x

Hard Rock Zombies

Il est de retour
Un groupe de rock, qui s'apprête à donner un concert, est hébergé par une étrange famille qui prépare l'avènement du quatrième Reich...
source synopsis et images : Cannon Group Patel/Shah Film Company
Fiche créée le 4 janvier 2023 et mise à jour le 4 janvier 2023
| 5
  1. Adolf ;
  2. Adolf qui présente sa chambre à gaz perso... oh-là-là-là... ;
  3. Le petit monstre qui se mange lui-même ;
  4. La confection de pancartes têtes géantes parce que les zombies n’aiment et ne mangent pas de têtes ;
  5. Le final dans chambre à gaz... re-oh-là-là-là.

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Personnage > Agissement

     ? | Chute dans le vide en criant « Aaaaaah ! »

    À noter dès qu’un personnage tombe de haut en criant.

     ? | Répète une phrase 2 fois

    Voire 3 fois !

     ? | Se lancent des regards entendus, accompagnés de têtes inclinées

    & variante : tournent leur vers l’autre en même temps avec une mimique étonnée.

     ? | Signe de croix épileptique

    Face à un événement dangereux, une apparition menaçante, le personnage se signe de manière frénétique.

    — Bagarre | Assomme deux sous-fifres en frappant leur tête l’une contre l’autre

    Gag.

    — Bagarre | Fabrique des pièges artisanaux

    Des pieux surgissants d’un fourré, des cartouches coincées dans les marches d’un escalier, des bombes à base de four à micro-ondes, etc., l’inventivité des héroïnes et des héros est sans limite.

    — Bagarre | Brise nuque

    Une des signatures de Schwarzy.

    — Course-poursuite | Défonce un portail avec son véhicule

    ou une clôture, une grille, une grange, etc.

    — Oups ! | Prend de la drogue à son insu

    Drogue dans le sens « se défoncer ou planer », pas dans celui de « substance chimique/poison violent ».

    — Oups | Est désemparé·e, car il n’y a plus de...
    — Passion | Fait preuve de jalousie ou de rivalité féminine

    Bonus de 5 pts si une des femmes au cœur de cette rivalité croise les bras de frustration/colère/mécontentement.

    — Simule une pipe/branlette (gag/raillerie)

    & variantes genre simule un accouplement avec un pantin de bois pour faire marrer les copains...


Personnage > Caractéristique

     ? | Hanté·e par des souvenirs traumatisants
    — Cœur d’or | A l’air bourru, mais a un cœur gros comme ça
    — Vie personnelle | Famille ou boulot : priorise son boulot plutôt que sa famille

Personnage > Citation

    — Exprime du soulagement | « Hourra ! » de quartier général

    & variantes : « Hourra ! » de foule, etc.

    — Rassure | « Fais-moi confiance »
    — Rassure | "Il ne t’arrivera rien, je te le promets", « Ça va aller »

    & variantes : « Je te promets que tout va bien se passer », etc.


Personnage > Méchant·e

    — À l’épreuve | Sous-fifre qui se fait berner comme un·e bleu·e
    — Mort | Le chef des méchants (ou le traître) meurt toujours le dernier

    Autrement dit, tant qu’un de ses sous-fifres reste en jeu, il pourrait survivre à une décapitation.

    — Mort | Mort particulièrement horrible du/de la méchant·e
    — Profil | Capitaliste sans scrupule

    Avide de gains au mépris de tout sens moral.


Personnage secondaire

    — Comparse animalier

    & assimilé : fidèle destrier, chaton sauvage, dragon rigolard, extra-terrestre... Qu’il soit gourmand, lourdingue ou paresseux, c’est sa loyauté qui le caractérise avant tout.
    Petit bonus : s’il ne partage pas la même langue que le héros qu’il accompagne, tous les deux s’entendent quand même à la perfection.
    Personnage surtout présent dans les films pour la jeunesse.

    — Famille/groupe de rednecks difformes et/ou sadiques et/ou attardés et/ou cannibales

    La gingivite est la cause numero une de touuuuutes les caries

    — Flic d’aucun secours

    Soit parce qu’il est dans le coup, soit parce qu’il est incompétent, soit parce qu’il se fait buter direct comme une merde.
    Comprend aussi l’équipe d’intervention qui arrive bien après la bataille.

    — Groupie(s)
    — Meute compacte de journalistes

    ... qui encombre un couloir, ou le parvis d’une mairie, d’un tribunal...


Réalisation

    — Fin | Plan grue/hélico qui s’éloigne en montant

    Voire zoom arrière qui emmène le spectateur jusque dans l’espace.

    — Grammaire | Contre-plongée de maison angoissante

    Les maisons hantées sont toujours filmées en contre-plongée, question de standing.

    — Grammaire | Passage musical
    — Grammaire | Sauts de peur et hurleurs

    Autrement dit jumpscares et screamers : des effets aujourd’hui un peu trop faciles du cinéma de frissons.

