Saga Alien

Alien, le 8e passager

8e merveille du ciné
En 2122, le Nostromo, vaisseau de commerce, fait route vers la Terre avec à son bord un équipage de sept personnes en hibernation et une cargaison de minerais. Il interrompt soudain sa course suite à la réception d’un mystérieux message provenant d’une planète inexplorée. Réveillé par l’ordinateur de bord, l’équipage se rend sur place et découvre les restes d’un gigantesque vaisseau extraterrestre dont le seul passager semble être mort dans d’étranges circonstances…

Titre original (ou alternatif) : Alien
source synopsis et images : 20th Century Fox Brandywine Productions
Fiche créée le 8 septembre 2023 et mise à jour le 31 octobre 2023

Des choses gentilles à dire sur ce film

Bon, on va pas tourner autour du pot : ce film est sensationnel. Je l’ai vu plusieurs fois mais il me saisit toujours, il m’aimante, me magnétise, m’envoûte : ces plans parfois lents à la photo magnifique, la musique de Jerry Goldsmith, le xénomorphe...
La distribution est parfaite, Ian Holm tire son épingle du jeu tandis qu’Ellen Ripley (cette actrice qui ressemble à s’y méprendre à Sigourney Weaver) y semble plus vivante que vous et moi.

À le revoir, je me suis dit que j’adorais le côté daté des interfaces : je trouve que ça n’a pas pris une ride, que ça correspond tellement à ce qu’est le Nostromo, un agglomérat mal foutu de méga-containers, rouillé, usé, dans lequel la compagnie n’a pas voulu investir 3 centimes, ce qui fait aussi écho aux récriminations des techniciens. Un tas de ferraille qui traverse l’espace, certes, mais qu’on a construit au minimum, assez pour être opérationnel et pas plus, un vaisseau organique parfois et également hyper-métallique, avec desnuances de rouges, de bleux ou de jaunes ou de verts, ou entièrement blancs ou un teintes de gris
Je me aussi fait la remarque que le son des caractères verts s’affichant sur les écrans est devenu pour moi un déclencheur d’imaginaires que je ne me lasse pas d’écouter, qui m’accompagne et auquel je me raccroche souvent (au moins autant que le signal sonore d’alerte de l’Enterprise, en fait).
Quel bonheur de film.



Arf... Ce film n'est pas assez riche en ingrédients pour jouer dans de bonnes conditions avec une grille de 36 cases...


Consulter les 22 ingrédients et les 3 types de morts de ce film

Personnage > Agissement

Personnage > Caractéristique

Personnage > Citation

Personnage > Méchante

Réalisation

Réalisation > Accessoire et compagnie

Réalisation > Surprise !

Scénario > Contexte spatio-temporel

Scénario > Élément

Scénario > Ficelle scénaristique

Scénario > Situation

Thème > GI Joe

Thème > N’importe quoi

Thème > Sexisme hostile à l’égard des femmes


  Vous avez repéré un ingrédient manquant ?

Forcément, la liste des ingrédients par film ne peut être complète ni exacte. Vous avez vu ce film et vous avez remarqué un oubli ? Dite-z’y nous et cliquez sur le bouton en bas du formulaire pour nous les soumettre ; merci d’avance !





« 

Alors c’est ça le chef d’oeuvre de la science-fiction : un rythme mou, très peu d’action, une romance débile, des dialogues soporifiques,...? Eh bien, c’est décevant !

 »




« "Oh tiens, une planète inconnue, posons nous dessus sans trop savoir pourquoi ! (Ah si, je veux ma prime!)" "Tant qu'on y est, sortons visiter ce grand bâtiment extra-terrestre dont on ne sait rien, rien à péter de ce qui pourrait arriver !" "Merde ! Trop con ! L'autre abruti a une bestiole accrochée à la tronche ! Vite, faisons la rentrer dans le vaisseau !" Voilà en résumé l'ambiance générale du film. Le scénario est hallucinant de conneries, c'est à en pleurer. »


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

ConnexionS’inscriremot de passe oublié ?