Hard Rock Zombies

Il est de retour
Un groupe de rock, qui s'apprête à donner un concert, est hébergé par une étrange famille qui prépare l'avènement du quatrième Reich...
source synopsis et images : Patel/Shah Film Company The Cannon Group
Fiche créée le 4 janvier 2023 et mise à jour le 19 mai 2023
Je le reverrais avec plaisir
sur l'échelle de Slater
  5 regards incrédules :
  1. Adolf ;
  2. Adolf qui présente sa chambre à gaz perso... oh-là-là-là... ;
  3. Le petit monstre qui se mange lui-même ;
  4. La confection de pancartes têtes géantes parce que les zombies n’aiment et ne mangent pas de têtes ;
  5. Le final dans chambre à gaz... re-oh-là-là-là.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Ça commence gentiment. Bon, on a quand-même une image bien moche et une séquence d’ouverture qui fait lever un sourcil lorsqu’une blondinette se désape devant les types qui l’ont prise en stop pour aller piquer une tête dans un lac tandis qu’apparaît sur l’autre rive un photographe amateur flanqué de deux nains, l’un équipé d’un cache-œil, l’autre d’un maquillage qui préfigure les atrocités de The Garbage Pail Kids Movie... Mais voilà, après, on suit un groupe de pas si hard rock en tournée : séquence post concert top ouf avec des groupies et tout et tout ; voyage en van ; hostilité des réacs de la bourgade qui accueille leur nouveau concert (la drogue, le cul, Satan, toussa-toussa) ; passage joyeux sur fond de chanson hard gnangnan qui montre les membres du groupe faire n’imp’, rendant de jeunes (pour la plupart) gens heureux sur leur passage... et donnant aux représentants de l’autorité une furieuse envie de mâchonner des cure-dents. C’est à la fois drôle et pénible, péniblement drôle et drôlement pénible. Et surtout un peu longuet.
Au cours de cette longue première partie, on peut quand-même suivre le leader du groupe et héros du film travailler sur sa prochaine chanson, basée, apprend-il à sa bande de comparses moumoute, sur les paroles en latin récupérées dans un vieux livre du Moyen Âge sensées réveiller les morts. Et, incroyable, ça marche, le réalisateur nous le prouve très subtilement par l’entremise du moustique qui, bien qu’écrasé, harcèle encore et encore le chauffeur du van. Autant dire que ça resservira.
Car oui, le groupe se fait décimer (jeu très très très approximatif des acteurs quand leurs personnages luttent pour leur survie en prime) par la chouette petite familles de dégénérés (un amalgame de celles de the Munsters, pour le côté dépareillé et celles de Spider baby et Massacre à la tronçonneuse pour le côté tordu...) qui l’héberge, avant de revenir à la vie grâce à un enregistrement de la chanson.
Et, c’est entre le massacre et la résurrection que le film prend une tournure inattendue, au moment précis où le papy de la famille enlève son visage (!) pour dévoiler sa réelle identité : Adolf Hitler (!) ; la mamie loup-garou (!) se trouve être Eva Braun (!). Dès cet instant, le film démarre pour ne jamais vraiment s’arrêter sur une trame relativement simple : une contamination zombie. Mais une contamination zombie qui voit défiler : un planisphère avec des loupiotes qui clignotent disposées en forme de croix gammées (!) ; une chambre à gaz personnelle (!) présentée sur le ton de la comédie (!) ; un nain nazi zombie à cache-œil (!) qui fait du stop (!) après que sa victime aux jambes plus longues (!) lui ait échappé et qui finira par essayer, à califourchon sur son dos, de grignoter une vache encore vivante (!) (la victime susnommée bien décidée à poursuivre son idylle avec son petit ami réduit, après sa rencontre avec le nain, à une tête (!)) ; des villageois qui essaient d’échapper aux zombies en se camouflant derrière des pancartes de têtes de célébrités parce que, c’est bien connu, les zombies n’aiment pas les têtes (oui, oui) (!) ; le tout pendant que le second nain de la famille se mange lui même (!) en se saupoudrant de sucre morceau après morceau (!)... ce dernier délire ponctuant toute la dernière partie du film parce que pourquoi pas. Et tout ça jusqu’à un final délirant dans la chambre à gaz (!) précédemment évoquée où plane sans cesse l’ombre du caméraman.
À noter, dans ce fatras pour le moins jouissif, qu’un des personnages non encore contaminés se fait passer pour un zombie pour mieux sauver sa peau, 20 ans avant Shawn of the dead.
Les mauvaises langues diront que Krishna Shah est un piètre réalisateur, peut-être, mais rares sont ceux qui peuvent surprendre et tenir en haleine leurs spectateurs à ce point.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 28 ingrédients et les 9 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sens moral

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?