui le/la tenait jusqu’alors en échec.

    — Truc de mecs | Retrouvailles tendues (entre 2 anciens amis) avant une franche accolade

    Et variantes. Les femmes badass aussi ont droit à leurs retrouvailles en mode couillu.


VO française ou doublage en VF

    — Expressions désuètes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)



Consulter les 56 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Héros ou héroïne

Personnage > Interprétation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?