Christmas bloody christmas

Horreur verveine
C'est la veille de Noël. La propriétaire d'un magasin de disques, Tori Tooms, souhaite faire la fête, jusqu'à ce que le Père Noël robotisé d'un magasin de jouets voisin se dérègle et rende sa nuit plus que compliquée que prévu. En effet, ce " Père Noël " se lance dans une folie meurtrière...
source synopsis et images : Channel 83 Films
Fiche créée le 2 janvier 2023 et mise à jour le 18 mai 2023

Ce film fait partie du pack de soirée suivant :


Des choses pas très gentilles à dire sur ce film

Bon, on prend Terminator, on évacue toutes les questions temporelles, tous les enjeux, toute la profondeur et on ne garde que le robot (un robot qui en prend plein la tronche sans moufter, qui morfle mais qui se relève... et se relève encore, et encore, et encore... avec des épaisseurs de vêtement et de revêtement en moins) et accessoirement la scène de commissariat (de loin). Bref Christmas bloody christmas est un film de robot tueur un peu con con (ok, le robot initialement créé à des fins militaires pète un câble et tue tout ce qui bouge mais pourquoi va-t-il traquer une personne en particulier), un peu long (avec un final qui n’en finit pas de finir) mais pire, sacrément mou (visiblement 90 % de la population de ce patelin a très bien dormi cette nuit-là)...
Joe Begos joue les Grinch et affiche la volonté de faire un film de Noël méchant mais ne propose au final qu’un film assez timoré, sans trop de gore ni de moments un peu tendus (à mille lieues de ce qu’il avait réussi à faire dans le très sympatoche VFW). Il y a un gros décalage entre des intentions louables et le rendu final très sobre... un peu à l’image de ces personnages libres de leur cul qui parlent de leur vie sexuelle sans complexe, se tournent goulûment autour, et finissent immanquablement par conclure... l’une en gardant sa lingerie, l’autre son pantalon, mais dont les dialogues tiennent absolument à maintenir l’illusion d’un moment sacrément torride ouh là là.
Niveau dialogues, il y a quelques échanges sympas mais qui, faits davantage pour nouer une connivence avec le spectateur que pour caractériser les personnages, finissent par apparaître très artificiels... Ça reste moins pénible toutefois que Riley Dandy qui sur la deuxième moitié du film joue tout en hurlements en « Fuck you » et « No » à répétition...

Après n’exagérons rien, on a quand même un film très regardable, avec une ambiance plutôt réussie, une certaine forme de sincérité et Abraham Benrubi en robot Père-Noël tueur.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 22 ingrédients et les 5 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Surprise !

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Élément

Scénario > Situation

Thème > N’importe quoi

Thème > Sens moral


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?