Arrête de ramer, t’attaques la falaise !

Fais-lui minette de ma part
Le film présente l'histoire du Cid de Pierre Corneille, revue et corrigée trois siècles plus tard. Chimène et Rodriguez couchent ensemble en attendant toujours qu'on les marie. Don Diègue a mis de l'eau dans son vin et Don Fernand, roi d'Espagne, est devenu sénile. L'œuvre de Corneille est bien malmenée dans cette satire burlesque et farfelue.

Titre original (ou alternatif) : Qu’il est joli garçon l’assassin de papa
source synopsis et images : ATC 3000 SFP Contrechamp
Fiche créée le 11 avril 2024 et mise à jour le 15 mai 2024

Des choses gentilles à dire sur ce film

À mi-chemin entre le délire expérimental mal réfléchi et la parodie ratée, Arrête de ramer, t’attaques la falaise est, pour résumer, le Cid de Corneille vu par Michel Caputo et Jean-François Davy, respectivement réalisateur et producteur, surtout connus pour leurs carrières/incursions dans le cinéma X. C’est un détail certes, mais un détail toujours un peu croquignolet d’autant qu’on dénote dans leur filmographie un certain un amour du verbe : De la croupe aux lèvres, Blanche-Fesse et les Sept Mains, À nous les petites salopes, Sybil, tous les trous sont permis côté Caputo et Bananes mécaniques, Prenez la queue comme tout le monde et Q - Au plaisir des dames côté Davy.
Et justement, en tant qu’adaptation d’une pièce de théâtre classique, le verbe, c’est ce qu’on manie le plus dans Arrête de ramer, t’attaques la falaise. Les dialogues tiennent une part essentielle d’autant plus qu’ils soutiennent le parti pris d’inscrire et de développer la pièce dans l’époque contemporaine : les répliques brutes sorties directement de l’œuvre source déclamées avec une insistance volontairement appuyée sont violemment percutées par les aménagements argotiques, les considérations contemporaines et l’humour vulgos. Au tellement classique « Oh rage, oh désespoir, oh vieillesse ennemie »… répondent des tombereaux de « Ta barrette, je me la mets sur la pointe de mon nœud », de « Et moi je vous emmerde à la petite cuillère ! », de « Embrasse-lui les fesses, les cuisses, le minou. Fais-lui minette de ma part »
En soi, pourquoi pas ? Les actualisations, dépoussiérages, réinterprétations et transposition de classiques existent presque depuis que la notion de classique existe. Ils étaient en tout cas répandus à l’époque de Arrête de ramer, t’attaques la falaise... avec plus ou moins de succès. En ce qui concerne ce dernier, on est clairement dans les adaptations pas très heureuses : tout est fait brutalement, sans aucune mesure, sans aucun soucis de cohérence, ni de n’importe quoi... tout le monde court, s’agite, déclame dans tous les sens dans un tourbillon aussi furieux que ridicule. Et, bon sang, c’est douloureux...
Douloureux mais... fun. Les dialogues, drôles malgré eux par leur décalage et leur outrance, y sont pour beaucoup (Vindieu ce « Ta barrette, je me la mets sur la pointe de mon nœud »), la surenchère constante des acteurs encore plus. Dominique Erlanger, Micha Bayard, Patrick Messe, Bernadette Lafont, Bernard Haller, Michel Galabru, Daniel Gélin se tirent la bourre d’une force, chacun mettant un point d’honneur à cabotiner toujours plus que l’autre. Un vrai feu d’artifice dont il est difficile de déterminer s’il est dû à une absence de direction d’acteur ou si, au contraire, il appuie la dimension pastiche et expérimentale du projet (voir les nombreuses occurrence à la scène de théâtre).
Petit bonus, le film est doté d’une musique de générique ronge-crâne absolument fabuleuse (et assortie d’un petit laïus d’introduction qui donne une bonne idée de ce à quoi on va assister) présente sur la très chouette compil’ Cocoricon 5 de Otto Rivers disponible ici : https://etendardsanglant.blogspot.com/2019/09/cocoricon-5-sos-mdr-la-compilation-en.html



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 10 ingrédients de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Interprétation

Réalisation

Scénario > Blague, gag et quiproquo

Scénario > Dialogue

Thème > N’importe quoi

    Ce film ne contient aucune mort


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?