x

Boxing Helena

Sherylin la chenille
Enfant, Nick Cavanaugh, n'a jamais été qu'un poids pour sa mère, une jeune femme séduisante que sa maternité encombrait. Depuis, Nick Cavanaugh est devenu un médecin doué, à la carrière prometteuse. Pour son malheur, cependant, il nourrit un amour obsessionnel pour Helena, une personnalité charmeuse et sadique. Un coup du destin va lui permettre de libérer ses fantasmes.
source synopsis et images : Mainline Pictures
Fiche créée le 8 décembre 2022 et mise à jour le 12 décembre 2022

Jouez ce film au bingo avec les propositions d'ingrédients suivantes

(Cette liste d'ingrédients est renouvelée automatiquement tous les 2 mois)

Bonus

    — Le monde est peuplé d’Emily et de Sam

    LES prénoms le plus répandus sur terre.


Personnage > Agissement

     ? | Fait un clin d’œil de connivence lourdement appuyé

    Clin d’œil plutôt destiné au spectateur ou à la spectatrice...

     ? | Pique une crise de nerf

    (patron·ne, méchant·es, héroïne ou héros, etc.)

    — Contre-intuitif | Agit de manière ordinaire dans une situation extraordinaire

    Exemple : pris sous un déluge de feu et d’acier, le personnage planqué derrière un baril sort son paquet de clopes et s’en grille une tranquilou.

    — Course-poursuite | Défonce un portail avec son véhicule

    ou une clôture, une grille, une grange, etc.

    — Fuite | Bouscule des passants

    Y’a toujours des cons pour être en plein dans la course des protagonistes, aussi. Faut comprendre, merde.

    — Interprétation | Parle la bouche pleine

    .é .ui, .é .uper .rôl’ d’ fér. ça.

    — Jogging dans un quartier résidentiel

    De jour ou de nuit.

    — Montre un truc du doigt

    Souvent un repère géographique lors d’un périple à pied, ou un·e fugitif·ve, etc.

    — Mort | Meurt en gesticulant comme un pantin désarticulé

    Syndrome physiologique bien connu appelé « On-m’a-demandé-de-bien-montrer-que-j’ai-été-touché-et-que-je-vais-mourir »

    — Se regarde dans un miroir | Maquillage, nœud de cravate, etc.

    Et par extension, tous les usages quotidiens rendus possibles par un miroir.

    — Souvenirs | Regarde (avec tristesse/nostalgie) une photo de sa femme/son mari/sa fille/son fils

    & variantes : une vidéo de famille.

    — Stylé | Bois cul sec et repose son verre avec fracas

    Sluuurp aaaaaaaaaah !

    — Stylé | S’installe en voiture en passant par une vitre ouverte

    Visiblement ça se faisait encore dans les années 2000... dans les films.


Personnage > Caractéristique

    — Secret | Ne lui a pas encore dit qu’elle était enceinte
    — Traître (coup de théâtre)

    & autres taupes : meilleur pote, responsable dévoué·e à la solde des méchant·es (depuis le début ou pas)

    — Vie personnelle | Problèmes familiaux/de couple

Personnage > Citation

    — Demande | « Scalpel »

    Phrase nominale numéro un des blocs opératoires.

    — Insulte | « Vous me faites vomir ! »

    & variantes : faites gerber, dégouttez...

    — Ordonne | « Bouclez le périmètre ! »
    — Prévient | « Fais pas le con ! »
    — Se justifie | « Laisse moi t’expliquer ! » / « C’est pas ce que tu crois ! » / « Tu dois me croire, je t’expliquerai »

Personnage > Héros ou héroïne

    — Caractère | Préfère travailler seul·e

Personnage > Méchant·e

    — Mort | Stupide

    Quand il ne connaît pas une fin dégueulasse, le sbire meurt de manière ridicule... Et parfois il fait les deux.


Personnage secondaire

    — Meute compacte de journalistes

    ... qui encombre un couloir, ou le parvis d’une mairie, d’un tribunal...

    — Petit·e génie de l’informatique qui réalise une opération complexe en appuyant sur deux touches

Réalisation

    — Fin | Image figée

    La dernière image du film, souvent une image de joie ou de victoire, est gelée, soit pour quelques secondes, soit pour tout le générique de fin.

    — Fin | Ouverte

    (on voit le héros dans la foule/c’est une autre histoire/point d’interrogation)

    — Grammaire | Ralentis injustifiés et insupportables

    Ralenti = oh là là, attention, il se passe quelque chose de dramatique !