    — Habillage | Incrustation de texte sur l’écran : lieu, date, heure, etc.

    ou « X mois/années plus tard/plus tôt »

    — Mise en scène | Faisceau d’une lampe-torche dirigée vers la caméra

    Marche aussi avec les faisceaux laser

    — Mise en scène | Moment wahouuuuu (émerveillement)

    Gros plan sur les visages, les yeux sont écarquillés, et les lèvres articulent un wahouuu (en détachant bien les deux syllabes). Ce dernier peut parfois être silencieux.

    — Plan | Inserts d’images de caméscope/smartphone/d’écrans de télé/vidéosurveillance

    Et certains en font des films entiers !

    — Prend des photos : vue depuis l’objectif + bruit de déclencheur + arrêt sur image

    De la filature aux séances de shooting

    — Souvenirs | Introduits avec un flash et un effet sonore

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Plans utilisés plusieurs fois
    — Vue subjective | d’un pare-choc de voiture

    Et des fois, on n’a même pas l’impression de vitesse...


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Arme | Improbable
    — Des poireaux dépassent du cabas
    — Labo | Bocaux qui contiennent des trucs glauques

    Oh, un fœtus tout déformé qui ressemble vaguement à un sénateur.

    — Pouet-pouet | Accessoire factice

    Des colonnades en carton, une épée en plastique, des rochers en polystyrène, etc.

    — Pouet-pouet | Effet pyrotechnique hasardeux

    Souvent à base d’étincelles disgracieuses, sans aucun rapport avec la réalité.


Réalisation > Audio

     ? | Bruit incongru d’objet
    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Effet | Cri de Wilhelm

Réalisation > Surprise !

    — Découvre avec horreur | Une tête coupée

    Ou un cadavre gonflé d’avoir séjourné dans l’eau trop longtemps.

    — Faux suspense | Ouf c’est juste un ami qui fait une blague !

    Souvent un garçon (peut-être le benêt, le bon copain-confident-séducteur ou l’alphamâle...) qui fait peur à une fille (soit la final girl, soit l’espèce de petite délurée qui va crever salement dans 5 minutes)...

    — Faux suspense | Ouf, c’est juste un·e proche qui passe par là
    — Faux suspense | Surpris·e par un animal

    Genre un chat ou un piaf qui vole bas


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Calembour
    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — Essaye en vain de dire un truc super important

    Par un personnage secondaire effacé qui ne choisit pas le bon moment ni la bonne méthode et n’ose pas dire l’info cruciale en sa possession.

    — Fait des grimaces (dans le dos) / répète une phrase sur un ton moqueur

    Pas d’accord, humilié·e, le personnage attend que son/sa interlocuteurice ait le dos tourné pour lui faire des grimaces !
    & variante : personnage qui en imite un autre (dans son dos ou non) en reprenant ses phrases et en les prononçant comme un gamin
    Effet garanti sur nos zygomatiques.

    — Neutralise/évite sans s’en rendre compte l’agresseur qui s’approche de lui en tapinois
    — Référence au nazisme ou à Hitler (gag)

Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Début d’orage au moment opportun

    L’orage commence pile quand la tension dramatique s’exacerbe.


Scénario > Dialogue

    — Foule en délire

    Applaudissements nourris après une action héroïque, la résolution positive d’un événement dramatique, etc.

    — Phrase-choc
    — Référence à la Bible, ou à la religion chrétienne

    Pour se constituer des noms de code, des mots de passe ou semer autres indices.
    Pour étayer une argumentation.
    Pour impressionner son auditoire.
    Etc.


Scénario > Élément

    — Énigme pour maternelle grande section

    En 3 lettres, qui commence par L et se termine par T : « On aime y dormir ».

    — Personnage possédé, personnage hypnotisé, personnage vaaampiriséééé

    Généralement par un artefact antique, alien...

    — Scène de douche

    Avec tout ce qu’on peut en attendre formellement : plan d’ensemble depuis l’extérieur de la cabine ou baignoire, plan rapproché de profil du personnage qui redresse légèrement la tête dans un soupir de soulagement tandis que le jet d’eau lui frappe le torse, plan de face le montrant incliner sa tête d’un côté et de l’autre les yeux fermés...
    Suivant le contexte peut être filmé par le prisme Vue subjective.
    Moment de calme qui peut être interrompu.

    — Toast

    Du simple « à machin » au grand format précédé d’un cling-cling-cling émis par le bord d’un verre frappé par un couvert.


Scénario > Ficelle scénaristique

    — La chatte à Maurice (ou anti-chatte à Mireille)

    Moins de chance que ça, c’est au moins une malédiction égyptienne sur 7 générations.

    — La chatte à Mireille

    À ce niveau-là, est-ce encore de la chance ? Plutôt une intervention divine.

    — Plus de réseau téléphonique
    — Tension | Course contre la montre

    Il est temps de faire crisser ses pneus sur le sable, de taper sur le volant dans les bouchons et de zigzaguer entre des voitures.


Scénario > Situation

    — Agissement | Se recueille sur une tombe

    Là, c’est le moment émouvant où on est censé·e comprendre pas mal de trucs sur la psychologie des personnages.

    — Bagarre | Duel de fortes personnalités

    Y compris au sein du même camp

    — Passion | Moment d’intimité interrompu

Thème > N’importe quoi

    — Accessoire | Garde son caleçon ou sa culotte pour baiser

    C’est toujours plus pratique qu’une capote (et ça coûte moins cher).

