Embraye bidasse... ça fume

Tiens, voilà du bourrin, voilà du bourrin, rintintintinrintintintin
En permission pour dix jours, Christian Amouroux rejoint deux de ses copains, Bobby et Aurélien. A nous la liberté ! Et chacun y va de son type de filles, abordant celle qui y correspond le mieux. Ainsi séparés le temps de la drague, les trois jeunes gens se retrouvent, à leur grande surprise, dans un hameau occupé par une dizaine de filles. Les trois petites amies du moment n'hésitent pas, elles non plus, à profiter de l'aubaine pour faire travailler les trois garçons finalement tombés dans le piège. Et voilà les dragueurs déguisés en maçons.
source synopsis et images : Les Films du Griffon
Fiche créée le 16 janvier 2023 et mise à jour le 30 août 2023
À regarder uniquement entre amies
sur l'échelle de Slater
  2 regards incrédules :
  1. La pulvérisation du quatrième mur en ouverture.
  2. La disparition d’un soldat dans des toilettes.

Des choses gentilles à dire sur ce film

Un film dont le titre contient le mot bidasse, ça ne peut être que bien. Confirmation rapide, après un enchaînement de gags dont un instructeur braillard (Michel Vocoret) fait les frais, Max Pécas décide subtilement d’exploser le quatrième mur. À l’éructation « Qui a fait ça !!? » de l’adjudant, en rage après un énième gag, vient répondre un contre-champ de l’équipe technique au centre de laquelle trône le réalisateur, dont le nom apparaît sur l’écran en grosses lettres rouges ainsi qu’un « c’est lui » lâché à l’unisson.
Pour le reste, Max Pécas déroule tout ce qu’on attend d’un film français des années 1970 avec le mot bidasse dans le titre et tout ce qu’on attend de Max Pécas : ridiculisation d’une figure d’autorité beuglante tellement facile et irritante - à base d’explosions, de cocufication et d’interventions de supérieurs - qu’on en viendrait à vouer un culte à Charles Pasqua et inventer une machine à voyager dans le temps pour empêcher Mai 68 ; des perm’ ; des héros faussement rebelles, dont un en perm’, qui sifflent les nénettes depuis les terrasses de café... et qui feraient n’importe quoi pour pêcho y compris, rires garantis, s’investir sur un chantier alors que c’est des gros branleurs ; sans oublier une partie travestissement à la Bugs Bunny, une valeur sûre, et des sessions reluquage extrêmes...
Bref, Max Pécas ne recule devant aucun gag facile. Absolument aucun. Et quelque part, ça fait plaisir.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 30 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Interprétation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !





« 

« Vous dètruisez notre douche, vous gâchez le paysage et vous nous empêchez de dormir ! » Pauvre Michel Vocoret (avec le même timbre de voix que Gèrard Depardieu) en adjudant dèpassè par les èvènements ! Sur un thème archi-usè (trois bidasses en permission), dans une mise en scène très nanardesque (Max Pècas), s’affrontent quelques acteurs prêt à tout pour payer leur loyer, entre St-Brouillac et St-Marcillac, dans une Provence de carte postale ! Ils sont trois : Cri-Cri, Bobby et Aurèlien ! Trois potes en permission qui vont faire la connaissance de huit jolies filles qui ont achetè un village entier et abandonnè ! Leur mission ? Le retaper avec - on s’en doute - une petite compensation pour les travaux finis [...] Sans surprise et très portèe sur l’astrologie, la drague et les manoeuvres, voici une comèdie routinière de Max Pècas mais sans seins et sans foufounes ! L’exploit mèrite d’être saluè ! Les gags sont super poussifs (le travestissement des bidasses, l’èvasion par les W.C...) mais on peut trouver ça drôle au second degrè ! A part ça, la musique est sympa, les filles sont belles (mention à la jolie rouquine) et les vèhicules militaires proviennent de la collection de Jean-Charles Maratier ! Et maintenant, je dèclare la douche ouverte...

 »




« Palme d'or du titre le plus tartouille ! Max Pécas est au nanar ce que Bergman est au chef-d'oeuvre : une référence. Avec ce film, c'est un peu comme si l'on accédait à la quintessence de son art. C'est du nanar 5 étoiles. Made in France. Ah... l'univers des bidasses... Son humour gracieux, ses histoires d'amour subtiles et propices à une fine analyse des sentiments... Les acteurs du film sont délicieusement mauvais ; les dialogues ont dû être écrits par le gardien du camping local (je n'ai rien contre les gardiens de campings) ; le scénario n'a ni queue (quoique...) ni tête. Mais il est libre Max... Cela dit, il y a toujours un travelling ou un plan correct, de temps en temps, pour nous rappeler que c'est encore du cinéma.  »


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?