    — Plan | Réutilisation, dans les suites, de plans et de scènes du ou des volet(s) précédent(s)

    Réutilisation plus ou moins adroite.

    — Souvenirs | Introduits avec un flash et un effet sonore

    Le plus souvent avec un Wooosh et un fondu au blanc.

    — Technique | Prises de vues multiples pour une même scène

    Exemple : une explosion ou un méga pain montrés sous tous les angles possibles avec à chaque fois un léger retour en arrière si bien qu’on a l’impression d’assister à quatre explosions ou quatre tartes au lieu d’une seule

    — Vue subjective | de menace

    Agresseur, tueur, créature, monstre... Respiration rauque en option.


Réalisation > Accessoire et compagnie

    — Ambiance | Machine à fumée sur-exploitée
    — Pouet-pouet | Fausse blessure

    Beaucoup de sang, mais pas de plaie. Ou à l’inverse, une plaie qui ne saigne pas.

    — Pouet-pouet | Photomontage grossier

    Même mon petit neveu fait mieux (et il n’est pas très doué).


Réalisation > Audio

    — Ambiance sonore | Haut-parleur d’hôpital qui appelle un docteur

    Faut bien rentabiliser l’équipement.

    — Bruit exagéré | Accessoire

    Un fouet qui claque beaucoup trop, etc.

    — Bruit exagéré | Coups donnés lors d’un combat au corps-à-corps
    — Bruit exagéré | Flingues chargés et chiens armés

    Cric-cric.

    — Bruit générique | Porte de cellule de prison
    — Musique | Classique
    — Woosh | mouvement / acrobaties

    Woosh généré par un simple mouvement ou une série d’acrobaties du type : triple salto arrière = woosh ; saut de l’ange = woosh ; enchaînement roulade, saut extension, planche et chandelle = woosh, woosh, woosh et woosh


Réalisation > Surprise !

    — Bagarre | Donne le coup fatal à l’arme blanche... mais en fait non : tranche ses liens pour la/le libérer !

    Oh, c’est bien foutu quand même !


Scénario > Blague, gag et quiproquo

    — Bite, chatte, cul (gag)
    — Comique de répétition
    — Coup dans les couilles (gag)

    Là, on s’amuse. Là, c’est de la vraie rigolade.

    — Est éclaboussé·e par un fluide

    Ou plus généralement recouvert·e.

    — Pipi, caca, prout

    et rots, pets, etc.

    — Quiproquo de situation

    A voir pour une meilleure appellation. Pour un exemple précis : dans the stupids, les enfants laissent un mot sur la table pour expliquer qu’ils partent a la recherche de leur père, probablement kidnappé, et qu’ils vont voir la police. La mère comprend que la police a kidnappé ses enfants.
    Peu après un flic appelle pour lui dire que ses enfants sont avec lui.


Scénario > Contexte spatio-temporel

    — Boîte de nuit

    Des lasers, de la musique techno, des basses, des jeunes qui lèvent les bras en l’air et le patron qui les regarde depuis l’étage qui surplombe la piste de danse.

    — Cérémonie d’enterrement / de funérailles (-> corriger les films : cimetière)
    — Cliché touristique

Scénario > Dialogue

    — À voix haute | Se parle
    — Ironise | « Arrêtez, vous allez me faire pleurer »
    — Philosophie/psychologie de comptoir

    Quand on a la chance de recevoir une leçon de vie comme celle-là, on en profite, parce qu’elle va nous changer à tout jamais.


Scénario > Élément

    — Face à face de négociation

    Les yeux dans les yeux, le vent opportun, les woosh, les ralentis, les appels de phares tout ça tout ça

    — Reconstitue son ancienne équipe

    Appelle ou va voir un·e à un·e ses ancien·nes comparses pour les convaincre de faire un dernier coup.

    — Référence grossière à la culture populaire
    — Titre du film énoncé dans le film

Scénario > Ficelle scénaristique

    — C’était juste un rêve...
    — Cauchemar | Se réveille en hurlant/en sueur/en sursaut
    — Deus ex-machina
    — Ni vu ni connu |Les héros assomment les retardataires d’un bataillon et enfilent leurs vêtements

    & Variantes

    — Retour d’un personnage qu’on croyait mort

Scénario > Situation

    — Agissement | Conversation privée entendue à l’insu des personnes qui parlent

    & variantes : les micros sont restés ouverts, conversation de toilettes de lieux publics, etc.