    — Carton-pâte | Les gens ne savent pas jouer aux jeux vidéo dans les films
    — Trop con·ne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Accents étrangers caricaturaux

Thème > Sens moral

    — Délire autour de la virginité

    Victime de choix pour un maniaque, symbole de pureté -et victime de choix- dans un rituel lambda, etc. etc.


Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Attitude et/ou stéréotype sexiste
    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Objectification sexuelle | Travelling pied/tête sur une femme
    — Stéréotype sexiste | Heureusement que les femmes ont les pieds sur terre

    & variantes : ont un vrai sens moral, etc.

    — Violence sexuelle | Retient/tire une femme par le bras, contre son gré

    & variantes.


Thème > Testostérone

     ? | Fallait pas la/le faire chier
     ? | Pulsion sexuelle masculine
     ? | Méthodes musclées
    — Brutasse | Violence policière
    — Truc de mecs | Amitié virile

    fraternité de bataillon, etc.



Voir les 28 ingrédients officiellement repérés par l'équipe

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Élément

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sens moral

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses gentilles à dire sur ce film

Ça commence gentiment. Bon, on a quand-même une image bien moche et une séquence d’ouverture qui fait lever un sourcil lorsqu’une blondinette se désape devant les types qui l’ont prise en stop pour aller piquer une tête dans un lac tandis qu’apparaît sur l’autre rive un photographe amateur flanqué de deux nains, l’un équipé d’un cache-œil, l’autre d’un maquillage qui préfigure les atrocités de The Garbage Pail Kids Movie... Mais voilà, après, on suit un groupe de pas si hard rock en tournée : séquence post concert top ouf avec des groupies et tout et tout ; voyage en van ; hostilité des réacs de la bourgade qui accueille leur nouveau concert (la drogue, le cul, Satan, toussa-toussa) ; passage joyeux sur fond de chanson hard gnangnan qui montre les membres du groupe faire n’imp’, rendant de jeunes (pour la plupart) gens heureux sur leur passage... et donnant aux représentants de l’autorité une furieuse envie de mâchonner des cure-dents. C’est à la fois drôle et pénible, péniblement drôle et drôlement pénible. Et surtout un peu longuet.
Au cours de cette longue première partie, on peut quand-même suivre le leader du groupe et héros du film travailler sur sa prochaine chanson, basée, apprend-il à sa bande de comparses moumoute, sur les paroles en latin récupérées dans un vieux livre du Moyen Âge sensées réveiller les morts. Et, incroyable, ça marche, le réalisateur nous le prouve très subtilement par l’entremise du moustique qui, bien qu’écrasé, harcèle encore et encore le chauffeur du van. Autant dire que ça resservira.
Car oui, le groupe se fait décimer (jeu très très très approximatif des acteurs quand leurs personnages luttent pour leur survie en prime) par la chouette petite familles de dégénérés (un amalgame de celles de the Munsters, pour le côté dépareillé et celles de Spider baby et Massacre à la tronçonneuse pour le côté tordu...) qui l’héberge, avant de revenir à la vie grâce à un enregistrement de la chanson.
Et, c’est entre le massacre et la résurrection que le film prend une tournure inattendue, au moment précis où le papy de la famille enlève son visage (!) pour dévoiler sa réelle identité : Adolf Hitler (!) ; la mamie loup-garou (!) se trouve être Eva Braun (!). Dès cet instant, le film démarre pour ne jamais vraiment s’arrêter sur une trame relativement simple : une contamination zombie. Mais une contamination zombie qui voit défiler : un planisphère avec des loupiotes qui clignotent disposées en forme de croix gammées (!) ; une chambre à gaz personnelle (!) présentée sur le ton de la comédie (!) ; un nain nazi zombie à cache-œil (!) qui fait du stop (!) après que sa victime aux jambes plus longues (!) lui ait échappé et qui finira par essayer, à califourchon sur son dos, de grignoter une vache encore vivante (!) (la victime susnommée bien décidée à poursuivre son idylle avec son petit ami réduit, après sa rencontre avec le nain, à une tête (!)) ; des villageois qui essaient d’échapper aux zombies en se camouflant derrière des pancartes de têtes de célébrités parce que, c’est bien connu, les zombies n’aiment pas les têtes (oui, oui) (!) ; le tout pendant que le second nain de la famille se mange lui même (!) en se saupoudrant de sucre morceau après morceau (!)... ce dernier délire ponctuant toute la dernière partie du film parce que pourquoi pas. Et tout ça jusqu’à un final délirant dans la chambre à gaz (!) précédemment évoquée où plane sans cesse l’ombre du caméraman.
À noter, dans ce fatras pour le moins jouissif, qu’un des personnages non encore contaminés se fait passer pour un zombie pour mieux sauver sa peau, 20 ans avant Shawn of the dead.
Les mauvaises langues diront que Krishna Shah est un piètre réalisateur, peut-être, mais rares sont ceux qui peuvent surprendre et tenir en haleine leurs spectateurs à ce point.






Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?