Saga Don Camillo

Don Camillo et les contestataires

Dies Hilare
Alors que Peppone est attaqué par l'aile maoïste de son parti, Don Camillo est dérangé par un farouche jeune défenseur de l'Église moderne. Le fils de Peppone, désœuvré, doit faire face à ses problèmes d'adolescent et va se confier à l'ennemi héréditaire de son père. Cat, délinquante en garde chez Don Camillo, fait tourner par ses tenues assez osées les tètes les plus sages du village. Tous ces petits ennuis ne sont pas au goût de Peppone qui risque, avec ces incidents, de rater sa réélection. C'est Don Camillo qui partira dans le pays à la recherche des voix qui risquent de manquer à son vieux complice. Comme quoi les voies du Seigneur sont effectivement impénétrables.
Titre original (ou alternatif) : Don Camillo e i giovani d’oggi
source synopsis et images : Francoriz Production Rizzoli Film
Fiche créée le 13 décembre 2022 et mise à jour le 30 août 2023


  1 regard incrédule :
  • Vindiou, cette VF !

Des choses gentilles à dire sur ce film

Les temps changent, Camillo et Peppone aussi... même s’ils n’ont pas forcément mûri et qu’ils se heurtent chacun de leur côté à une époque qui les rattrape
Don Camillo et les contestataires, dans l’ensemble, c’est tout à fait correct. Enfin, correct... c’est-à-dire que c’est pas le gros truc qui tâche, quoi...
Il y a peu d’enjeux, des passages particulièrement tartes et mous mais aussi quelques bons moments, des bouts de dialogues assez sympas pour peu qu’on soit bon public, et des passages plutôt intéressants. Parmi ceux-ci, une scène au cours de laquelle tous les villageois font front commun pour protéger le crucifix de l’église, leur seule richesse, de l’administration et au cours de laquelle se pose la question de la valeur qu’on donne au patrimoine, des tranches de vie et des tranches d’histoires que peut gommer sa restauration ; on découvre en effet que le crucifix rafistolé par Don Camillo avait été dégradé par un obus, en pleine messe au cours de la guerre... anecdotique, certes, la scène apporte néanmoins quelque chose d’authentique et d’humain au film.
Bon et puis il y a même une catastrophe naturelle et un plan maquette à la fin.
Voilà, un film correct sans être, en soi, inoubliable... En soi parce que le film a bénéficié d’un doublage français assez marquant, lui, par contre. Rien à dire sur la performance du très reconnaissable Francis Lax (Don Camillo) quoiqu’il force beaucoup le côté chantant au point de l’oublier parfois... par contre les personnages secondaires, c’est un festival. Le mot d’ordre semblait être de faire méridional++, de faire plus que de rendre hommage à Fernandel, de le renvoyer carrément au vestiaire. Résultat, on a toute la gamme depuis ceux qui annonent plus qu’ils ne jouent de peur de switcher d’accent par mégarde, à ceux qui, justement, en arrivent à fusionner caricatures d’accent japonais et corse... sans parler de ceux dont comédien n’est pas le métier ou qui n’en ont absolument rien à foutre.
Une petite curiosité en somme.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !






Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?