Ça chauffe au lycée Ridgemont

Major Penn
Basé sur les chroniques écrites par Cameron Crowe, le film suit l'histoire d'un groupe de jeunes étudiants dans le sud de la Californie.

Titre original (ou alternatif) : Fast Times at Ridgemont High
source synopsis et images : Refugee Films Universal Pictures
Fiche créée le 25 mars 2024 et mise à jour le 25 mars 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

Ce qui revient le plus souvent quand on aborde Fast Times at Ridgemont High, c’est oh là làààà Phoebe Cates et ooooh là là Sean Penn. Et en gros ouais, c’est à peu près ça : Phoebe Cates dans ce film me renverra jusqu’à la fin de ma vie à la puberté et le mystère Sean Penn continuera de me hanter comme Rennes-le-Château a fasciné Jimmy Guieu. Mais Fast Times at Ridgemont High c’est plein d’autres petites choses... À commencer par la petite anecdote selon laquelle Cameron Crowe se serait, en plus de sa propre vie de lycée, appuyé sur une session de journalisme d’investigation au cours de laquelle il serait retourné au lycée pour écrire le roman dont est tiré le film réalisé par Amy Heckerling.
Le charme de Fast Times at Ridgemont High réside ensuite dans son côté années 1980 pur jus aussi bien dans son côté réel que, bizarrement, dans son côté fantasmé capté par le film avec notamment la question de l’émancipation et de l’indépendance par les p’tits boulots... et la mise en valeur de centres commerciaux d’Épinal ou de chaînes de fast-food dans lesquels travaillent une bonne partie des personnages (les autres y glandent). C’est anecdotique mais ça imprègne tout le film.
Ce que va cristalliser aussi Fast Times at Ridgemont High c’est une espèce d’insouciance, pas tant en terme de thématique narrative ou de psychologie de personnages même si c’est bien présent, que de traitement cinématographique même, témoin aussi des mœurs d’une autre époque... avec ce que ça a de bien et de moins bien. C’est très marqué dans la question de l’avortement, traitée de manière à la fois brutale et nonchalante, froide et pourtant assez juste... ce qui aurait, à partir de la décennie suivante, constitué un enjeu dramatique majeur et aurait, surtout, été traité de manière paradoxalement plus rétrograde avec, le plus souvent, une victoire de la bonne morale est ici abordé avec détachement, dans ce que ça a de plus commun. Ce qui ne passerait plus du tout non plus, c’est la première fois de Stacy (Jennifer Jason Leigh), mineure, avec un étudiant 10 ans plus âgé sur le banc de l’équipe de baseball ou elle fixe un « surf nazi » inscrit sur un mur. La scène est tout aussi glauque (avec le recul) qu’empreinte d’une légèreté qui serait considérée à présent comme complètement inappropriée... d’autant qu’elle n’a absolument aucun impact sur la suite de la vie du personnage.
Tout ça, plus même que les blagues autour des albums de Led Zeppelin ou des filles qui se prennent pour Pat Benatar (même si ces gags sont particulièrement savoureux), enrobe Fast Times at Ridgemont High d’une aura de comédie régressive assez intéressante.
Et puis, bien sûr, ça fait partie de ces films de l’époque qui révélaient les acteurs par grappes. Au-delà de Sean Penn et Phoebe Cates et Jennifer Jason Leigh, donc, on retrouve Judge Reinhold qui lave sa buick, Forest Whitaker en quaterback ronchon et fan des Earth wind and fire, Anthony Edwards et Eric Stolz en potes de défonce fugaces, ou bien Nic -encore Coppola à l’époque- Cage qu’on aperçoit furtivement coller un papier « I’m a homo » sur le dos d’un élève mais aussi retourner des burgers... auxquels s’ajoute le déjà confirmé Vincent Schiavelli, en prof de sciences délirant.
Un teen movie plutôt chouette en somme.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 25 ingrédients de ce film

Bonus

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Personnage secondaire

Réalisation

Réalisation > Audio

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Contexte spatio-temporel

Thème > N’importe quoi

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

Thème > Testostérone

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?