    — Détresse médicale | Passages aux urgences

    Un des personnages se blesse et file à l’hosto.


Thème > GI Joe

    — Ordonne | « Go, go, go ! »

    & variantes


Thème > N’importe quoi

    — Non-suspension d’incrédulité | Distorsion spatio-temporelle

    Grave problème de cohérence au niveau du temps qui passe soit trop vite, soit trop lentement ; ou au niveau de l’espace, quand la scène se déplace hyper vite à l’autre bout du monde

    — Scientifiquement non prouvé | Séchage ultra-rapide de personnes trempées
    — Trop con·ne | Ces gens font des trucs complètement con

Thème > Rejets, moqueries ou discriminations

    — Prostitué·e

Thème > Sens moral

    — Délire autour de la virginité

    Victime de choix pour un maniaque, symbole de pureté -et victime de choix- dans un rituel lambda, etc. etc.


Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

    — Image dégradante | Femme casse-couilles
    — Image dégradante | Femme qui crie beaucoup pour pas grand-chose (« hystérie »)

    & variantes genre pète beaucoup de vaisselle (eh ouais)

    — Objectification sexuelle | Nichons, fesses
    — Objectification sexuelle | Reluque une femme
    — Objectification sexuelle | Tenues légères
    — Violence sexuelle | Attrape le menton d’une femme

    ou met sa main derrière la nuque d’une femme dans un moment d’intimité, ou donne une petite tape affective du poing sur le menton d’une femme.


Thème > Testostérone

    — Brutasse | Violence policière
    — Truc de mecs | Donne une leçon de virilité

    Explique par A + B ou donne des conseils pour comment être un vrai mec.



Voir les 21 ingrédients officiellement repérés par l'équipe

Bonus

Personnage > Agissement

Personnage > Citation

Réalisation

Réalisation > Audio

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Dialogue

Scénario > Ficelle scénaristique

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes

??? Vous avez repéré un ingrédient manquant ???

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Cochez les ingrédients oubliés et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !


Des choses gentilles à dire sur ce film

Clairement, Boxing Helena, c’est pas très très bon. Il y avait de l’idée pourtant, beaucoup même : un côté conte cruel, une réflexion autour de l’amour, dans ce qu’il peut avoir de plus déviant, la relation au corps, des statuts dominant/dominés brouillés... Niveau réalisation, c’est plus compliqué. Les moments vaporeux sensés accentuer peut-être l’ambiance onirique et malsaine du récit tiennent du téléfilm diffusé sur M6 l’après-midi, les moments sensuels, du téléfilm diffusé sur M6 la nuit. Ça fait que, malgré un certain potentiel, objectivement, Boxing Helena, c’est pas très très bon...
Après, c’est aussi ce qui fait son charme : voir Nick Cavanaugh (Julian Sands), meurtri, fuir au ralenti la tête assaillie de visions érotico tartes de Helena (Sherilyn Fenn) s’envoyer en l’air avec Ray (Bill Paxton) et a priori un ventilateur situé hors champ ; voir Nick assister impuissant à l’accident d’Hélena ; ou encore Ray piteusement caché derrière un buisson ; ça n’a pas de prix. Si vous ajoutez à cela une VF aux oignons et une bande originale dans son jus, eh bien l’amateur de cinéma déviant, il devient fou.


«

Thématique originale que celle du boxing et de la femme tronc qui aurait pu donner lieu à un film ovni intéressant si ce n’est une mise en scène maladroite, voir lourdement grotesque à certains passages. Des longueurs dans la première moitié qui peuvent décourager et une bande son assez déplorable voir caricaturale. Le jeu d’acteur est passable, plus souvent agaçant la majeure partie du temps que réellement touchant. A voir pour le plaisir de redécouvrir Sherilyn Fenn à l’écran qui excelle toujours dans le rôle de femme fatale prédatrice.

 »

«
D'aucuns pensent que nous avons ici un film culte... Boxing Helena l'est sans aucun doute grâce à une mise en scène qui dépeint des ambiguités avec talent. Le film est tel un exercice de style où chaque plan voit suinter un érotisme suggéré, des névroses camouflées... Sherilynn Fenn trouvait là son plus beau rôle et Jennifer Lynch de montrer alors une maîtrise criante. Du cinéma singulier mais du bon cinéma. 5/5  »



Partager


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?